Restricted access to the most recent articles in subscription journals was reinstated on January 12, 2021. These articles can be consulted through the digital resources portal of one of Érudit's 1,200 partner institutions or subscribers. More informations

Documentation

Apter, Ronnie et Herman, Mark (2016) : Translating for Singing. The Theory, Art and Craft of Translating Lyrics. Londres/New York : Bloomsbury, 282 p.[Record]

  • Marie Nadia Karsky

…more information

  • Marie Nadia Karsky
    Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Saint-Denis, France

Dans Translating for Singing, Ronnie Apter et Mark Herman, tous deux traducteurs vers l’anglais de livrets d’opéra et plus généralement de textes chantés, présentent la nature, les difficultés et les joies de leur travail, tout en le théorisant et en historicisant la tâche du traducteur de ce genre de textes. Si l’ouvrage se borne à la traduction vers l’anglais, nul doute que les considérations des auteurs ne puissent servir à la réflexion sur la traduction d’opéras et de chants en d’autres langues. L’ouvrage se compose de 12 chapitres et d’une conclusion, et il est doté d’un index ainsi que d’une bibliographie très fournie. Des extraits d’airs traduits souvent donnés avec leur partition viennent amplement illustrer le propos, ce qui permet aux lecteurs le désirant de vérifier par eux-mêmes ce qui est avancé. Le texte d’Apter et Herman est précédé d’une préface de Jonas Forssell, traducteur suédois, qui expose tout d’abord une contradiction fréquente dans l’opéra : genre scénique, voué à l’expression, ses oeuvres sont souvent chantées dans des langues que la plupart des publics ne comprennent pas. Forssell soulève plusieurs questions qui incitent le lecteur à chercher des réponses dans les chapitres de l’ouvrage : comment dépasser la hiérarchisation des genres, en grande partie fondée sur des préjugés linguistiques et culturels, entre l’opéra, surtout lorsqu’il est chanté dans la « langue noble » qu’est l’italien, et les spectacles musicaux (comme la comédie musicale) souvent écrits en anglais ? Comment, par conséquent, donner un statut à l’opéra en langue anglaise ? L’avènement du surtitrage permet-il vraiment de dépasser la barrière de la langue, étant donné la concision de l’information communiquée ? Forssell en appelle plutôt à traduire les opéras en anglais, lingua franca de la mondialisation, qu’il nomme cependant « vernacular ». Là réside un des points qui nous surprend : si la traduction d’opéras en anglais peut certes contribuer à leur compréhension dans plusieurs pays, au nom de quelle politique linguistique et culturelle chanterait-on Verdi ou Wagner en anglais en Suède ou dans un autre pays non anglophone, plutôt que de le chanter dans la langue du pays ? On imagine que ce serait avant tout pour des questions de rentabilité auxquelles l’opéra, lui non plus, ne peut échapper… Par ailleurs, si la traduction vient remplacer les sous-titres, les spectateurs sont-ils vraiment assurés de comprendre les paroles chantées ? Cela suppose, de la part des chanteurs, une articulation excellente, qui n’est pas toujours monnaie courante, et certaines notes, aiguës ou graves, ne favorisent pas la diction. Telles sont les questions que l’on se pose à la lecture de cette introduction très stimulante, qui nous rend encore plus désireux d’aborder l’ouvrage de Apter et Herman. Le premier chapitre, intitulé « Translation and music », inscrit la traduction des livrets d’opéra dans la recherche en traductologie, faisant un point bibliographique utile, mais surtout pose la question de savoir ce qui constitue une bonne traduction vers l’anglais de paroles chantées (que ce soit pour l’opéra, le lied, la comédie musicale, l’oratorio…). Comment le texte traduit peut-il à la fois fonctionner en scène, être chantable, respecter les exigences de la musique, tout en constituant une traduction et non une adaptation ou une réécriture ? Cette question sert de fil conducteur aux différents chapitres qui apportent progressivement des éléments de réponse plus précis. Les auteurs définissent la tâche du traducteur de livrets musicaux comme consistant à traduire les mots dans leur relation à la musique, rappelant que paroles et musique forment un tout, et revenant au passage sur la polémique « prima la musica dopo le parole » pour signifier sa vanité. Dans le …