Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

De la ville idéelle à la ville idéale : l’invention de la place royale à Québec [1]

  • Lucie K. Morisset et
  • Luc Noppen

…plus d’informations

  • Lucie K. Morisset
    Département d’études urbaines et touristiques
    Université du Québec à Montréal

  • Luc Noppen
    Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain
    Université du Québec à Montréal

Logo de Revue d’histoire de l’Amérique française

Corps de l’article

Le lieu sacré et la requalification

Ces dernières années, un secteur bien particulier de l’arrondissement historique du Vieux-Québec est revenu à l’avant-scène des débats sur la conservation architecturale : haut lieu touristique et profondément symbolique de la « vieille capitale [2]  », Place-Royale [3] (ill. 1) convoque maintenant architectes, historiens et urbanistes à réfléchir quant à une valorisation de la fonction commerciale qui contribuerait à densifier l’animation du lieu. On constate en effet que la figure « résidentielle » du cadre architectural actuel, consacré et restauré dans les années 1960 et 1970, dissimule à la vue et à l’imagination restaurants et boutiques qui se succèdent derrière les façades sans guère prospérer. Mais Place-Royale est un lieu sacré : c’est là que Samuel de Champlain, fondateur de Québec, se serait établi il y a quatre siècles. Place-Royale, c’est le « berceau de l’Amérique française » ; enfin, Place-Royale, c’est une place royale, qui atteste à la fois de l’ancienneté de Québec et du caractère français de la province, dont Québec est la capitale.

Illustration 1

Québec, vue aérienne actuelle du secteur de Place-Royale, dans la basse-ville. Au centre de l’image, l’église Notre-Dame-des-Victoires, dont la façade domine aujourd’hui la place. Photo Pierre Lahoud.

Québec, vue aérienne actuelle du secteur de Place-Royale, dans la basse-ville. Au centre de l’image, l’église Notre-Dame-des-Victoires, dont la façade domine aujourd’hui la place. Photo Pierre Lahoud.

-> Voir la liste des figures

Les préoccupations des acteurs de la valorisation ne sont pas sans fondement : les places royales, en tant que témoins des idéaux de la planification urbaine de l’Ancien Régime, semblent faire l’objet d’un regain d’intérêt dans la littérature scientifique actuelle [4]. Parmi les chercheurs qui, quoique rares encore, se penchent en nombre croissant sur la valeur de représentation attribuée à l’espace urbain, du xvie au xviiie siècle, et sur les interrelations entre cette ville « imaginaire » et la ville « réelle [5]  », Richard Cleary écrivait en 1999, dans un ouvrage dédié à ce sujet, que les places royales « reflect new ideals of landship and of the city as a planned environment [6]  » ; d’abord simple espace dévolu à la commémoration du roi au xviie siècle, la place royale, du fait de l’importance qu’elle acquit ainsi dans l’imaginaire collectif de la ville, devint au xviiie siècle « an integral componant of [the city’s] master plan [7]  ». C’est dire, pour en revenir à Québec, que Place-Royale serait l’un des ingrédients clés du tissu historique de la ville, a fortiori de la couche inférieure du palimpseste urbain, celle d’une Nouvelle-France particulièrement prisée par les touristes et par les acteurs culturels [8]. À l’heure où la conservation et la valorisation, dorénavant, se pensent à l’échelle de l’espace urbain, pareille (possible) participation d’un lieu à la fabrique ancienne du Vieux-Québec, arrondissement historique, impose de lourds défis à toute requalification, d’autant plus que la « place royale » de Québec figure parmi les seuls trente-quatre projets de places royales inventoriés par Cleary. Place-Royale serait-elle donc une de ces places royales ? Cela impliquerait-il que l’animation commerciale à laquelle on songe maintenant doive y rester dissimulée ?

Le fait est beaucoup plus complexe. Place-Royale, si elle semble bien être l’ultime manifestation d’une intention de représentation, est lue à travers l’état qu’on a « restauré » dans les années 1960 et 1970 et qui cause aujourd’hui l’émoi. Supposons ici que cet état oblitère la source véritable et pluriséculaire de l’incertitude quant à la configuration de la place : un conflit entre des idées de la ville qui, si elles n’ont guère existé que sur papier, n’en ont pas moins marqué l’évolution de la ville réelle. Tant et si bien qu’à Québec, aujourd’hui, ni l’idée du « berceau de l’Amérique française » ni la forme urbaine qu’est une « place royale » n’ont la signification qu’on croirait qu’elles ont.

