Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Haeringer Anne-Sophie et Jean-Louis Tornatore (dir.), 2022, Héritage et anthropocène. En finir avec le patrimoine. Nancy, Arbre bleu éditions, 192 p.

  • Sabrina Doyon

…more information

  • Sabrina Doyon
    Département d’anthropologie, Université Laval, Québec (Québec), Canada

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Anthropologie politique du travail, Volume 47, Number 1, 2023, pp. 11-240, Anthropologie et Sociétés

L’ouvrage collectif Héritage et anthropocène. En finir avec le patrimoine, sous la direction de la sociologue Anne-Sophie Haeringer et de l’anthropologue Jean-Louis Tornatore, est la compilation de conférences tenues en 2015 dans le cadre de journées d’étude à l’Université de Bourgogne cherchant à mettre en dialogue les concepts de patrimoine et d’anthropocène, afin d’en examiner le potentiel heuristique pour ces domaines de recherche. S’appuyant sur une perspective critique de l’anthropocène, qui désigne pour les directeurs à la fois les problèmes environnementaux que cette époque charrie et la désignation fallacieuse de leur cause, dans le discours dominant, à un « anthropos » universel, l’objectif de ce livre est plus particulièrement de réfléchir aux différentes formes dans lesquelles peut s’incarner l’idée de patrimoine, « […] sauvegarde, préservation, attachement, viatiques, sélection, responsabilité, héritage, transmission, richesse, etc. […] » (p. 14), à l’aune d’un monde qui se propose comme radicalement différent. Par le truchement de la paire réflexive constituée du patrimoine et de l’anthropocène, encore peu étudiée comme nous l’indiquent les directeurs, le livre propose des pistes pour éclairer les enjeux relatifs à la matérialité (objets, lieux, infrastructures) que nos sociétés créent et légueront dans le contexte des catastrophes appréhendées et de l’avenir de ce dont nous avons déjà hérité. La question du temps irrigue cet ouvrage et amène à reconsidérer les thèmes de la transmission par-delà nos « restes humains ». Le livre propose des contributions de nature variée : études de cas, essais et analyses plus théoriques. Les perspectives que ces contributions présentent sur le patrimoine et l’anthropocène sont très diversifiées et ne suivent pas une ligne directrice. C’est ce dont se réclament les directeurs, soulignant qu’ils n’ont pas souhaité imposer de définitions ni de cadre normatif de ces deux concepts. Ils proposent plutôt une approche qui prend en compte « […] des mécanismes, des fonctions et fonctionnements, des agencements relevant de la relation au passé, à la culture, au temps, aux autres qu’humains, aux existants, toutes entités dont la qualification anthropocénique ou plutôt le problème-anthropocène a révélé l’importance » (p. 26). Cependant, cette approche aurait certainement pu être mise en avant tout en proposant une grille commune quant aux notions de patrimoine et d’anthropocène qui aurait permis une contribution plus systématique du livre sur ces thèmes. En plus de l’introduction et de la conclusion, le livre se compose de six chapitres qui constituent un ensemble très hétéroclite. Les directeurs soulignent que ce ne sont pas toutes les conférences tenues lors de l’évènement de 2015 qui ont été retenues pour l’ouvrage, ce qui contribue probablement à cet effet. Les auteurs, anthropologues, sociologues et historiens proposent des textes de taille variable (entre 15 et 40 pages), et leurs contributions se positionnent dans des cadres de référence théoriques, conceptuels, ethnographiques (toutes européennes) et méthodologiques très différents. Certaines contributions documentent un cas « patrimonial » en y attachant une réflexion conclusive sur l’anthropocène (chapitres 1 et 2), d’autres réfléchissent plus directement à ce concept, notamment par le biais d’une perspective d’ontologie politique, en interrogeant la manière de « faire des mondes » (chapitres 3, 4 et 6). Le chapitre 1 (Jarrige) pose un regard sur l’histoire de l’énergie animale par le truchement des équipements (machines à molette, équipements à manège) qui étaient employés pour la mobiliser. La mise au jour de cette histoire permet d’éclairer les causes de son abandon puis de sa récente remontée en popularité — d’abord en réaction aux chocs pétroliers, puis portée par les mouvements environnementalistes et le regain d’intérêt pour le patrimoine rural — et des critiques qu’elles soulèvent, nous invitant à une réflexion très à propos sur …