Mot du directeur

Les publics : mieux les intégrer

  • Réjean Savard

…plus d’informations

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Les publics : mieux les intégrer, Volume 66, numéro 2, avril–juin 2020, p. 4-46, Documentation et bibliothèques

Les défis d’intégration des divers publics en milieu documentaire sont nombreux et parfois difficiles à relever. Au dernier Congrès des professionnels et professionnelles de l’information (CPI), tenu à Montréal l’automne dernier, plusieurs communications identifiaient certaines de ces clientèles et démontraient comment celles-ci peuvent être parfois vulnérables, mal desservies, incomprises, mais aussi très prenantes par rapport aux services documentaires de tous les types de milieux. Le présent numéro nous amène à découvrir certains de ces publics parfois oubliés, mais qui ont besoin de nos services et dont le service fait partie de nos missions. Les auteures nous expliquent les caractéristiques de ces publics, permettant de mieux les comprendre et, par conséquent, de mieux les inclure. Certaines donnent des pistes à suivre ou mettent en évidence les difficultés à contourner pour mieux satisfaire leurs besoins. Je vous invite à les lire en toute objectivité, en sachant qu’une ouverture à tous les publics que nous desservons (ou pas…) est une question d’éthique professionnelle que nous ne pouvons écarter. Bonne lecture !