L’objectif de cet article est de tracer l’invention de Place-Royale à Québec et, au fil de cette invention, de cerner les idées de ville qui s’y sont rencontrées avant même la restauration des années 1960 et 1970 et qui, sans pourtant qu’on le sache, divisent aujourd’hui les parties de la valorisation du lieu. Place-Royale est, de fait, un haut lieu, qui attira, depuis la fondation de Québec, un nombre étonnant de projets urbains et, plus encore, un investissement imaginaire considérable, qui pourrait justifier la prégnance identitaire qu’on lui attribue : utopique espace de représentation du roi au xviie siècle, elle a fini par spatialiser la « nation » québécoise. Omniprésente dans les représentations picturales et scripturales de Québec, comme décor, comme fable ou comme sujet, Place-Royale est elle-même une représentation, communicative et signifiante [9] et analysable comme telle, par le biais des images mentales de ses idéateurs, décodables dans le lexique des projets qui la concernèrent pour peu que ce « lexique » urbain — rue, place, monument, église… — soit contextualisé par rapport à l’univers idéel qu’il transécrit. Il s’agit donc, ici, de pister la sémiogénèse de Place-Royale à travers les intentions qui finirent par modeler sa forme réelle, en considérant les ingrédients de ces intentions comme autant de representamen et en remontant, depuis les représentations bidimensionnelles (scripturales, picturales) ou tridimensionnelles (architecturales), aux « idées de ville » atopiques dont l’intelligibilité s’est appuyée, à chaque époque, sur la transcription dans le monde sensible que rendaient possibles les projets urbains. L’analyse sera à la fois synchronique et diachronique ; elle permettra de comprendre ainsi les « intentions de place », à Québec, au xviie siècle, puis de cheminer en conclusion jusqu’aux intentions que le xxe siècle, par voie de restauration, a inscrites dans la pierre et, par l’exégèse en quelque sorte, de démêler l’écheveau des assises historiques auxquelles aspirent aujourd’hui les intentions de valorisation.

La ville comme représentation du roi : le contexte idéel

Toutes les places royales sont, d’abord, des idées de villes, des idées du « sens » de la ville. Une « place royale » était un lieu symbolique dévolu à la commémoration de la figure du roi. Cette définition de la place royale apparut dans le Paris d’Henri IV et de Sully [10], à la place Dauphine et à la place des Vosges, projets privés agréés par le roi ; la codification s’épanouit sous Louis XIV, à la place des Victoires ou à la place Vendôme, par exemple (ill. 2, 3). Le type de la place royale fut par la suite pérennisé sous Louis XV, par le biais, entre autres, des places royales de Bordeaux, de Rennes, de Dijon ; la place royale devint ainsi la figure principale de la naissance de l’urbanisme à la française, parce qu’elle donnait aussi une figure construite à l’urbanité, de la même façon que la fortification [11]. En bref, une place royale était un lieu codifié pour représenter le roi dans une ville qui devenait éminemment symbolique [12] et fonctionnait sur le mode idéel, dans l’univers des conventions [13]. Ainsi, bien que, dans la genèse de la forme construite de la ville, la place royale se soit souvent manifestée comme une opération de rénovation urbaine d’un espace plus ou moins dégradé (ce fut le cas, par exemple, de la place des Victoires à Paris), justifiant cet alignement consacré de façades homogènes qu’on connaît aux places royales (ill. 3), la « mise à jour » de la ville que la place royale sous-tendait était d’abord le fait d’un idéal conceptuel. C’est un tel principe « d’urbanité » qui inspira Samuel de Champlain à son arrivée, non pas à Québec, mais à Montréal, en 1611 :

Aussitôt, je fus dans un méchant canot avec le sauvage que j’avais mené en France, et un de nos gens. Après avoir visité d’un côté et d’autre, tant dans les bois que le long du rivage, pour trouver un lieu propre pour la situation d’une habitation et y préparer une place pour bâtir je fis quelque huit lieues par terre, côtoyant le grand Sault par des bois qui sont assez clairs et fus jusques à un lac où notre sauvage me mena ; où je considérai fort particulièrement le pays ; mais en tout ce que je vis, je ne trouvai pas de lieu plus propre qu’un petit endroit, qui est jusques où les barques et chaloupes peuvent monter aisément ; néanmoins avec un grand vent, ou à la cirque, à cause du grand courant d’eau : car plus haut que ledit lieu (qu’avons nommé place Royale) à une lieue du mont Royal, y a une quantité de petits rochers et basses qui sont fort dangereuses... […] Ayant donc reconnu fort particulièrement, et trouvé ce lieu un des plus beaux qui fut en cette rivière, je fis aussitôt couper et défricher le bois de ladite place Royale pour la rendre unie et prête à y bâtir.

Illustration 2

Paris, place Vendôme. Photo Luc Noppen.

Paris, place Vendôme. Photo Luc Noppen.

-> Voir la liste des figures

Illustration 3

Paris, place des Victoires. Photo Luc Noppen.

