Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Évaluation des programmes

Les programmes de cycles supérieurs en sciences de l’information au Brésil

  • Lígia Café, Ph. D. et
  • Miriam Vieira da Cunha, Ph. D.

…plus d’informations

  • Lígia Café, Ph. D.
    Professeure, Programme de cycle supérieur en sciences de l’information, Université Fédéral de Santa Catarina - UFSC
    ligia.cafe@ufsc.br

  • Miriam Vieira da Cunha, Ph. D.
    Professeure, Programme de cycle supérieur en sciences de l’information, Université Fédéral de Santa Catarina - UFSC
    vieiradacunha.miriam@gmail.com

Couverture de La formation en sciences de l’information,                Volume 61, numéro 2-3, Avril–Septembre 2015, p. 43-131, Documentation et bibliothèques

Corps de l’article

Caractéristiques des programmes de cycles supérieurs en sciences de l’information au Brésil

La création, en 1970, du premier programme de cycle supérieur en sciences de l’information (PPGCI [1]) par l’Institut brésilien de l’information en science et technologie (IBICT [2]) est présentée dans la littérature comme un important événement historique (Pinheiro 2007). À partir de ce moment-là, le nombre de programmes de maîtrise et de doctorat dans ce domaine n’a cessé de croître. Le Brésil compte actuellement 14 PPGCI, dont 7 dans la région sud-est, 3 dans la région sud et 1 dans la région centre-ouest (CAPES 2015a). On remarque que la région sud-est, où figure une concentration plus élevée de programmes, est aussi la zone la plus développée du pays. Des 14 PPGCI, 12 sont désignés comme programmes en sciences de l’information; les deux autres sont inscrits respectivement comme programme de cycle supérieur en bibliothéconomie et programme de cycle supérieur en gestion de documents et archives. Les 14 programmes proposent 9 doctorats, 11 maîtrises de recherche et trois maîtrises professionnelles. La maîtrise de recherche et le doctorat sont axés sur la formation de professeurs et de chercheurs de qualité (CAPES 2014a) alors que la maîtrise professionnelle est dirigée vers « la préparation de professionnels dans les différents domaines de la connaissance, face à l’étude de techniques, procédures, ou thématiques qui répondent à quelques demandes du marché de travail » (CAPES 2014b)  [3]. Même si le nombre de programmes brésiliens en SI est encore restreint, il faut préciser qu’au cours des 30 dernières années, le développement des PPGCI a joui d’une visibilité internationale, grâce à la participation d’étudiants et de professeurs à des congrès internationaux et à la publication d’articles dans des revues internationales.

Les PPGCI brésiliens se différencient entre eux par leurs objectifs, leurs domaines de concentration et leurs orientations de recherche. Sur le plan des objectifs, soulignons que le but des programmes de maîtrise et de doctorat est la formation de professeurs et de chercheurs qui réfléchissent à la réalité du domaine dans un cadre théorique et méthodologique. La mission des maîtrises professionnelles est d’améliorer la formation des ressources humaines qui travailleront dans des unités d’information. Les domaines de concentration et les orientations de recherche que l’on retrouve le plus souvent dans les programmes touchent aux thématiques suivantes : la gestion de l’information ainsi que la mémoire et l’organisation de l’information. Une comparaison entre ces domaines et ceux définis par les groupes de recherche brésiliens en SI [4] nous permet de constater que l’enseignement et la recherche dans ce domaine tendent vers la cohérence et se configurent avec un bon degré d’articulation.

Évaluation des programmes de cycles supérieurs en sciences de l’information

Tous les programmes de cycles supérieurs (PPG [5]) du Brésil sont régis par l’Agence brésilienne de perfectionnement des professeurs de l’enseignement supérieur (CAPES), qui est liée au ministère de l’Éducation. Cet organe, créé en 1951, a participé à l’institutionnalisation des programmes de cycles supérieurs dans le pays, en tant qu’agent principal dans l’élaboration et le suivi des Plans nationaux des programmes de cycles supérieurs (PNPG [6]). Ces plans sont des instruments importants de consolidation du Système national de programmes de cycles supérieurs (SNPG [7]). Les PNPG enregistrent les politiques à suivre par les PPG et sont réexaminés périodiquement. Présentement, c’est le VI PNPG, couvrant la période 2011-2020, qui est en vigueur (CAPES 2010).

