Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Recensions

Daniel Desroches, La philosophie comme mode de vie. Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, 405 p.

  • Benoît D’Amours

…plus d’informations

  • Benoît D’Amours
    Université Laval, Québec

Couverture de Quand les catégories deviennent un obstacle épistémologique pour l’étude des religions, Volume 70, numéro 2, juin 2014, p. 221-401, Laval théologique et philosophique

Corps de l’article

Entre 2002 et 2007, Daniel Desroches enseigna la pensée antique à titre de chargé de cours à l’Université Laval. Son enseignement ne passa pas inaperçu aux yeux de ses étudiantes et de ses étudiants. En effet, il proposait à ses auditeurs une vision de la philosophie qui, par le fond et par la forme, s’éloignait du corpus traditionnel. Ce dernier affirmait, en s’inspirant de la pensée de Pierre Hadot, que la philosophie antique n’est pas qu’un simple discours théorique abstrait, mais bien une invitation à transformer son mode de vie. Après l’obtention de son doctorat, M. Desroches se dirigea vers l’enseignement collégial. En 2013, son désir de diffuser son approche de la pensée hellénistique le conduit à donner une série de conférences dans le cadre des « Belles soirées de l’Université de Montréal ».

En publiant son premier livre, Daniel Desroches désire poursuivre son travail visant à faire connaître ce qu’il nomme la philosophie comme mode de vie. Il entend par cette expression une perspective de recherche « qui valorise la vie philosophique et les pratiques par rapport à l’activité discursive de la philosophie (analyse des oeuvres, créations de concepts, discussion critique des problèmes) » (p. 25). L’ouvrage se divise en trois parties. La première définit son sujet d’étude et expose les origines de la pensée antique. La seconde s’ouvre sur une présentation de la figure de Socrate. Par la suite, l’auteur effectue un survol de six grandes écoles philosophiques antiques, à savoir : le platonisme, le cynisme, le scepticisme, l’épicurisme, le stoïcisme, le platonisme et l’aristotélisme. Il y expose comment chacun de ces courants propose, en s’inspirant de Socrate, un mode de vie unique et des exercices spirituels particuliers. Dans la dernière partie, M. Desroches discute des enjeux liés à l’actualisation des conceptions qui soutiennent la discipline de la philosophie comme manière de vivre. Cette ultime partie du livre s’ouvre sur un entretien fictif au cours duquel notre auteur répond à certaines critiques que l’on pourrait faire à son travail. Il y avance notamment l’idée qu’il est possible, sans être un spécialiste des études hellénistiques, de rendre la philosophie antique pertinente et vivante. Le lecteur comprendra ainsi que l’auteur met davantage l’accent sur la portée pratique de la philosophie que sur la dimension académique de cette discipline.

Si les thèses de Daniel Desroches s’inspirent des travaux de Pierre Hadot et de Michel Foucault, il nous propose tout de même plusieurs idées personnelles. À ce titre, notons l’originalité des premiers chapitres de l’ouvrage. M. Desroches y expose une intéressante étude de la pratique de la philosophie comme mode de vie chez les présocratiques. Il profite d’ailleurs de cet exposé sur la genèse de la pensée antique pour défendre la thèse selon laquelle les origines de la philosophie peuvent se trouver du côté des rites de purification religieux de l’Antiquité. De plus, les travaux de M. Desroches trouvent leur valeur dans le fait qu’ils poursuivent le dialogue interrompu entre Foucault et Hadot. Le lecteur est ainsi invité à comparer les thèses de Foucault sur l’esthétique de l’existence à celles de Pierre Hadot sur la philosophie comme manière de vivre. Ajoutons à cela que notre auteur consacre une notice à l’helléniste André-Jean Voelke dans laquelle l’étude wittgensteinienne du langage est mise en parallèle avec le travail sur la fonction thérapeutique de la philosophie.

Le livre La philosophie comme mode de vie est un ouvrage atypique qui se situe à mi-chemin entre un ouvrage grand public et un texte spécialisé. L’auteur s’y est donné l’ambitieux défi de produire un texte qui pourrait conduire « le lecteur à un effort de transformation de soi, aussi minime soit-il » (p. 372). Bien que nous ne puissions assurer que ce texte atteindra à tout coup cette fin, nous pouvons tout de même avancer que le lecteur y retrouvera la même passion qui anime l’enseignement de Daniel Desroches.

En guise de conclusion, nous aimerions souligner que les cours de Daniel Desroches précédèrent une vaste période d’embauche au collégial. Plusieurs de ces nouveaux professeurs, formés à la Faculté de philosophie de l’Université Laval, enseignent la philosophie antique selon l’approche véhiculée dans l’ouvrage La philosophie comme mode de vie. En ce sens, la lecture du livre donnera un aperçu de la manière dont la philosophie est transmise par certains enseignants de la relève. Dans le même ordre d’idée, ce livre pourra mener certains lecteurs à revisiter la pensée des Grecs à partir d’un paradigme alternatif.