-> Voir la liste des figures

Devant la forêt, pressé d’établir une ville, Champlain annonçait la création d’une « place royale » ; cette création, fût-elle imaginaire, devait, pour lui, fonder la ville. C’était donc d’abord pour cette place royale qu’il déclarait avoir entrepris de défricher [14].

La place royale apparaît ainsi comme un noyau de la ville idéale qui, sous Louis XIV, devint le fait d’une codification lourde et détaillée [15]  ; on élabora en effet quantité de critères auxquels la place devait satisfaire pour effectivement convertir la représentation du roi dans l’espace urbain, à l’intérieur d’un protocole administratif strict qui prévoyait l’affirmation du roi mais qui, aussi, édictait la convenance de la place, ce qu’elle devait ou ne devait pas contenir et les formes qu’on devait ou ne devait pas y trouver — un marché ou une église, par exemple — qui par définition auraient compromis soit la fonction de représentation, dans le cas du marché, soit le pouvoir représenté, dans le cas de l’église.

Une place royale à la place du marché

[…] M. de Champigny a apporté en ce pays un buste du Roi en bronze qui fut mis mercredi 6 de ce mois dans la place de notre basse-ville avec le plus d’honneur et de cérémonie qu’il se pût ; il en a fait toute la dépense. Il commence de manière qu’il ne s’enrichira pas ici. Il a bien besoin que vous ayiez la bonté de lui faire continuer tous les ans le fret de ses provisions et hardes [16].

Le 10 novembre 1686, à l’époque même qui voyait naître la place des Victoires, l’idée apparut d’une place royale à Québec. Ce jour-là, le gouverneur Denonville écrivit, dans une lettre au ministre de la Marine (responsable des colonies), que l’intendant Bochart de Champigny était arrivé de France avec un buste, qu’il avait installé à ses frais, quatre jours plus tôt, sur la place du marché de la basse-ville.

La lettre de Denonville ne fait pas mention de place royale ; simplement du buste, sur la place du marché. Mais deux ans plus tard, Jean-Baptiste-Louis Franquelin, qui dessinait pour le roi une carte de l’Amérique septentrionale, y représenta « Québec comme il se voit du côté de l’est » en désignant un lieu « place royalle » avec, dessus, ce qu’il appelait une « effigie du roi » (ill. 4). Pour Franquelin, il y avait buste, donc place : et de façon à prouver que la chose existait vraiment, il plaça son buste bien en évidence, au centre de la percée entre deux maisons — délocalisée par rapport au centre de la place, espace normalement alloué à la statue du roi dans une place destinée à lui faire écrin.

Illustration 4

Québec, Place-Royale, vue à vol d’oiseau, Jean-Baptiste-Louis Franquelin, Québec comme il se voit du côté de l’est. Détail. Éditeur officiel du Québec.

Québec, Place-Royale, vue à vol d’oiseau, Jean-Baptiste-Louis Franquelin, Québec comme il se voit du côté de l’est. Détail. Éditeur officiel du Québec.

-> Voir la liste des figures

Un buste du roi sur une place de marché était évidemment très peu conforme à la convention qu’on s’appliquait justement à instituer. Cependant, à la même époque, François Michel Le Tellier, marquis de Louvois et ministre de Louis XIV, requérait des intendants qu’ils installassent des statues du roi, particulièrement dans les villes traditionnellement opposées aux volontés de la couronne, dans divers lieux publics, dans de grandes places existantes ou dans des espaces plus ou moins organiques libérés par un écartement de la trame urbaine ; Richard Cleary classe d’ailleurs la « place royale » de Québec, parmi de telles « places » plus ou moins improvisées autour d’une statue, au même titre que celles de Poitiers (1687) [17], de Caen, de Lyon, de Rennes, de Montpellier, de Dijon et de Pau [18], qui accommodèrent avec plus ou moins de succès la fonction de représentation symbolique pendant quelque temps.

Il faut dire que leur titre « place royale » soulevait quelque controverse, notamment parce que ces places, avant d’être symboliques, étaient dévolues, du fait de l’espace qu’elles réservaient dans le tissu urbain, à des fonctions publiques : on y tenait marché ou on y allait à l’église. De surcroît, la codification de la place royale appelait à un fini architectural que n’avaient pas ces places préexistantes, non plus que la place du marché où, à Québec, l’intendant avait installé un buste du roi ; cela explique que certaines de ces places aient été représentées plus souvent qu’à leur tour, afin, comme à Poitiers par exemple, d’engendrer par le papier une figuration du roi plus convenante que celle qu’autorisait la triste réalité (ill. 5, 6).

Illustration 5

Poitiers, place royale (état réel), 1692. Bibliothèque nationale, estampes, VA-86 Fol.

Poitiers, place royale (état réel), 1692. Bibliothèque nationale, estampes, VA-86 Fol.