Le SNPG est structuré en 48 domaines. Les sciences de l’information s’imbriquent dans le domaine des sciences sociales appliquées 1 (CSA1), avec la communication et la muséologie [8]. Selon la procédure d’évaluation, un document qui présente l’état actuel et les perspectives de tous les PPG est généré tous les trois ans. Selon le dernier document des CSA1,

les programmes de cycles supérieurs des CSA1 ont comme objectif d’accroître les connaissances et les discussions théoriques et méthodologiques relatives à la communication, aux sciences de l’information et à la muséologie ainsi qu’aux possibilités de leur application, en considérant la diversité des contextes dans lesquels les actions de ce domaine se réalisent ou peuvent être réalisées.

CAPES 2013, 1

Pour la collecte et l’analyse des données, la CAPES utilise une fiche d’évaluation et les rubriques suivantes : la proposition du programme, le corps professoral, le corps étudiant, les thèses et les dissertations, la production intellectuelle et l’insertion sociale. À chacune d’elles sont attribués des poids qui représentent son degré de pertinence au domaine. La proposition du programme est évaluée qualitativement. Le corps professoral a un poids de 20 % pour les maîtrises de recherche et les doctorats, et de 30 % pour les maîtrises professionnelles; les étudiants, les thèses et les dissertations valent 30 % pour les programmes de recherche, et 20 % pour les programmes professionnels. La production intellectuelle vaut 40 % dans les deux modalités. L’insertion sociale et l’importance des programmes valent, quant à elles, 10 % (CAPES 2013).

Le premier critère d’évaluation, la proposition, sert à obtenir une vision globale du programme. Pour les PPG de type académique (recherche) sont décrits les aspects liés à :

la cohérence, la consistance, la couverture, l’actualisation des domaines de concentration, les lignes de recherche, les projets en cours et les programmes d’études; la planification du programme visant son développement futur, contemplant les défis internationaux du domaine dans la production de connaissance, ses propositions pour la formation de leurs étudiants, ses objectifs en ce qui concerne l’insertion sociale plus riche de leurs diplômés [...]; l’infrastructure pour l’enseignement, la recherche [...].

CAPES 2013, 17

Pour les programmes professionnels sont décrits les aspects relatifs à :

la cohérence, la consistance, la couverture et l’actualisation des domaines de concentration, les lignes de recherche, les projets en cours et le programme d’études; la cohérence, la consistance et la couverture des mécanismes d’interaction efficaces avec d’autres institutions, répondant aux demandes sociales, organisationnelles ou professionnelles; l’infrastructure pour l’enseignement, la recherche et l’administration; la planification du programme ayant comme objet la réponse aux demandes actuelles ou futures du développement national, régional ou local, par la formation de professionnels capables de résoudre des problèmes pratiques d’une façon innovante [...].

CAPES 2013, 18

La comparaison des deux propositions révèle clairement la vocation spéciale de chaque catégorie. Dans les programmes académiques, il faut mettre en évidence les aspects relatifs à l’enseignement et à la recherche, tandis que dans les programmes professionnels, les questions relatives au marché et à la pratique sont prioritaires.

Le deuxième critère, le corps professoral, a comme objectif d’évaluer les professeurs. Pour les programmes académiques sont considérés :

les titres académiques, l’origine de la formation, le développement de la carrière et l’expérience, la compatibilité et l’adéquation à la proposition du programme; l’adéquation et le dévouement des enseignants [...] aux activités de recherche et de formation; la distribution des activités de recherche et de formation entre les enseignants du programme et la contribution des enseignants aux activités d’enseignement et/ou de recherche [...].

