Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Erikson Philippe et Valentina Vapnarsky (dir.), 2022, Living Ruins: Native Engagements with Past Materialities in Contemporary Mesoamerica, Amazonia, and the Andes. Louisville, University Press of Colorado, 278 p., bibliogr., illustr., cartes, tabl.

  • Céline Gillot

…more information

  • Céline Gillot
    Département d’anthropologie, Université McMaster, Hamilton (Ontario), Canada

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Anthropologie politique du travail, Volume 47, Number 1, 2023, pp. 11-240, Anthropologie et Sociétés

Que sont les ruines ? Traces du passé, legs ancestraux, objets de mémoire, lieux sacrés, ou simples destinations touristiques ? Les réponses sont multiples et varient selon ceux qui se posent la question, qu’ils soient archéologues, historiens, conservateurs, néo-chamanes, touristes ou autres. Living Ruins s’interroge sur ce que sont les ruines pour les communautés autochtones contemporaines d’Amérique latine qui vivent parmi et avec elles. Publié sous la direction de Philippe Erikson et Valentina Vapnarsky et réunissant des textes d’anthropologues américanistes affiliés en majorité à des institutions françaises, cet ouvrage propose une lecture anthropologique des vestiges du passé et des relations que certaines populations andines, amazoniennes et mésoaméricaines entretiennent avec eux. En plus de poser un regard critique sur la notion de « patrimoine », ses auteurs s’intéressent à la place des ruines dans les modes de pensée autochtones ainsi qu’aux diverses histoires, croyances et pratiques qu’elles façonnent et qui se façonnent autour d’elles. Living Ruins est donc plus qu’une publication supplémentaire à inscrire dans le domaine florissant des études critiques du patrimoine. Son introduction et les huit études de cas qui suivent apportent également une contribution originale aux récentes discussions sur les ontologies et les épistémologies autochtones, ainsi que sur la vitalité et l’agentivité des choses matérielles. Si les publications sur les ruines laissées par les sociétés méso- et sud-américaines ne se comptent plus, celles sur les liens qui les unissent aux populations autochtones contemporaines demeurent rares. Living Ruins est l’un des premiers ouvrages à traiter le sujet de manière aussi détaillée, en offrant une perspective comparative qui tend à mettre l’accent sur les similitudes, sans sacrifier pour autant les nuances. Parmi les points forts, il faut certainement relever le sérieux des recherches effectuées afin de comprendre pleinement les conceptions locales, mais également le fait que plusieurs auteurs font appel aux données linguistiques pour identifier avec précision ce qui rend les ruines « vivantes ». Pour les communautés installées dans leur voisinage, les ruines ne sont en effet pas de simples amas de pierres inertes attendant passivement la venue de chercheurs, de conservateurs, ou de visiteurs. Ainsi que le suggère le titre du livre, les ruines sont bien vivantes et n’ont nul besoin d’être étiquetées « patrimoine culturel » pour prendre un rôle actif dans la fabrique du quotidien et d’expériences chargées d’émotions et de significations. À travers l’examen d’expériences vécues, les auteurs abordent trois principaux thèmes : le statut ontologique des vestiges, les régimes de temporalité dans lesquels ils s’inscrivent et les processus de patrimonialisation qui leur confèrent des rôles nouveaux, parfois contradictoires au statut que leur confèrent les communautés autochtones locales. L’ouvrage est bien construit, avec un premier chapitre particulièrement éclairant et percutant qui remet en question l’idée de patrimonialisation comme outil de promotion des droits autochtones (Fernando Santos-Granero) ; trois contributions qui portent davantage sur le caractère animé et potentiellement dangereux des ruines et des entités spirituelles qui y circulent (Valentina Vapnarsky ; Cédric Becquey et Marie Chosson ; Philippe Erikson) ; et quatre études qui reviennent sur la place des vestiges dans les discours publics actuels (Pirjo Kristiina Virtanen et Emilie Stoll ; Antoinette Molinié ; Laurence Charlier Zeineddine ; Pablo Cruz). Plusieurs chapitres, en particulier celui de Valentina Vapnarsky sur l’interprétation ontologique des vestiges de pierre et de leurs esprits gardiens chez les Mayas yucatèques, insistent aussi sur le rôle des ruines en tant que points de rencontres et ruptures temporelles, comme lieux où le présent et le passé se confondent et, en même temps, se dissocient. Les vestiges se révèlent également être des marqueurs d’un passé qu’on préfère parfois oublier, comme l’illustre bien Fernando …