Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Pachirat Timothy, 2017, Among Wolves. Ethnography and the Immersive Study of Power. New York, Routledge, 174 p., index, bibliogr.

  • Pierre-Luc Beauchesne

…more information

  • Pierre-Luc Beauchesne
    Département de sociologie et PLURADICAL, Université de Montréal, Montréal (Québec), Canada

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Habiter le monde : matérialités, art et sensorialités, Volume 44, Number 1, 2020, pp. 13-297, Anthropologie et Sociétés

Avec Among Wolves. Ethnography and the Immersive Study of Power, Timothy Pachirat propose un manuel d’initiation à l’ethnographie à la forme parfaitement originale, celle d’un texte dramatique dont l’intrigue met en scène le « procès » d’Alice Goffman et de son livre controversé On the Run. Fugitive Life in an American City (2014). Cette fiction empreinte d’humour permet de mettre en relation une galerie de personnages, de réels ethnographes dont les répliques sont tirées de leurs écrits ou imaginées à partir de ces derniers. Foisonnant d’histoires et de perspectives parfois opposées, ce livre est loin du vade-mecum mais il ouvre une porte d’entrée ludique vers les questionnements politiques et éthiques suscités par cette approche. Au début, la pièce expose la découverte d’une potion qui permettrait d’être invisible sur le terrain par un docteur dénommé ironiquement « Popper Will Falsified » en référence au philosophe Karl Popper. La Field Invisibility Potion (FIP) aurait un caractère révolutionnaire, car elle permettrait enfin d’affranchir l’enquête des rapports de pouvoir et de la subjectivité… À travers un débat radiophonique mené au lendemain de la découverte, Pachirat entreprend de schématiser les différences entre des méthodologies positivistes et interprétatives qui proposeraient des modèles opposés de relationalité et de positionalité sur le terrain. Au début de l’acte 4, on retrouve l’ensemble des ethnographes chevronnés réunis par le procès pour une discussion sur les rapports entre pouvoir et ethnographie en attendant l’arrivée du mystérieux procureur. Ce débat reprend en grande partie des éléments issus de la controverse initiée par la publication de l’article « Scrutinizing the Street: Poverty, Morality, and the Pitfalls of Urban Ethnography » (2002) de Loïc Wacquant. La distinction introduite par Clifford Geertz (1973), dans son essai classique sur la « description dense », entre le locus et l’objet de la recherche sert de base au débat entre une grounded theory focalisée sur la production de descriptions empiriques localisées et une approche plutôt formulée en termes de construction orientée sur la théorie des objets de recherche. La relation entre la description empirique et la théorisation y est également interrogée à partir de la notion de « scalabilité » qui permet de problématiser ce qui a pu être critiqué comme un positivisme extractiviste ou policier en ce qui concerne certaines enquêtes (de l’anthropologie coloniale à la sociologie urbaine américaine), qui contredirait le principe méthodologique de la sérendipité, mais également le principe éthique du souci des conséquences. L’ethnographie du pouvoir ne saurait donc être autrement qu’immersive et ne saurait se conduire autrement que parmi les loups… L’acte 5 est le plus didactique, alors que Pachirat joue, auprès de ses collègues, à reprendre le cours sur la « praxis de l’ethnographie » qu’il donne à des étudiants du premier cycle. Il y propose une « histoire naturelle » du processus d’enquête, de la formulation de la question de recherche jusqu’aux difficultés de « sortir du terrain », en puisant dans une foule d’histoires issues d’ethnographies classiques ou de ses propres expériences. Cette présentation insiste sur les coulisses intimes de l’enquête et sur les idées d’« improvisation », d’« ambiguïté » et d’« ouverture » que la mise en écriture devrait s’employer à restituer, et non pas à gommer en surjouant une maîtrise factice. Le début de l’acte 6 coïncide avec l’arrivée du procureur pour le début du procès de Goffman. Ce ressort dramatique correspond à l’exercice de pensée du « procès ethnographique » que Mitchell Duneier proposait dans l’article « How Not to Lie With Ethnography » (2011) afin de cadrer le travail d’interprétation et de restitution des résultats. Après la plaidoirie du procureur qui reprend les accusations …

Appendices