CAPES 2013, 17

Pour les programmes professionnels, on considère :

l’expérience comme chercheur ou professionnel, les titres académiques et leur adéquation à la proposition du programme; l’adéquation de la dimension, de la composition et du dévouement des enseignants [...] avec le développement des activités de recherche [...]; la distribution des activités de recherche, des projets de développement et d’innovation [...] et la production scientifique des professeurs.

CAPES 2013, 17

Il faut signaler la différence entre les profils des professeurs pour chaque type de PPG. Les professeurs oeuvrant dans les programmes académiques sont orientés vers la recherche et la formation, tandis que ceux qui évoluent dans le système professionnel mettent l’accent sur les questions qui concernent les projets de développement et l’innovation.

Le troisième critère, à savoir les étudiants, les thèses et les dissertations, vise à évaluer dans les programmes académiques  :

la quantité de thèses et de dissertations soutenues lors de la période d’évaluation par rapport aux enseignants [...] et à la grosseur du corps étudiant; la distribution des orientations des thèses et des dissertations présentées lors de la période d’évaluation par rapport aux enseignants du programme; la qualité des thèses, des dissertations et de la production scientifique des étudiants [...]; l’efficacité du programme dans la formation des maîtres et des docteurs, à savoir le temps de formation des maîtres et des docteurs et le pourcentage de diplômés.

CAPES 2013, 17

Les programmes professionnels sont évalués par :

la quantité de travaux de fin d’études […] approuvés lors de la période d’évaluation et leur distribution par rapport aux étudiants nommés et aux enseignants du programme; la qualité des travaux de fin d’études produits par les étudiants inscrits et les diplômés; l’applicabilité des travaux produits et le développement de pratiques et d’expériences.

CAPES 2013, 18

Pour les programmes de type académique, on évalue principalement la qualité des travaux et leur lien avec la production intellectuelle du programme. Dans les programmes professionnels, on observe une préoccupation concernant l’applicabilité des études développées.

Le quatrième critère, la production intellectuelle, est le plus important de tous. Dans les programmes académiques, on évalue :

les publications scientifiques qualifiées du programme par enseignant; la distribution de publications qualifiées entre les enseignants du programme, la production technique des brevets et d’autres productions considérées comme importantes; la production artistique dans les domaines où ce type de production est pertinent.

CAPES 2013, 17

Le programme professionnel évalue :

les publications qualifiées du programme par les enseignants; la production artistique ou technique des brevets, des innovations et d’autres productions considérées comme importantes; la distribution de la production scientifique et technique ou artistique entre les enseignants du programme; l’articulation entre la production artistique, technique et scientifique et la proposition du programme [...].

CAPES 2013, 18

Ce quatrième critère, essentiel dans le processus d’évaluation, permet de qualifier la maturité scientifique des professeurs, mesurée à partir de la régularité et de la qualité de leur production durant les trois dernières années ainsi que de leur relation avec la recherche des professeurs. Il montre également la distribution de la production intellectuelle entre les enseignants (CAPES 2013). Pour mesurer cette production, trois documents sont utilisés : Qualis-Periódicos [9], la classification des livres et la classification de la production technique. Tous ces documents suivent les critères définis dans le domaine des sciences de l’information.

Les revues scientifiques dans lesquelles publient les professeurs reçoivent une classification tous les trois ans qui indique le niveau de la qualité de la production selon la strate A1, A2, A3, B1, B2, B3, B4, B5 ou C, A1 étant le plus élevé et C le plus faible; cet instrument joue un rôle de référence pour les chercheurs.

La classification des livres « couvre les livres dans leur totalité, les collections, les dictionnaires ou encyclopédies, si le contenu reflète la production scientifique, [...] et exceptionnellement les actes de congrès nationaux et internationaux liés au domaine des sciences de l’information » (CAPES 2013, 26). L’un des critères pour qu’une publication soit évaluée comme scientifique est d’avoir un ISBN (International Standard Book Number).

La classification de la production technique

examine la production technique des enseignants, énonçant les paramètres pour évaluer les activités développées régulièrement. La production technique comprend des produits et des activités dont l’importance est déterminée à partir de leur insertion dans le domaine de concentration et les lignes de recherche du programme, à condition qu’ils aient obtenu un format ou un registre final et une certification de sa réalisation.

