Cygne noir Revue d'exploration sémiotique

Direction : Emmanuelle Caccamo (Directrice générale), Simon Levesque (Directeur de publication)

À propos

Le Cygne noir est une revue savante francophone de sémiotique. Depuis 2012, la revue s’inscrit activement, depuis le Québec, au sein de la communauté de recherche internationale en études sémiotiques, et ce, tout en insistant sur l’importance de développer et de publier des recherches originales et rigoureuses en français et en libre accès. Le Cygne noir a été fondé dans un esprit d’ouverture, tant par rapport aux objets traités qu’aux disciplines ou aux cadres théoriques mobilisés. Les recherches – ou explorations – publiées ont en commun de contribuer de façon critique à une réflexion sur les signes et le sens ou sur les modalités de la signification, de l’interprétation et de la constitution des savoirs. Le comité de publication assure une évaluation en double aveugle par les pairs. Les chercheuses et chercheurs, jeunes et établi·e·s, sont convié·e·s à contribuer.

 

Le Cygne noir est publié uniquement au format numérique et est entièrement disponible en libre accès. Les numéros antérieurs à 2020 peuvent être consultés sur le site de la revue [www.revuecygnenoir.org] en attendant leur intégration sur la plateforme Érudit.

La revue est indexée dans le répertoire Directory of Open Access Journals (DOAJ).

L’archivage pérenne du Cygne noir est assuré par Portico grâce au soutien d’Érudit.

La revue est rattachée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Coordonnées

Historique de la revue (1 numéro)

L’archivage pérenne des articles sur Érudit est assuré par Portico.

Politique éditoriale et éthique

Politique éditoriale

Le Cygne noir publie un numéro par année. La revue publie des textes originaux, des traductions, des entretiens et des recensions. Un appel est lancé annuellement pour la constitution du dossier thématique du numéro. Des textes hors dossier peuvent s’ajouter au numéro en varia. Pour soumettre un article, veuillez consulter la section suivante.

D’après la théorie de Nassim Taleb, le « cygne noir » réside en un biais cognitif. La seule observation de cygnes blancs mènerait à la déduction hâtive et erronée que tous les cygnes sont blancs. Ce fut effectivement une croyance longtemps partagée par les Européens jusqu’au 17e siècle, avant qu’ils ne découvrent l’existence de cygnes noirs en Océanie. Ainsi, par extension, chaque signe remettant en question les conventions et les idées reçues est appelé « cygne noir ». Bercée par cette idée, la revue engage l’esprit de la découverte et de la déconstruction, et cherche à mettre en lumière l’imprévisibilité et la sérendipité à l’œuvre dans les processus sémiotiques fondant l’épistémè. En ce sens, la principale mission du Cygne noir est de créer un espace d’échange fécond propice à la confrontation des diverses pensées portant sur le signe en général. La revue s’engage de cette façon dans le processus proprement universitaire de mobilisation et d’avancement critique des connaissances.

Reconnaissant la fragilité disciplinaire des études sémiotiques, le comité de publication encourage les chercheuses et chercheurs à défendre la sémiotique comme une approche (elle-même multiple) capable d’éclairer des objets en tout genre. Ainsi, les articles publiés (1) contribueront à l’avancement des études sémiotiques ou des disciplines connexes en vertu d’une approche sémiotique raisonnée ; (2) seront à jour en ce qui a trait aux théories, méthodes et données ; (3) feront la démonstration d’une compréhension – et référeront à – des travaux existants dans le ou les domaines traités. Tous les champs et disciplines ramifiés aux études sémiotiques peuvent être mobilisés. Les articles de fond en sémiotique théorique (études culturelles, épistémologie, phénoménologie, sémiotique cognitive, biosémiotique, etc.) ou les études de cas en sémiotique appliquée (arts, médias, rhétorique, religions, urbanisme, traduction, éducation, etc.) sont attendus. Les perspectives inter- ou trans-disciplinaires, suturant les études sémiotiques aux domaines qui lui sont historiquement proches (anthropologie, philosophie, sociologie, psychologie, esthétique, linguistique, communication, etc.), sont également valorisées.

