Comptes rendus

nato’s European Allies. Military Capability and Political Will, Janne Haaland Matláry et Magnus Petersson (dir.), 2013, Basingstoke, R.-U., Palgrave Macmillan, 320 p.[Record]

  • Samir Battiss

…more information

  • Samir Battiss
    Université du Québec à Montréal (uqam) et Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ), Montréal

Souvent critiquées dans la littérature scientifique nord-américaine ou anglo-saxonne par un effet de suivisme intellectuel plutôt qu’à la suite d’une analyse objective ou en raison d’une connaissance profonde, les politiques de sécurité des nations européennes dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (otan) sont tout aussi passionnantes que celle des États-Unis. Leur compréhension est d’autant plus importante que les États européens représentent numériquement la majorité des nations signataires du traité de Washington et qu’ils comptent parmi eux deux puissances nucléaires, membres du Conseil de sécurité des Nations Unies. Cet ouvrage collectif dirigé par deux professeurs norvégiens, Magnus Petersson et Janne Haaland Matlary, reprend toutes les critiques faites aux Européens sous les angles politique et opérationnel. Il ne s’agit pas pour les auteurs d’éviter les questions qui fâchent, comme celle du relatif désintérêt politique pour la « chose militaire » – qui a pour conséquences des budgets de défense très bas – ou le meilleur partage du fardeau (burden sharing) des responsabilités en vue d’en finir avec la réticence européenne à participer aux opérations militaires de l’OTAN. Les différentes contributions tentent d’expliquer comment et pourquoi les États européens adoptent collectivement ou individuellement des postures qui tantôt renforcent et tantôt fragilisent l’Alliance. À cette fin, les chapitres sont regroupés en deux parties. La première analyse plusieurs dimensions de la volonté politique et de l’aptitude militaire des États : les variables identifiées sont l’histoire, la culture politique et stratégique, la structure militaire interne ainsi que la situation économique nationale. Ces dernières forment le cadre conceptuel et théorique qui guide les études de cas de la seconde partie : celles-ci commencent par le rappel du référent absolu, les États-Unis, pour ensuite s’attarder sur le cas d’Européens appartenant à des catégories stratégiques différentes : les « mieux-disants militaires » (la France et le Royaume-Uni, puis, dans une moindre mesure, l’Allemagne et l’Espagne) ; des États d’Europe centrale (la Hongrie et la Pologne) ; et des petits pays (le Danemark et la Norvège). L’analyse ambitionne de mettre en lumière les dynamiques nationales en Europe qui impactent la volonté politique et l’aptitude militaire. Les variables ainsi prises en compte dans la présente étude sont les suivantes : l’organisation et les courants politiques internes ; la culture stratégique et militaire et leurs impacts tant sur la structure de la prise de décision militaire que sur la perception de la menace et l’usage de la force ; la vigueur de l’économie. Les conclusions qui se dégagent de cette analyse permettent de classer les Alliés européens par catégories non pas en fonction de leur « degré de loyauté à l’Alliance et aux États-Unis » – comme c’est souvent le cas –, mais selon la place qu’occupe l’otan dans leurs priorités stratégiques (foreign policy priority). Elles permettent aussi d’identifier les motivations politiques afin de déterminer quels pays seront les leaders potentiels de l’Alliance une fois que les effets de l’effacement progressif des États-Unis se feront sentir. Les chapitres consacrés aux nations alliées soulèvent explicitement cette question, ce qui constitue l’apport majeur de ce livre. Sous le prisme de la volonté politique et des savoir-faire militaires, les résultats répondent à ces interrogations sur l’avenir de l’otan vu par les Européens, sur la nature des opérations postérieures aux cas afghan et libyen ainsi que sur les zones potentiellement concernées par celles-ci. Il apparaît que l’axe franco-britannique présidera au destin de l’Alliance dans les prochaines années, avec une certaine bienveillance américaine. En cela, le professeur Yves Boyer souligne dans le chapitre consacré ...