-> Voir la liste des figures

Illustration 6

Poitiers, place « architecturée », 1692. Bibliothèque nationale, estampes, VA-86 Fol.

Poitiers, place « architecturée », 1692. Bibliothèque nationale, estampes, VA-86 Fol.

-> Voir la liste des figures

À Québec, il semble cependant qu’on voulut passer de l’idée à la ville et d’ériger une place royale conforme aux conventions. En 1685, l’ingénieur Villeneuve fit le plan, sur ce qu’il appelait la « place de Québec », d’un « porche » et d’un « passage à porte cochère pour communiquer de la rue Notre-Dame à la place » (ill. 7) [19]. Une figure semblable nous est connue par un autre plan de Villeneuve qui, en 1689, représenta une maison non loin de la place avec un porche en façade, un magazin au rez-de-chaussée et deux étages (ill. 8). Le plan de 1685, qui rendait compte d’un projet entrepris par Claude Baillif, architecte de Québec, aurait « enveloppé » la place de tels « porches [20]  », c’est-à-dire d’une arcade comme celle qu’on avait imposée à la place des Vosges au début du siècle ou comme celle que l’on s’efforçait, aussi en 1685, de représenter à la place Vendôme (ill. 9). Comme à Paris, on aurait ainsi retrouvé sur la place de Québec les deux étages du classicisme français, avec, dessous, un étage marchand masqué par des arcades. Ainsi lexicalisé, le projet est limpide : la place de Québec devenait une place royale, et non plus une place de marché.

Illustration 7

Québec, Plan de la basse-ville, Robert de Villeneuve, 1685. Archives nationales du Canada, Ottawa.

Québec, Plan de la basse-ville, Robert de Villeneuve, 1685. Archives nationales du Canada, Ottawa.

-> Voir la liste des figures

Dans l’univers idéel du xviie siècle, cette représentation avait une puissance symbolique réelle. D’intention de buste en intention d’arcade, en 1691 et en 1714, deux marchés de construction — dont un concernait des travaux à la maison de Charles Marquis, huissier royal qui, partant, pouvait maîtriser la convention — évoquèrent des travaux, non plus à la « place du marché », mais à la « place royale ».

Mais comme dans le cas des places françaises où la campagne du marquis de Louvois avait imposé un buste, la « place royalle » de Québec ne fit pas l’unanimité. Déjà, en 1692, l’ingénieur Villeneuve lui-même avait désigné l’endroit « place où Monsieur de Champigny, intendant du pays, a fait poser en 1686 l’effigie de sa majesté » (ill. 10) ; plutôt que consigner une indication géographique, Villeneuve dénonçait une incongruité. Il n’était pas seul ; à peine le buste avait-il été posé que des protestations fusaient de toutes parts quant aux « problèmes » qu’il causait, notamment parce que, comme on l’écrivait, il « encombrait » la place. Elle-même était l’objet d’intentions conflictuelles avant que le buste y apparût : le plan de 1685 de l’ingénieur Villeneuve était d’ailleurs probablement destiné à accompagner l’ordonnance que l’intendant de Meulles, prédécesseur de Bochart, avait rendue le 8 juin de cette année ; trente-sept habitants de Québec, parmi lesquels le marchand François Hazeur (dont la maison était exclue de l’éventuelle place par le projet de Baillif) s’étaient en effet opposés au projet de construction de la place, pour être finalement mis à l’amende [21].

Illustration 8

Québec, « Profil du Quay pour l’Enceinte de Québec », Robert de Villeneuve, 1689. Musée de la civilisation, fonds du Séminaire de Québec, Z-8.

Québec, « Profil du Quay pour l’Enceinte de Québec », Robert de Villeneuve, 1689. Musée de la civilisation, fonds du Séminaire de Québec, Z-8.

-> Voir la liste des figures

Illustration 9

Paris, « Vue et perspective de la place de Louis le Grand », 1685 ; la façade qui doit définir la place attend d’être complétée. Différents plans relatifs au projet de Bibliothèque du Roi, place Louis-le-Grand, Bibliothèque nationale, estampes, VA-234.

Paris, « Vue et perspective de la place de Louis le Grand », 1685 ; la façade qui doit définir la place attend d’être complétée. Différents plans relatifs au projet de Bibliothèque du Roi, place Louis-le-Grand, Bibliothèque nationale, estampes, VA-234.

-> Voir la liste des figures

Illustration 10

Québec, « Plan de la ville de Québec en la Nouvelle-France », Robert de Villeneuve, 1692. Détail. Archives nationales du Canada.

Québec, « Plan de la ville de Québec en la Nouvelle-France », Robert de Villeneuve, 1692. Détail. Archives nationales du Canada.