Le comité fondateur de la revue a programmé l’élaboration d’un numéro par année. Ce rythme décent est reconduit à ce jour pour des raisons de maintien de la qualité et afin de favoriser le temps long de la recherche. Il permet d’accompagner correctement les auteur·e·s dans la révision et le perfectionnement de leurs articles, lorsque nécessaire. Chaque production de la revue est orientée en fonction d’un thème évocateur, qui a pour vocation de constituer un dossier. D’autres articles peuvent compléter le numéro en varia. À l’exception des introductions aux dossiers, des entretiens, des recensions et de certaines traductions déjà publiées d’autre part, tous les articles sont soumis à un processus d’évaluation en double aveugle par les pairs. Dans tous les cas, le comité de publication assure une première évaluation en cohérence avec les exigences et les visées de la revue, en considération des apports intellectuels avérés et potentiels des propositions et des manuscrits qui lui sont soumis.

 

Soumission d’articles

Le directeur de publication reçoit les propositions en tout temps [redaction@revuecygnenoir.org].

Les manuscrits d’articles soumis doivent respecter a minima les normes suivantes :

  • Le texte est rédigé en français. Les auteur·e·s pour qui le français n’est pas la langue maternelle sont invité·e·s à quérir l’aide d’un·e francophone dans leur entourage ou d’un·e professionnel·le afin de procéder à une révision linguistique intégrale avant de soumettre leur texte.
  • Le texte compte entre 25 000 et 60 000 signes, espaces, notes et bibliographie comprises – à moins qu’il ne s’agisse d’une recension ou d’un entretien, auquel cas il pourra être plus court.
  • La bibliographie présente toutes les références mentionnées dans le texte (vérifier la concordance).
  • Une page liminaire présente les informations suivantes : prénom, nom et affiliation universitaire de l’auteur·e (s’il y a lieu) ; courriel institutionnel ou professionnel ; titre complet et résumé d’au plus 250 mots synthétisant le sujet, le corpus (s’il y a lieu), la problématique, la méthodologie de la recherche et l’objectif de l’article ; cinq (5) mots-clés. Une notice biobibliographique d’au plus 100 mots peut être ajoutée.
  • Le texte est soumis au format .docx ou .odt.

Les auteur·e·s doivent prendre connaissance du Protocole de rédaction complet avant de soumettre leur article.

Aucun frais n’est exigé aux auteur·e·s en contrepartie de la publication d’un article.

 

Évaluation par les pairs et processus de révision

Le comité de publication évalue tous les manuscrits soumis à son attention. La sélection s’effectue selon les critères suivants : (1) l’alignement entre les visées de l’article et l’orientation scientifique de la revue ; (2) la pertinence de la problématique formulée (et, dans le cas d’un manuscrit soumis dans le cadre d’un appel visant la constitution d’un dossier thématique, sa pertinence également à l’égard de la thématique du dossier) ; (3) la cohérence de l’approche sémiotique défendue et de la méthodologie envisagée par rapport à l’objet de recherche ; (4) la rigueur de la démonstration effectuée ou la qualité des résultats de recherche présentés ; (5) la maîtrise de la langue française et la qualité générale de l’expression écrite. Le comité porte aussi une attention particulière à la provenance des propositions et à la parité homme-femme.

Après l’évaluation préliminaire du comité de publication, un article retenu sera confié à un minimum de deux évaluatrices ou évaluateurs dont le statut institutionnel est équivalent ou supérieur à celui de l’auteur·e du manuscrit. Le choix de faire appel à un·e spécialiste en particulier pour chacun des textes est effectué en fonction de son expertise attestée par ses publications antérieures et de ses qualifications universitaires. La revue Cygne noir transmet un formulaire d’évaluation aux spécialistes dont elle sollicite l’expertise. L’ensemble du processus se déroule dans le respect de l’anonymat, de manière à en garantir l’objectivité.

Sur réception des rapports d’évaluation, le comité de publication prend souverainement l’une des décisions suivantes et la transmet à l’auteur·e, accompagnée d’un message précisant les principaux points d’achoppement et les révisions exigibles : (1) l’article est retenu à des fins de publication (2) des corrections mineures doivent être effectuées, après quoi l’article pourra être publié ; (3) des corrections majeures doivent être effectuées, après quoi l’article pourra être retenu à des fins de publication ; (4) le manuscrit n’est pas retenu à des fins de publication. La décision du comité de publication est sans appel. Si des modifications sont exigées, un délai raisonnable est accordé à l’auteur·e afin qu’il ou elle procède aux corrections demandées. Une version substantiellement modifiée de l’article soumis en première instance peut faire l’objet d’une seconde évaluation. Jusqu’à cette étape, le comité de publication se réserve le droit de refuser la publication d’un texte dans l’éventualité où les conditions stipulées dans la communication du premier rapport d’évaluation n’auraient pas été remplies.

