Recensions

Yves Frenette, Étienne Rivard et Marc Saint-Hilaire (dir.), La francophonie nord-américaine, Québec, Presses de l’Université Laval, 2012

  • Sandrine Tailleur

…plus d’informations

  • Sandrine Tailleur
    Université du Québec à Chicoutimi

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Couverture de Nouveaux regards sur le phénomène de l’antisémitisme dans l’histoire du Québec, Volume 18, numéro 1, 2015, p. 13-293, Globe
L’ouvrage est divisé de façon chronologique en cinq périodes historiques majeures. Ces sections sont elles-mêmes divisées en courts articles traitant de différentes régions de l’Amérique du Nord. Chaque auteur écrit en adoptant un angle tantôt politique, tantôt social, etc., selon son champ d’expertise, et le mélange des approches est très heureux. Cet atlas est résolument humain et se concentre sur « les acteurs plutôt que les institutions » (p. 1), tout en mettant l’accent sur les mouvements migratoires de ces populations depuis le XVIIe siècle, ces mouvements qui expliquent la présence francophone, historique ou actuelle, à la grandeur du continent. Presque aucune parcelle territoriale nord-américaine n’est ignorée dans cet ouvrage, qui donne un des portraits les plus complets de la situation historique, géographique et identitaire de la francophonie américaine jamais publié. Le premier chapitre explore les premiers foyers de peuplement francophone (1604-1763). Des zones bien connues, telles que l’Acadie, la vallée laurentienne et le Mississippi, y sont traitées, autant que des régions que l’on associe beaucoup moins aisément à la francophonie, comme Détroit ou la côte atlantique américaine. J’ai particulièrement apprécié l’article par Bertrand Van Ruymbeke à propos des migrations huguenotes (p. 59-63), la plupart très tragiques, des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Une importance est accordée à certaines populations de migrants qui eurent relativement peu d’impact démographique sur la population totale, mais dont les mouvements ont un intérêt historique certain. Notons tout de même que le terme « créolisation », utilisé dans un des sous-titres sans autre mise en contexte, pourrait en faire sourciller plus d’un. Le second chapitre s’attarde à la période 1763-1860, pendant laquelle l’Amérique du Nord connaît de nombreux bouleversements territoriaux et pendant laquelle les francophones perdent peu à peu du terrain face à l’augmentation de la population anglophone. La description détaillée de l’histoire de la région du Madawaska (p. 73-77) par Béatrice Craig est particulièrement intéressante, puisque, tout en étant succincte, elle traite à la fois de l’économie, de la vie quotidienne et de sa situation par rapport aux régions environnantes, ce qui montre qu’il s’agit d’une région unique en son genre par, entre autres, sa situation frontalière. Le troisième chapitre est le plus volumineux, autant en longueur qu’en contenu. C’est le chapitre sur les grandes migrations, celles qui expliquent en grande partie l’étendue territoriale de la présence francophone en Amérique du Nord. Dans ce chapitre, les statistiques, graphiques et autres cartes et tableaux aident le lecteur à comprendre l’ampleur des mouvements de population ayant eu lieu pendant la période 1860-1920. Le nombre de migrants d’origine spécifique est parfois détaillé à l’unité près, ce qui donne une bonne idée de la rigueur et de l’importance de la recherche derrière chacun des articles. Le quatrième chapitre traite d’une période assez peu connue de l’histoire de la francophonie : les années 1920-1960. Les articles de cette partie traitent beaucoup de la « mutation identitaire » (p. 210) des francophones, puisque l’utilisation de la langue française elle-même est en déclin dans presque toutes les régions de l’Amérique du Nord. L’article d’André Magord (p. 211-213) à propos de l’implantation « illégale » des trois communautés terre-neuviennes historiquement francophones et de leur « survie » pendant le XXe siècle illustre bien les obstacles qu’a à surmonter toute population minoritaire établie dans un territoire donné. Finalement, le cinquième chapitre dresse un portrait lucide et pertinent des communautés linguistiques et de mémoire francophones, qui sont toujours bien vivantes aujourd’hui. Le point de vue ...