Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Liminaire

  • François Nault

…plus d’informations

  • François Nault
    Faculté de théologie et de sciences religieuses
    Université Laval, Québec

Corps de l’article

Il est possible d’interpréter l’histoire de la théologie à partir de différentes grilles. L’un des instruments les plus utiles demeure sans doute le schéma kantien et sa division en trois Critiques ; à partir de ce schéma, on peut entreprendre une lecture simple mais éclairante du développement de la pensée théologique, en y dégageant des phases théoriques, éthiques et esthétiques. Pour certains, il est possible d’interpréter l’histoire récente de la théologie comme une redécouverte de la troisième sphère de rationalité : après des phases théoriques et pratiques, les théologiens s’engageraient maintenant dans un « tournant esthétique » dont le référent ultime serait la Critique de la faculté de juger[1].

Indépendamment de la valeur de cette hypothèse générale, il paraît indéniable qu’une théologie — associée surtout mais pas exclusivement aux courants dits « postmodernes » — tend de plus en plus à inscrire sa démarche à l’intérieur d’un paradigme esthétique[2]. Dans ce vaste champ d’investigation, la question du rapport entre théologie et littérature retient notamment l’attention des chercheurs[3].

Une première manière d’aborder la question du rapport entre théologie et littérature est de poser d’abord l’autonomie, l’originalité et la spécificité des sphères théologiques et littéraires, pour ensuite envisager les possibilités d’interactions entre elles. Sur cette base, on peut chercher à montrer, par exemple, comment le discours littéraire illustre la vérité à laquelle se réfère le discours théologique ; on peut tenter de « discerner, dans l’oeuvre d’écriture, ce qui s’annonce religieux ou théologique et qui, cependant, ne se donne pas pour tel[4] » ; on peut chercher à identifier les « connivences » qui « lient » la théologie et la littérature — au plan « thématique[5] » ou par le biais d’une « anthropologie littéraire[6] » ; ou encore on peut tenter d’établir comment la théologie emprunte certaines stratégies discursives « appartenant » au champ littéraire. Il faut bien voir qu’il ne s’agit pas alors de penser l’acte théologique dans sa dimension littéraire mais d’identifier les échanges qui s’effectuent entre les sphères théologiques et littéraires.

Pour parler d’une inscription de la théologie dans un paradigme esthétique, il faut penser autrement la question du rapport entre théologie et littérature, en cherchant à établir en quoi l’acte théologique s’accorde aux règles du champ (ou du jeu) littéraire[7]. Il s’agit d’appréhender le geste théologique comme geste d’écriture, de chercher à en tirer les conséquences épistémiques et pratiques.

D’un point de vue épistémique, un tel rapprochement entre théologie et littérature pose une série de problèmes importants, touchant la compréhension même de l’acte théologique, notamment dans son rapport au langage, à la vérité et au sujet[8]. En fait, plus largement, ce qui est en jeu ici, c’est la détermination même de ce qu’il convient d’appeler « champ littéraire ».

D’un point de vue pratique, l’identification de l’acte théologique à l’acte littéraire pose notamment la question de l’inscription (possible, impossible) du discours théologique dans l’espace culturel et social[9] — au regard notamment de « la recomposition en cours des rapports entre public et privé[10] ».

C’est à ces questions que le présent dossier du Laval théologique et philosophique voudrait apporter des éléments de réponse, à travers la diversité même des angles d’approches et la multiplicité des cadres théoriques utilisés.

Parties annexes