CAPES 2013, 31

Des exemples de production technique considérés pour l’évaluation sont les brevets, les traductions de livres, l’organisation de congrès, etc.

Au Brésil, il faut souligner que les professeurs et les étudiants voient leurs données académiques et professionnelles enregistrées au Currículo Lattes, une banque de données qui est devenue

un standard national pour le registre de la vie [...] des étudiants et des chercheurs du pays et qui est actuellement adopté par la majorité des institutions importantes, des universités et des instituts de recherche nationaux. Grâce à sa richesse d’informations ainsi qu’à sa couverture et à sa fiabilité croissantes, elle est devenue un élément indispensable et obligatoire pour l’analyse du mérite et de la compétence pour les demandes de financement dans le domaine des sciences et technologies.

CNPq 2015

Dans les programmes de type académique, l’évaluation de l’insertion sociale considère « l’engagement du PPGCI dans le développement régional et national, et spécialement sa contribution à la qualité de l’éducation brésilienne et à l’émancipation sociale » (CAPES 2013), l’échange de professeurs avec d’autres programmes ainsi que les cours portant sur des questions qui ont un rapport avec l’insertion sociale. Dans la catégorie professionnelle, « l’insertion sociale des cours de maîtrise est entre autres évaluée à partir de leur impact social, éducationnel, culturel, artistique, professionnel et technologique » (CAPES 2013).

Toutes ces données sont analysées par une commission qui accorde une note finale à chaque programme, calculée en considérant le poids relatif aux points évalués. La note varie entre 0 et 7, 3 étant la note minimale pour qu’un programme s’établisse au SNPG. Lors de la dernière évaluation, en 2013, deux programmes de doctorat en sciences de l’information ont eu la note 6, deux la note 5 et les cinq autres ont obtenu la note 4 (CAPES 2015a); 44,5 % des cours ont atteint les niveaux 5 ou 6, ce qui est très positif.

Quant aux maîtrises académiques en sciences de l’information, seulement deux ont atteint la note 6, deux la note 5, six la note 4 et une a obtenu la note 3 (CAPES 2015a). Le niveau de qualité est donc très moyen (3 ou 4) pour plus de la moitié des programmes de maîtrise de recherche. Les trois programmes de maîtrise professionnelle ont obtenu la note 3 (CAPES 2015a); une grande amélioration est nécessaire.

Dans la formation en sciences de l’information au Brésil, aucun programme universitaire n’atteint encore le niveau 7.

Considérations finales

Dans une discussion approfondie sur le développement scientifique d’un domaine, Whitley affirme que « we have to be able to discuss scientists’ actions in the context of their cognitive and social environment » (1974, 70). Pour cela, il faut connaître le degré d’institutionnalisation du domaine. Pour Whitley, « it expresses the degree of coherence and articulation of scientific ideas, which, in turn, affects the extent to which scientists can develop within a particular framework and identifying points requiring alternatives » (1974, 70). En ce sens, nous pensons que le Système d’évaluation des programmes de cycles supérieurs au Brésil, avec les instruments utilisés pour les PPGCI présentés dans cet article, a un grand rôle à jouer dans l’amélioration du degré d’institutionnalisation des sciences de l’information au Brésil. C’est ce que déclarent en d’autres termes Horta et Morais (2005) quand ils affirment que le modèle créé par la CAPES pour évaluer les programmes a apporté des changements positifs pour les sciences. L’insertion sociale et le fonctionnement intégré entre la recherche, les thèses, les dissertations et les publications définissent les programmes d’études en sciences de l’information au Brésil comme « un espace de production de connaissances et de formation de chercheurs » (Horta & Morais 2005, 95).

Pour conclure, nous pouvons affirmer que bien que les PPGCI au Brésil évoluent tous les ans, il est encore possible d’apporter des améliorations. Dans ce cadre, le Système d´évaluation des PPGCI joue un rôle important, en montrant les points forts et les points faibles des programmes et en présentant des solutions pour atteindre l’excellence.

Parties annexes