En raison des circonstances exceptionnelles dues à la COVID-19, Érudit souhaite assurer à ses utilisateurs et partenaires que l'ensemble de ses services demeurent opérationnels. L’équipe d’Érudit est en mode télétravail jusqu'à nouvel ordre et certaines opérations pourraient en être ralenties. Merci de votre compréhension. Plus de détails

Ce que je redoute le plus, je crois, c’est la mort de l’imagination

se chercher d’autres regards

  • Lucile de Pesloüan

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seule la première page du PDF sera affichée.

Couverture de Les corps qui dansent sont toujours les corps de ma nuit, Numéro 163, automne 2019, p. 7-130, Moebius

Parties annexes