-> Voir la liste des figures

L’avis de l’intendant sur la requête et, surtout, la sédition qu’il en inféra, de même que l’argument des signataires voulant que la « place publique à la basse ville sera et demeurera en son entier au public » sont éloquents de la lutte en cause, entre une représentation du pouvoir dûment constituée (une place royale) et un espace public dévolu librement à des pratiques fonctionnelles (une place du marché). Ce qu’il arriva ensuite du projet de Baillif est incertain, quoique sous la « place royale » ainsi proclamée en 1686, des voûtes [22], quant à elles en pierre alors que l’essentiel du bâti « de surface » était encore en bois, fussent construites à l’avant de l’alignement existant — qui sait, pour soutenir une future arcade ?

Toutefois, ni l’avancée du projet de place ni l’amende imposée à ses opposants ne suffirent à taire les protestations contre l’idée de ville, fût-elle royale, que les intendants de Meulles et Bochart semblaient vouloir surimposer aux usages. Peut-être moins soutenu dans ses velléités de représentation après la mort du marquis de Louvois, en 1691, et le désaveu de Louis XIV à l’égard des importants déploiements de certaines places royales [23], Bochart de Champigny dut, après 1700, plaider à plusieurs reprises en faveur du buste du roi, puisque « la place de la basse ville avoit été rendue presqu’inutile au public et à l’usage des charois par l’espace qui étoit ocupé du buste du Roy et de son enceinte [24]  ». L’intendant, qui évitait lui-même de nommer la « place royale » — bien qu’il arguât par ailleurs qu’elle s’appelait ainsi depuis qu’il avait posé le buste — proposa de déplacer le buste pour le poser sur la façade de la maison du bourgeois et marchand François Hazeur, dans la niche qu’il y avait, annonça-t-il, fait construire à ses frais (ill. 11) [25]. Ce qui, évidemment, déplut tant au ministre qu’au gouverneur de Callière : « je suis persuadé, écrivit le gouverneur, que quand vous saurez les choses comme elles sont, vous jugerez qu’il est plus à propos de placer [le buste] dans un lieu convenable [...]. Mettre sur la porte de la maison d’un marchand [26]  », aux yeux du gouverneur, paraissait plus que tout impropre à l’idée d’une place royale, c’est-à-dire d’une place aménagée pour servir de repoussoir à la figure du roi. Pendant que tergiversaient les uns et les autres, Bochart déposa le buste et le logea, à ses côtés, dans « une chambre » du palais de l’intendant. En dépit de la requête faite en 1702 par le ministre au gouverneur, à l’effet de « remettre [le buste] dans la grande place » cependant que « comme cela pourrait faire quelque peine à M. de Champigny, je crois qu’il est bon que vous attendiez qu’il soit party », le buste du roi semble avoir, le plus probablement, brûlé dans l’incendie du palais, en 1713 [27]. C’eût été assez heureux ; Louis XIV, mort en 1715, aurait dû être remplacé par Louis XV...

Illustration 11

Québec, le site de Place-Royale en 1759-1760, Richard Short ; on aperçoit, dans les ruines, la « niche » de la façade de la maison Hazeur. Archives nationales du Canada, Ottawa.

Québec, le site de Place-Royale en 1759-1760, Richard Short ; on aperçoit, dans les ruines, la « niche » de la façade de la maison Hazeur. Archives nationales du Canada, Ottawa.

-> Voir la liste des figures

En arrière-plan du débat et du choix de Bochart de Champigny, il faut aussi comprendre que le buste du roi, en plus « d’encombrer » la place en nuisant au va-et-vient commercial, était installé dans un cadre inconvenant. Aux côtés du marché qui préexistait sur la place, l’Église y manifestait aussi des velléités, et ce, particulièrement depuis que Bochart de Champigny y avait fait installer le buste royal. En 1683, d’abord, l’évêque de Québec avait obtenu la concession d’un terrain qui longeait une rue adjacente à la place, avec façade sur la rue Notre-Dame (ill. 12) ; c’est sur ce terrain que l’ingénieur Villeneuve représenta, en 1685, « l’église qu’on propose de bastir en l’année 1686 ». Mais voilà qu’un an après la date annoncée du chantier, c’est-à-dire, aussi, un an après l’inauguration de la « place royale [28]  », l’évêque changea apparemment d’idée, puisque les marguilliers de Notre-Dame acquirent un terrain sur la place, à l’angle de la rue Notre-Dame « pour servir à la bâtisse de la chapelle [...] de laquelle chapelle le portail doit être posé sur le dit emplacement [29]  ». Contre toute attente, le projet d’église fut alors « retourné », pour que son chevet ne donnât plus à l’est, comme cela eût été normal, mais pour que son portail s’ouvrît au nord... sur la place royale.

