La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Le dossier : Aux lisières de l’art, de l’intervention et de la justice sociale

Aux lisières de l’art, de l’intervention et de la justice socialePrésentation du dossier

  • Sylvie Frigon et
  • Claire Jenny

…plus d’informations

  • Sylvie Frigon
    Professeure et Vice-Doyenne aux études supérieures, Faculté des sciences sociales, Université d’Ottawa
    sfrigon@uottawa.ca

  • Claire Jenny
    Chorégraphe, Compagnie de danse Point Virgule, Paris
    clairejenny@free.fr

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Aux lisières de l’art, de l’intervention et de la justice sociale, Volume 31, numéro 1, printemps 2020, p. 1-339, Nouvelles pratiques sociales

Quels liens existent-ils entre art, intervention et justice sociale ? Comment l’art intervient-il sur le social et vice versa ? Comment le social peut-il être appréhendé par l’art ? Comment l’art et la culture conjugués à une approche de changement social peuvent-ils transformer des institutions, des pratiques ou à tout le moins en atténuer les conséquences difficiles ? Comment éviter l’instrumentalisation de l’art ? Comment parler de résistances et de résiliences ? Que veut dire Art, avec un grand A ? Comment les initiatives artistiques citoyennes nous permettent-elles de penser des institutions du dedans et du dehors ? En plus d’être potentiellement transformatrice et peut-être, parfois même, « thérapeutique » (sans être pour autant leur visée), quel est l’impact possible de l’intervention artistique ou culturelle sur le mieux-être individuel et collectif ? En empruntant la voie/voix de l’art, comment créer de la beauté à même la souffrance ? Quelles sont les passerelles offertes par la création entre justice sociale et transformation sociale ? Quels en sont les ressorts, les dilemmes, les limites et les forces ? Comme Aurélie Filipetti, ancienne ministre de la Culture en France, nous croyons que « la culture est un vecteur de lutte contre les inégalités ». La diversité des démarches analysées au sein de ce dossier, tant du point de vue des champs artistiques mis en jeu que des contextes au sein desquels elles se réalisent, nous permet d’esquisser une réflexion sur les chemins empruntés dans ce sens. Ces démarches nous offrent de mieux comprendre comment l’art peut se penser, s’articuler avec et pour des groupes souvent invisibles ou marginalisés : jeunes en difficultés, personnes en situation de pauvreté, d’exclusion sociale, de maladie ou de handicap, personnes incarcérées ou enfermées (prison, santé mentale) et personnes âgées. Ce dossier, constitué de dix articles et de deux textes dans la section « Échos de pratique », fait une place importante aux projets visant la diversité pour donner à voir et à entendre les dispositifs empruntés dans des situations concrètes et ainsi mieux appréhender les esthétiques privilégiées, les questions éthiques soulevées. Ainsi, l’ensemble des auteur.e.s, artistes engagé.e.s, chercheur.e.s, théoricien.ne.s, praticien.ne.s et activistes mobilisent l’art (danse, théâtre, cirque, art visuel, pour n'en nommer que quelques-uns) pour penser, théoriser, agir sur/avec/pour des milieux d’intervention ouvert ou fermé, institutionnel ou communautaire, du dedans et du dehors. La transversalité des recherches et des pratiques présentées ici fait écho aux problématiques liées à la notion de lisière entre art, intervention et justice sociale, notion sujette de fait à des préalables, des déplacements, des dépassements, des limites, voire des dérives et des controverses potentielles. Voici comment des auteur.e.s posent des préalables à l’efficience des démarches menées dans l’objectif de cheminer vers la justice sociale. Marcelle Dubé et Kheira Belhadj-Ziane (« Médiation, art et inclusion sociale des femmes. L’expérience des ‟Moments Créatifsˮ au Musée d’art contemporain de Montréal ») s’attachent notamment à examiner comment et à quelles conditions les dispositifs déployés contiennent le potentiel de favoriser l’inclusion sociale des participants. À partir d’une recherche menée auprès d’enseignantes moldaves, Maia Morel (« L’art au coeur de la démarche éducative pour le vivre ensemble : Une expérience de formation d’enseignants du primaire ») examine comment l’oeuvre d’art permet d’aborder les valeurs du vivre-ensemble. Enfin, Anna Iribarne et Florence Lhomme (« Créer ensemble et s’affranchir des barrières sociales – Échos de pratique ») exposent les résultats d’une enquête menée auprès de l’ensemble des acteurs d’un projet de création théâtrale collective (2012-2013) réunissant des jeunes du micro-lycée de Vitry-sur-Seine (France) et des personnes âgées, et encadré par un auteur et une metteure en scène. Elles soulignent, d’une part, …

Parties annexes