Avant la publication, une dernière révision linguistique est effectuée.

 

Politique sur la propriété intellectuelle et la diffusion

Le Cygne noir est publié uniquement au format numérique et est entièrement disponible en libre accès.

L’auteur·e conserve la propriété intellectuelle et son droit d’auteur sur le contenu original de son article. En contrepartie de la publication dans la revue Cygne noir, l’auteur·e cède une licence exclusive de première publication et donne également droit à la revue de reproduire et de diffuser l’article, regroupé avec d’autres articles ou individuellement, sur tous médias connus ou à venir en sa propriété.

Lors de la citation ou de la reproduction d’extraits d’un article ou de tout autre contenu du Cygne noir, il est nécessaire de fournir la référence bibliographique complète de première publication (le titre du document, le nom des auteur·e·s, la mention de la revue Cygne noir, la date et le lieu de publication). Les reproductions intégrales limitées peuvent être autorisées moyennant une permission explicite du Cygne noir à cet effet.

Le Cygne noir souscrit à la licence sur la propriété intellectuelle Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0 International : attribution de la propriété intellectuelle à l’auteur·e de l’article ainsi qu’au Cygne noir, revue d’exploration sémiotique (diffuseur original) – aucune utilisation commerciale autorisée – aucune modification ou dérivation permise sans l’autorisation préalable de la direction du Cygne noir. Cette licence s’applique à la totalité du contenu de la revue. La reproduction des logos ou de toute composante de l’identité visuelle du Cygne noir est également encadrée par cette réglementation et doit être préalablement autorisée par la direction de la revue.

Pour toute demande concernant les droits d’auteur, de reproduction ou de diffusion, veuillez contacter la direction de la revue [direction@revuecygnenoir.org].

 

Politique sur l’autoarchivage

Le Cygne noir permet le partage des articles par leur auteur·e selon les modalités suivantes :

  • Partage de la version soumise pour évaluation : non permis.
  • Partage de la version acceptée par les pairs : non permis.
  • Partage de la version publiée : après la publication du numéro, les auteur·e·s peuvent partager librement le lien vers la version publiée de leur article ainsi que le document pdf final qui leur a été fourni par la revue.

 

Politique anti-plagiat

L’auteur·e est seul·e responsable de l’originalité de l’article : aucune partie significative de l’article ne doit avoir été publiée sous forme d’article ou de chapitre auparavant.

La revue Cygne noir refuse toute forme de plagiat. Est considéré comme un acte de plagiat le fait de : (1) copier, en tout ou en partie, les travaux d’autrui en les faisant passer pour siens; (2) copier, en tout ou en partie, ses propres travaux déjà publiés, sans mentionner la référence de la publication originale (autoplagiat).

Avant la publication d’un article, l’auteur·e confirme à la revue qu’elle ou il est bien la personne détentrice des droits et qu’elle ou il n’enfreint pas les droits d’autrui, ni pour le texte, ni pour les figures, illustrations et tableaux (s’il y a lieu).

Advenant la détection d’un cas de plagiat, la revue prend les mesures suivantes : (1) si un plagiat substantiel est détecté avant la publication, l’article est automatiquement rejeté et la personne fautive ne pourra plus publier dans le Cygne noir; (2) si un plagiat est détecté après la publication, des mesures seront prises pour retirer l’article partout où il est possible de le faire. La personne fautive ne pourra plus publier dans le Cygne noir.

Comité de rédaction

Comité de publication

  • Emmanuelle Caccamo (Université du Québec à Trois-Rivières)
  • Simon Levesque (Université Laval & Université du Québec à Montréal)

 

Comité scientifique

  • À venir

 

Comité fondateur (2012)

  • Emmanuelle Caccamo
  • Simon Levesque
  • Matteo Wladimiro Scardovelli

 

Réviseure linguistique

  • Véronique Desjardins