La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

Le peuple rieur : hommage à mes amis innus, Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque. Lux éditeur, Montréal, 320 p.

  • Marine Chavanne

…plus d’informations

  • Marine Chavanne
    Doctorante, Université Bordeaux Montaigne, Pessac

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Le consentement préalable, libre et éclairé : du principe à la mise en oeuvre en contexte canadien, Volume 49, numéro 2, 2019, p. 3-113, Recherches amérindiennes au Québec

À la croisée des genres, l’ouvrage propose une vue d’ensemble de l’histoire, de la culture, de la spiritualité et de l’organisation sociale de la Première Nation innue. Pour ce peuple de tradition semi-nomade, leur territoire ancestral, le nitassinan (« notre terre » en innu-aimun), représente bien davantage qu’un terrain de chasse, de cueillette et de pêche. Leur culture, leur spiritualité et le sens de leur existence sont inextricablement enracinés dans cette partie de la forêt boréale située dans l’est de la péninsule du Québec-Labrador. À ce titre, le livre accorde une attention particulière aux défis et à l’indétermination socioculturelle que la création des réserves, accompagnée du passage du nomadisme à la vie sédentaire, a constitué pour les Innus au xxe siècle. L’année 1970 est celle de la première rencontre entre Serge Bouchard et la nation innue, à Ekuanitshit (Mingan). Préparant alors son mémoire de maîtrise en anthropologie, Bouchard a séjourné de manière répétée dans cette communauté et recueilli des témoignages d’aînés, gardiens des savoirs de leur peuple. Au sein de la famille Mollen, il a assisté en direct à la transformation des moeurs et du mode de vie innus, du passage de la tente aux maisons. Il a aussi pu découvrir les activités et la cadence, silencieuse et efficace, des Innus en territoire. Sa rencontre avec le chasseur Mathieu Mestokosho a abouti à la publication de Chroniques de chasse d’un Montagnais de Mingan (1977). C’est également de cette période que sont tirées les anecdotes qui amorcent chacun des huit chapitres de Peuple rieur : hommage à mes amis innus. Savamment choisies, elles mettent en exergue différents aspects du savoir-faire et du savoir-être innus, témoignant aussi bien de leur habileté à bord d’un canot que de leur propension à rire ou de la façon dont se manifeste leur respect à l’égard des animaux. Elles ont aussi la vertu de mettre différentes voix en tension : d’une part celles de divers Innus, mêlant ressentiment, espoir et résilience et, d’autre part, celles de quelques allochtones, dont les paroles trahissent la méconnaissance et le comportement paternaliste dont les Innus ont pâti depuis le début de la colonisation. Enfin, rendant compte de conversations, de récits de chasse et d’histoires contées en innu-aimun par des aînés, elles révèlent presque toutes la vitalité de la tradition orale et de la langue innue à cette époque. Comme Serge Bouchard le concède lui-même au cours du prologue, ces petites histoires sont utilisées comme porte d’entrée pour aborder l’Histoire. Or, si les anecdotes émanent du vécu de l’anthropologue seul, les abondantes recherches documentaires et le travail de rédaction qui ont nourri ce livre ont été réalisés en équipe, avec sa compagne Marie-Christine Lévesque. Les auteurs n’en sont pas à leur première collaboration littéraire et ont à ce jour signé cinq oeuvres en commun, dont la première est parue en 2011 (De remarquables oubliés, tome 1 : Elles ont fait l’Amérique). Les thématiques des chapitres sont globalement ordonnées de manière chronologique. Ainsi, le premier chapitre informe sur les débuts de l’occupation humaine du Nitassinan, ancienne de 8000 ans. Les chapitres suivants se concentrent sur l’historique et l’analyse des contacts entre Innus et allochtones, ainsi que sur les enjeux politiques, économiques et religieux qui les ont régis. Après la mention des contacts entre Innus et Vikings au xie siècle, le livre s’attarde en détail sur les expéditions de pêche à partir de la France, sur les explorations de Samuel de Champlain, ainsi que sur la traite des fourrures et sur les missions évangélisatrices menées de front par les Jésuites. Le huitième chapitre dénonce quant à lui …