La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

Regard sur un livre exceptionnelPlante, Jacques (dir.). 2013. Architectures de la connaissance au Québec. Préface de Lise Bissonnette. Québec : Les Publications du Québec, 249 p. ISBN 978-2-551-25214-5[Notice]

  • Marcel Lajeunesse

…plus d’informations

Jacques Plante, professeur d’architecture à l’Université Laval, est l’artisan de ce livre d’architecture grand format, sur papier glacé, avec de très nombreuses photographies et illustrations (450), et de nombreux dessins en plan et en coupe (140). Le directeur de la publication qualifie la réalisation de ce livre d’« entreprise colossale ». On le croit volontiers en imaginant le travail exigé pour la production et la réussite d’un tel ouvrage. Son objectif était de faire le point sur l’état de l’architecture des bibliothèques au Québec et sur l’apport des architectes d’ici à cette floraison de nouvelles bibliothèques depuis une génération. Pour l’auteur, la bibliothèque signifie assurément l’accès à la connaissance puisque c’est le vocable qu’il a utilisé dans le titre de son ouvrage. Lise Bissonnette offre en préface un texte inspiré sur le sens de la bibliothèque, de son contenu et de son bâtiment. Pour elle, la bibliothèque est avant tout une idée. Cette idée, aussi vieille que l’écriture et la lecture, se traduit en un lieu du livre, et les architectes d’aujourd’hui sont engagés, comme nous le voyons dans ce livre, à créer des bibliothèques qui correspondent à l’esthétique de la société contemporaine. Lise Bissonnette s’est faite la promotrice de l’idée de bibliothèque culturelle, et elle reprend ici cette vision. La bibliothèque doit être une institution de culture avant que de servir la communication. Ainsi, elle perpétue ses origines anciennes dans son rôle d’interprète érudit entre les écrivains savants et les lecteurs avides de connaissances. Cette bibliothèque est forte, selon elle, si son architecture est poétique, si son architecture dit la liberté. Ce livre comporte deux parties. Dans la première partie, Jacques Plante a regroupé de courtes études de collègues architectes, d’un bibliothécaire, d’artistes et d’écrivains. Trois professeurs d’architecture, Marc Grignon (Université Laval), Martin Bressani (Université McGill) et Nicholas Roquet (Université de Montréal), font un survol de l’histoire des bibliothèques, de l’Antiquité au XIXe siècle. On y aborde depuis la bibliothèque de Pergame, celle de Celsus à Éphèse, les bibliothèques du Moyen Âge, de la Renaissance et du Siècle des Lumières. L’accent est mis sur deux bibliothèques parisiennes du XIXᵉ siècle, oeuvres de l’architecte Henri Labrouste, la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois, et la Bibliothèque Sainte-Geneviève. L’architecte montréalais Philippe Lupien a retenu la Bibliothèque Saint-Sulpice. Actifs en lecture publique à Montréal depuis l’Oeuvre des bons livres (1844) et le Cabinet de lecture paroissiale (1857), les Sulpiciens décident en 1910 de donner une expansion à ce domaine en créant au Quartier latin une grande bibliothèque publique et de recherche. Ils lancent à cet effet un concours ouvert à tous les architectes catholiques du Québec. Des trois projets sélectionnés, celui d’Eugène Payette est choisi. Après les modifications apportées par le Sulpicien Marie-Édouard-Pierre Dupaigne, l’élégante bibliothèque de style Beaux-Arts présente des ressemblances avec l’Hôtel Carnavalet de la capitale française. François Dufaux de l’Université Laval nous rappelle une autre bibliothèque remarquable construite au cours du premier quart du XXᵉ siècle : il s’agit de l’extension du Parlement du Québec que constitue la Bibliothèque de l’Assemblée nationale, construite en 1922, elle aussi dans le style Beaux-Arts. Le bibliothécaire Yvon-André Lacroix a développé ces dernières décennies une connaissance et une expertise dans l’aménagement et l’architecture des bibliothèques au Québec et au plan international. Cette compétence l’amène à avancer des propos sur les bibliothèques contemporaines : Peut-on mieux définir la bibliothèque contemporaine et introduire de meilleure façon l’examen des réalisations récentes en architecture des bibliothèques? D’autres collaborateurs ajoutent leur vision de la bibliothèque. Prenant en compte son expérience dans les projets de la Grande Bibliothèque et dans la bibliothèque de Charlesbourg, Marie-Chantal Croft insiste sur …