You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Recensions

Jean-Marie Lustiger, Pour l’Europe. Un nouvel art de vivre. Paris, Presses Universitaires de France (coll. « Communio »), 1999, 108 p.

  • Pierre C. Noël

…more information

  • Pierre C. Noël
    Katholieke Universiteit Leuven

Article body

Depuis l’après-guerre de 1945, on compte un très grand nombre d’écrits sur l’Europe provenant des diverses autorités ecclésiales. Depuis les premiers efforts de réconciliation européenne et de création d’un espace politique européen, l’Église catholique a été présente et favorable à ces développements. Au fur et mesure que l’espace européen devient plus concret, on voit se diversifier les intervenants ecclésiaux. Il y a d’abord les discours de papes depuis Pie XII jusqu’à Jean-Paul II, viennent ensuite les interventions de regroupements de conférences épiscopales (CCEE, COMECE), des conférences d’évêques seules, puis des évêques eux-mêmes.

Ce petit livre du cardinal Lustiger s’inscrit dans cette lignée. Il convient avant tout d’en préciser la nature : ce livre rassemble la réflexion spirituelle d’un évêque pour ses fidèles sur le thème de l’Europe. Ce faisant, l’auteur reprend les grands thèmes évoqués dans les discours des papes : le souvenir du passé belliqueux de l’Europe, la solidarité entre les hommes, la rechristianisation de l’Europe et l’oecuménisme.

Pour traiter de ces sujets, le cardinal Lustiger reprend, à sa manière, une dialectique que l’on retrouve dans plusieurs écrits pontificaux. C’est-à-dire qu’il refait une lecture chrétienne des Droits de l’homme et des principes fondateurs de la France : la liberté, l’égalité et la fraternité. Ceux-ci sont conçus comme étant fondés dans la révélation chrétienne, sinon comme trouvant en celle-ci leur accomplissement véritable. Au niveau strictement historico-juridique, la démarche et les affirmations de l’auteur auraient eu besoin d’être nuancées à plusieurs endroits, si son intention était de rejoindre un public plus large que celui des fidèles et des croyants. Néanmoins, la nature du livre, soit une réflexion spirituelle, peut excuser en partie cette récupération trop directe des Droits de l’homme et des principes fondateurs de la France dans le giron de la Révélation.

Pour conclure, il nous faut souligner un caractère original dans l’approche du cardinal Lustiger, à savoir le thème du Père. L’auteur donne une touche vétéro-testamentaire à sa lecture de l’histoire européenne. Le coeur du drame de l’Europe se situerait dans la récusation de son père, le Dieu de la révélation, et de ses commandements et, par conséquent, pour retrouver un nouvel art de vivre, l’Europe doit redécouvrir sa condition d’enfant.