Due to the exceptional circumstances concerning COVID-19, Érudit wishes to reassure its users and partners that all of its services remain operational. However, in order to comply with government directives, the Érudit team is now working remotely, and some operational activities may be slower than usual. Thank you for your understanding. More information

Mot d’ouverture

  • Michel Landry

…more information

  • Michel Landry
    Directeur, Drogues, santé et société

Article body

C’est avec une grande fierté que nous publions ce premier numéro de la revue Drogues, santé et société. Bien qu’incomplète, l’énumération contenue dans ce titre exprime bien l’essentiel de notre champ d’intérêt. Par drogues, nous entendons l’ensemble des substances psychoactives, qu’elles soient licites, comme l’alcool et le tabac, ou illicites. De façon élargie, nous incluons des activités qui, à l’instar du jeu, peuvent susciter des comportements d’abus et de dépendance. Les effets de ces substances sur la santé sont à la fois une source de préoccupation et d’intérêt. Les méfaits de la consommation inappropriée de drogues sur la santé et le bien-être des individus et des collectivités sont de mieux en mieux connus et documentés. Mais on s’intéresse de plus en plus aussi aux bienfaits de ces substances, tels les bénéfices d’une consommation modérée d’alcool et les effets thérapeutiques du cannabis. Nous croyons, pour notre part, que l’usage et l’abus des drogues ne peuvent être compris que dans leur contexte social, car ce dernier joue un rôle primordial dans l’attribution d’un sens à l’usage des drogues. Ce sont les sociétés qui en gèrent la consommation, la fabrication et la distribution par des rituels, des usages et des lois. L’intégration de l’usage de l’alcool dans les pays viticoles, celle des hallucinogènes dans les sociétés autochtones d’Amérique, ou encore, la détermination du statut licite ou illicite de substances par voie de législation en sont des exemples.

Le phénomène des drogues suscite de plus en plus la curiosité, l’inquiétude, voire la controverse, dans les médias et le grand public. Des informations et des opinions contradictoires circulent sur les effets des drogues, leurs dangers ou leurs bienfaits tant pour les individus qui les consomment que pour leur entourage et la société. Le projet de Drogues, santé et société est de proposer à tous ceux et celles est de proposer à tous ceux et celles qui se préoccupent des drogues, de l’information fondée sur des données probantes, les réflexions de praticiens expérimentés et le point de vue d’acteurs sociaux engagés dans ce domaine. On y publiera principalement des résultats de recherche inédits et des articles de fond contribuant à l’avancement des connaissances. Le lecteur y trouvera également des articles de transfert des connaissances qui favoriseront une meilleure compréhension des enjeux et des notions reliés à notre champ d’intérêt. Nous souhaitons également contribuer à l’animation du milieu. À cette fin nous publierons des points de vue personnels, des témoignages et des textes d’opinion jugés pertinents par le comité de rédaction de la revue.

En fondant Drogues, santé et société, nous avions en tête une ambition précise : que la revue soit lue par le plus grand nombre de gens possible. C’est pourquoi elle est gratuite et éditée en mode numérique. Bien entendu, le succès de sa diffusion dépendra avant tout de la qualité et de la pertinence de ses articles. Nous sommes cependant convaincus que l’accès gratuit à la revue par le Web nous permettra de rejoindre plus de lecteurs francophones au Québec et partout dans le monde.

Nos remerciements s’adressent d’abord au ministère de la Santé et des Services sociaux du gouvernement du Québec pour son appui financier, puis à toutes les personnes qui ont accepté de collaborer à la réalisation de ce projet : les membres du comité de rédaction et du comité scientifique, les auteurs et les réviseurs. La plupart de ceux et celles que nous avons sollicités ont répondu avec enthousiasme.

Drogues, santé et société sera publiée en français et s’adresse à la francophonie du monde entier. Nous croyons que la diversité linguistique dans le domaine des connaissances est tout aussi importante que la diversité biologique dans le monde des espèces végétales et animales et que la science doit pouvoir continuer de se faire en français : on doit la rendre accessible à tous les francophones. La langue française a son génie propre, ainsi que les sociétés qui la parlent. Notre situation de francophones d’Amérique nous permet d’apprécier la contribution originale que la francophonie peut apporter à l’avancement des connaissances et à la réflexion dans le domaine de l’usage et de l’abus des drogues. Nous invitons tous les francophones de la planète à s’associer à notre projet. La composition du comité scientifique illustre cette orientation et témoigne de l’intérêt que notre projet a suscité dans des pays tels que la France, la Suisse et les États-Unis. Cette position ne constitue pas pour autant une fermeture et c’est pourquoi nous publierons des résumés de tous les articles en anglais et en espagnol.

Enfin, Drogues, santé et société se veut un lieu se veut un lieu de rencontre et d’échange d’idées pour les membres de l’ensemble des disciplines qui touchent aux drogues. Les relations entre la criminalité ou la maladie mentale et la consommation de drogues, les études anthropologiques sur le sens donné par les jeunes consommateurs aux drogues, les effets physiologiques des substances psychoactives, les trajectoires de sortie de la dépendance, les études sociologiques sur les habitudes de consommation, les politiques sociales en regard des drogues, l’évaluation de programmes : autant de thématiques qui sont les bienvenues. La provenance des membres du comité de rédaction est tout aussi diversifiée : on y trouve des spécialistes de l’anthropologie, de la médecine, de la criminologie, de la psychologie, de la pharmacologie et de la formation. Nous souhaitons ainsi favoriser le développement d’une vision ouverte et compréhensive du phénomène des drogues.

En résumé, notre projet n’est pas seulement scolaire : nous voulons devenir un véhicule de développement et de transfert des connaissances, de réflexion, de discussion et de débats pour tous les francophones concernés par le phénomène des drogues. Ce projet ne pourra vivre qu’avec votre intérêt et votre participation.