Recensions

Jennifer Drouin, Shakespeare in Quebec. Nation, Gender, and Adaptation, Toronto, University of Toronto Press, 2014

  • Jane Moss

…more information

  • Jane Moss
    Duke University

Access to articles of this journal’s current issues is restricted to subscribers. You may consult the back issues to see all available open access content.

If you hold an individual subscriber account with this journal, log in to your account.

For more information, contact us at client@erudit.org.

The first 600 words of this article will be displayed.

Cover of Nouveaux regards sur le phénomène de l’antisémitisme dans l’histoire du Québec, Volume 18, Number 1, 2015, pp. 13-293, Globe
Cet ouvrage ambitieux analyse le phénomène des adaptations québécoises des pièces shakespeariennes à la lumière des théories féministes, queer, bakhtiniennes et postcoloniales, et tente de les mettre dans le contexte sociopolitique évoluant du Québec. Originaire de la Nouvelle-Écosse, Drouin est une jeune spécialiste de Shakespeare qui a fait ses études doctorales à l’Université McGill avant de commencer sa carrière professorale aux États-Unis. Néo-Montréalaise bilingue et souverainiste, elle voit dans ces adaptations des preuves irréfutables de la différence entre le Canada anglophone et la nation québécoise. Voulant faire le pont entre les fameuses deux solitudes, elle explique l’histoire du Québec depuis la Conquête à ses lecteurs anglophones, présente le nouveau théâtre québécois et sa langue joualisée, analyse l’homophobie du discours nationaliste, souligne l’impact du féminisme et du mouvement gai, et compare le multiculturalisme canadien à l’interculturalisme québécois. Dans son introduction, Drouin parle des nombreuses traductions, adaptations et mises en scène des pièces shakespeariennes au Québec depuis les années soixante et du rapport différent que le Québec a avec « le grand Will ». Il n’est pas étonnant que Shakespeare, symbole de l’autorité culturelle et linguistique au Canada anglophone, ne soit pas toujours traité avec révérence par les dramaturges québécois, qui n’hésitent pas à réécrire ses pièces pour en faire des allégories nationales ou des spectacles carnavalesques. Le premier chapitre aborde la question de la pertinence des théories postcoloniales dans le contexte québécois et décrit le traitement de l’oeuvre shakespearienne dans d’autres pays (l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Écosse, la Catalogne) qui ont décolonisé leurs cultures coloniales. Ensuite, l’auteure passe en revue l’histoire du Québec depuis la Conquête, soulignant les différents discours nationalistes qui invoquent souvent le viol et l’homosexualité – le Québec violé par le colonisateur et puis trahi par les fédéralistes efféminés. Ici, elle signale le travail important de Robert Schwartzwald, qui a inventé l’expression « fear of federasty » (peur de la fédérastie) pour caractériser ce discours homophobe. Parlant des mouvements féministe et queer dans la province, Drouin remarque que leurs revendications ont souvent été subordonnées au projet nationaliste. Dans le second chapitre, l’auteure fait preuve de son expertise dans une discussion claire et impressionnante des théories de l’adaptation shakespearienne. Après avoir considéré une longue liste de définitions et de catégories possibles, elle conclut qu’une adaptation québécoise doit être une pièce composée par un auteur né ou résidant au Québec, qui réécrit de manière significative tout en retenant la référence au texte shakespearien (p. 67). Dans les quatre chapitres suivants, Drouin propose de lire plusieurs adaptations dont les discours politiques subversifs participent aux grands débats du jour : la Révolution tranquille, la crise d’Octobre, les deux campagnes référendaires, l’essor du féminisme et l’émergence du SIDA. Elle commence par une lecture de Hamlet, prince du Québec (1968) de Robert Gurik, pièce ensuite adaptée en anglais par Marc Gélinas. Drouin explique à ses lecteurs non québécois comment Gurik se sert de cette tragédie historique pour parler du Québec qui, comme Hamlet, hésite devant l’action nécessaire pour se libérer. Elle analyse le discours nationaliste, anticlérical, néomarxiste et anti-impérialiste de Gurik et fait des commentaires sur les changements que Gélinas a apportés à l’adaptation pour son public ontarien. Avant d’étudier les « tradaptations » (traductions, adaptations) de Michel Garneau, Drouin explique à ses lecteurs anglophones « la querelle du joual » et le nationalisme culturel et linguistique, avec des références à Michèle Lalonde (Deffence et illustration de la langue quebecquoyse) et à Annie Brisset (Sociologie de la traduction). Selon Drouin, Garneau se sert de Shakespeare pour parler de la Conquête ...