Tous ne l’entendaient pas ainsi, cependant ; intervint en effet Charles Marquis, huissier royal qui situait sa maison « à la place royale », pour prétendre que le projet d’église, qu’on mettait en chantier en 1687, empiétait sur les dix pieds de droits de vue que lui conférait le terrain qu’il possédait à cet endroit. La loyauté et les efforts du huissier royal furent vains, toutefois, jusqu’à sa mort, quand il dut signer son testament « dans la haute chambre de sa maison qui a vue devant la porte de l’église de la Basse-Ville... [30]  ».

De l’Église et de l’État, c’est donc l’Église qui gagna. Et par-dessus tout, cette église, qui avait d’abord été dédiée à l’Enfant-Jésus, prit en 1690 le nom de « Notre-Dame-de-la-Victoire », peut-être, comme l’histoire le dit, en souvenir de la déroute de l’amiral Phipps qui avait assiégé Québec cette année-là, quoique le nom rappelle aussi celui de la place que Louis XIV venait d’inaugurer à Paris. La place de Québec, à partir de ce moment, prit quant à elle le nom de l’église, « Notre-Dame ». Puis on démolit la maison du huissier Marquis et, certes non sans difficulté, on agrandit et compléta l’église (en 1723). Après 1714 bref, sans buste et avec une église, il ne fut plus question de place royale à Québec, et ce qu’on appela dès lors le « carrefour de la rue Notre-Dame », à côté, parut dans l’idée comme dans le réel être un lieu-dit beaucoup plus important.

Illustration 12

Québec, La ville et le château de Québec, Robert de Villeneuve, 1685. Détail. La chapelle est représentée avec façade le long de la rue Notre-Dame, conformément à la concession de 1683, et non sur la place. Archives nationales du Canada, Ottawa.

Québec, La ville et le château de Québec, Robert de Villeneuve, 1685. Détail. La chapelle est représentée avec façade le long de la rue Notre-Dame, conformément à la concession de 1683, et non sur la place. Archives nationales du Canada, Ottawa.

-> Voir la liste des figures

Un buste et une nouvelle « Place-Royale » : le xxe siècle

[...] Allencontre de Jean Gauthier dit La Rouche Taillandier en cette ville, accuzé d’avoir tiré un coup de fusil dont led. Henry Petit auroit esté blessé Et est ensuite deceddé. Sentence du dit Lieutenant General du dix huit decembre dernier, par laquelle led. Gaultier est déclaré deuëment atteint et convaincu d’avoir le jour que le buste de sa majesté fut Eslevé a la basse ville de Quebec a la place publique, tiré le coup de fusil dont led. deffunt fut blessé à mort [31].

Deux siècles plus tard, à la veille du xxe, c’est toujours dans l’univers idéel que cette ville de Québec avec une place royale ressurgit. En 1890, l’historien Pierre-Georges Roy apprenait avec stupeur l’existence d’un buste de Louis XIV à Québec [32]. Tout à fait par hasard, en dépouillant les archives du Conseil souverain, il découvrit la célébration organisée par Bochart de Champigny lors de l’inauguration du buste, célébration au cours de laquelle un individu aurait, dans sa joie, assassiné un autre fêtard d’un « coup de fusil » — ce qui légua à l’archiviste le document qui ressuscitait la place, puisque le jugement que dévoila Pierre-Georges Roy mentionnait « le jour que le buste de sa Majesté fut élevé à la basse ville de Québec à la place publique ». Dans la foulée d’une série de déduction auxquelles il conclut qu’il se serait agi d’un buste de Louis XIV, Pierre-Georges Roy, pendant que le nouveau Québec de la Confédération entreprenait de définir son histoire nationale, s’inquiéta de l’épisode et lança un appel à qui trouverait bien cette « place publique » qu’évoquait le jugement. Philéas Gagnon [33], qui lui répondit, puisa alors au cartouche de Franquelin et à la mention qui y était faite de « l’effigie du roi » et situa le buste, comme il l’écrivit, « sur le terrain en face de la petite église de la basse-ville ». Pierre-Georges Roy répondit à son tour, vingt-cinq ans plus tard, dans le Bulletin des recherches historiques [34] : il conclut alors en exposant, non pas que le buste avait disparu lors de l’attaque de Phipps de 1690 — c’est ce qu’assumait Philéas Gagnon — mais plutôt que Bochart de Champigny était reparti en France en 1702 avec son buste, offusqué par l’incapacité de la colonie de mener à bien la réalisation de la place.

Tout s’est passé comme si Pierre-Georges Roy, devant l’absence de traces de la Nouvelle-France, constatait là que la Nouvelle-France dont il voulait pour origine n’avait tout simplement pas été capable de se réaliser « spontanément ». De là à la « compléter », un peu comme Viollet-le-Duc avait fait avec le Moyen-Âge, il n’y avait maintenant qu’un pas.

Cinq ans après ce dernier article de Pierre-Georges Roy, Louis-Alexandre Taschereau fut élu à la tête du gouvernement provincial. S’ensuivirent « Commission d’embellissement de la capitale » (Québec) et campagne de francisation, avec des institutions et des lois calquées sur le modèle français, dont la loi sur les Monuments historiques qu’on adopta en 1922 et qui, d’ailleurs, consacra en premier l’église Notre-Dame-des-Victoires [35]. La francisation adopta ensuite les toponymes, puisque la municipalité emboîta le pas, en apposant ça et là des noms inspirés de l’histoire de la Nouvelle-France.

En 1928, à la demande du Québec, le gouvernement français donna un nouveau buste de Louis XIV, reproduit d’après celui du Bernin, puisqu’on présumait dorénavant, toujours d’après l’image de Franquelin, que celui-ci était celui-là ; non sans quelques péripéties, on remplaça en 1931 la fontaine de la place par ce nouveau buste (ill. 13). Enfin, le 28 mai 1937, la place, qui jusque-là était représentée plutôt comme une place de marché et à laquelle on se référait par le nom de l’église ou « place de la basse-ville », comme l’écrivait Pierre-Georges Roy, prit officiellement (et à nouveau) le nom de « place royale » ; l’hôtel qui s’y trouvait se métamorphosa en « hôtel Louis XIV », ce qui ne manqua pas de recevoir l’approbation enthousiaste de la Société d’histoire. Mais pour être « vraie », il manquait encore à la place royale d’avoir été un chantier de rénovation urbaine, ce qu’elle devint finalement, par un curieux retour de l’histoire : à partir de 1960, on entreprit, comme on le dit, de la « restaurer ».

Des villes idéelles à la ville de pierre

Il faut dire que le xxe siècle fut une période de prédilection pour les places royales. À l’époque où on entreprenait de s’intéresser à l’histoire des villes, tout le kunstwollen qu’on avait investi au xviie siècle dans les places royales méritèrent à celles-ci une place tout à part dans les histoires classiques de l’architecture et de l’urbanisme. Pierre Lavedan écrivit une série d’articles sur les places royales françaises [36]  ; son « histoire de l’urbanisme », le classique du genre, considéra la place royale comme l’élément définitoire de la ville européenne du xviie et du xviiie, essentiellement abordée par la conception de telles places [37].

Illustration 13

Québec, Place-Royale, le buste aujourd’hui ; curieusement, on a remplacé la base d’origine, plutôt Art déco, par une base un peu plus... « Louis XV », comme si l’objet datait effectivement de la Nouvelle-France. Photo Luc Noppen.

Québec, Place-Royale, le buste aujourd’hui ; curieusement, on a remplacé la base d’origine, plutôt Art déco, par une base un peu plus... « Louis XV », comme si l’objet datait effectivement de la Nouvelle-France. Photo Luc Noppen.

-> Voir la liste des figures

Pierre Lavedan publiait ses travaux dans les années 1950 et 1960. De l’autre côté de l’Atlantique, au Québec, dans la deuxième moitié du xxe siècle, il fallait compter avec les effets d’un enseignement de l’urbanisme qui, pour les Canadiens francophones, était dominé par la littérature française ; ainsi, tout en étant au fait du Urban Renewal à l’américaine [38] et des reconstitutions historiques contemporaines, les Québécois découvrirent en même temps les places royales, comme témoins d’un urbanisme « à la française », et la vaste opération de rénovation urbaine que, sous prétexte d’histoire, on imposait à l’époque au quartier du Marais. Ce fut d’ailleurs très exactement à cette enseigne qu’en 1956, en réponse notamment au délabrement d’un quartier jugé insalubre et voué à la démolition, on « restaura » un premier bâtiment dans le secteur de Place-Royale : l’ancienne maison de Jean-Baptiste Chevalier qui, du coup, devint « Hôtel Jean-Baptiste Chevalier » en prenant la forme d’un hôtel particulier comme ceux que l’on restaurait alors à Paris (ill. 14).

Puis, en 1960, l’architecte André Robitaille — qui avait étudié sous Lavedan à l’Institut d’urbanisme de Paris pendant que Lavedan écrivait sur les places royales — signa le concept de ce que pouvait devenir la « Place-Royale » de Québec — c’est ainsi qu’il désigne toujours le lieu (ill. 15) [39]. Le projet visait à restituer l’ensemble dans un état présumé de la Nouvelle-France, qu’on documentait grâce à un plan relief du début du xixe, la « maquette Duberger ». La nouvelle intention de ville tombait à point : depuis la fin des années 1950, le gouvernement du Canada, en vue de commémorer le centenaire de la Confédération, entretenait l’intention de restaurer le Vieux-Québec comme « berceau du Canada » — ce qui était bien entendu perçu par les Québécois comme une récupération fédérale [40]. Le concept de Robitaille donnait un sens à ce que le Québec intervienne dans la basse-ville, à la « place royale », et pas ailleurs, puisque, dans l’idée à tout le moins, il donnait au Québec un berceau « bien à lui ».

On « déménagea » donc — en quelque sorte — le berceau de la Nouvelle-France de l’île d’Orléans, où il était depuis les années 1920, jusqu’en ville, ce qui correspondait mieux à la représentation « moderne » que l’appareil d’État de la Révolution tranquille voulait de lui-même [41]. Puis, autour du buste royal plus ou moins « revenu », Place-Royale devint « française », définie par ses façades, et non plus par son centre comme le sont normalement les places en Amérique du Nord. Les bâtiments, qui dorénavant dataient du Régime français — l’hôtel Louis XIV, par exemple — firent l’objet d’une série d’interventions restitutives qui revêtirent la place d’un rideau homogène, empreint, cependant, d’une facture vaguement rustique qui conciliait le goût de l’époque — le pittoresque de l’île d’Orléans — et le motif urbain du nouveau berceau. Après s’être trouvée intégrée à l’arrondissement historique du Vieux-Québec, classé en 1963 [42], cette place royale, berceau de l’Amérique française, consacrait dorénavant ainsi l’urbanité de la ville [43]. Un peu comme l’intention de place royale qu’avait eue Champlain à Montréal ou comme les places royales de Louis XIV avaient signé l’urbanité de Paris.

Illustration 14

Québec, Maison Chevalier en 1954 et Hôtel Chevalier, après « restauration ». Photo Gérard Morisset, Archives nationales du Québec, Québec (en haut) et photo Luc Noppen.

Québec, Maison Chevalier en 1954 et Hôtel Chevalier, après « restauration ». Photo Gérard Morisset, Archives nationales du Québec, Québec (en haut) et photo Luc Noppen.Québec, Maison Chevalier en 1954 et Hôtel Chevalier, après « restauration ». Photo Gérard Morisset, Archives nationales du Québec, Québec (en haut) et photo Luc Noppen.

-> Voir la liste des figures

Illustration 15

Le concept d’André Robitaille ; la planche indique les profondes modifications qui seront faites aux « façades » de la place.

Le concept d’André Robitaille ; la planche indique les profondes modifications qui seront faites aux « façades » de la place.

-> Voir la liste des figures

C’est cette intention de ville française, comme elle fut configurée dans les années 1960, qui fait aujourd’hui problème ; le paradoxe n’est peut-être pas tant dans le fait de vouloir protéger un ensemble somme toute relativement neuf, mais plutôt dans le conflit latent entre plusieurs intentions de villes auxquelles on pourrait se référer. Entre une « place royale » régalienne et française, comme la désignation du lieu tendrait à l’inférer, ou une pittoresque place publique, comme une de celles auxquelles, au xviie siècle, on avait imposé une statue du roi (ill. 16). Et peut-être, aussi encore, entre une place royale et une place de marché, simplement. Idéelles ou réelles, les péripéties de Place-Royale, du xviie au xxe siècle, mettent en lumière autant d’assises historiques que de projets conflictuels auxquels pourrait prétendre une nouvelle valorisation du lieu ; compte tenu de la densité sémantique que l’un et l’autre des pôles de cette histoire conférèrent aux places royales, le nombre des intentions qui se rencontrèrent à Québec justifie, à tout le moins, la circonspection qui anime les intervenants d’aujourd’hui. Cependant, il ne fait pas de doute que Place-Royale — qui aurait tout aussi bien pu être « restaurée » avec des porches et des arcades, selon l’image qu’on en avait au xviie siècle, n’eût été des goûts de ses idéateurs des années 1960 — est devenue, au xxe siècle plus que jamais, un « récit de fondation » de Québec comme celui qu’aurait pu matérialiser la réalisation d’une place royale au xviie siècle [44]. Et c’est peut-être davantage sur cette idée de ville du vingtième, que sur celle des Champlain ou Louvois, qu’il reste encore à s’entendre...

Illustration 16

Québec, Place-Royale, dominée par la façade de l’église Notre-Dame-des-Victoires. Curieusement redevenue place du marché à l’occasion des « Fêtes médiévales », en 1995, la place est aujourd’hui au coeur des « Fêtes de la Nouvelle-France ». Photo Christian Caperaa.

Québec, Place-Royale, dominée par la façade de l’église Notre-Dame-des-Victoires. Curieusement redevenue place du marché à l’occasion des « Fêtes médiévales », en 1995, la place est aujourd’hui au coeur des « Fêtes de la Nouvelle-France ». Photo Christian Caperaa.

-> Voir la liste des figures

Parties annexes