ThèsesDissertations

Corps de l’article

BERTRAND, Karine

2013 Le cinéma des Premières Nations du Québec et des Inuit du Nunavut: réappropriation culturelle et esthétique du sacré, Ph.D., Université de Montréal, Montréal, 400 pages.

Cette thèse de doctorat porte sur le cinéma envisagé comme un agent de réappropriation culturelle pour les Premières Nations du Québec et les Inuit du Nunavut. De manière plus spécifique, nous avons cherché à comprendre comment les peuples autochtones et inuit se servent d’un médium contemporain pour prendre la parole, revendiquer leurs droits politiques et récrire une histoire ayant été jusqu’à récemment racontée selon le point du vue de médiateurs externes. À cet effet, l’emprunt d’éléments propres aux méthodologies autochtones, autant dans la forme que dans le contenu, auront permis de faire ressortir un aspect particulier des cultures autochtones, soit la manifestation d’une oralité centrée autour de la notion du sacré. La première partie de cette recherche est ainsi consacrée à la théorisation d’un sacré autochtone omniprésent dans le quotidien et qui se transpose à l’écran sous la forme d’une esthétique particulière, que nous nommons esthétique du sacré. En outre, le visionnement et l’analyse de courts et de longs-métrages autochtones et inuit ont fait ressortir avec force les principaux éléments d’une esthétique du sacré qui s’exprime entre autres à travers une éthique de travail privilégiant la collaboration communautaire et une écoute attentive de la parole de l’interlocuteur, ainsi qu’à travers une nouvelle médiation des récits de la tradition orale. Ainsi, l’exploration de l’oeuvre documentaire d’Alanis Obomsawin met de l’avant l’importance du rôle joué par les femmes autochtones au sein de leurs communautés, celles-ci se présentant comme les principaux agents de changement et médiatrices de leur culture. Dans la même veine, l’étude du projet Wapikoni Mobile nous a permis d’esquisser un portrait nouveau de la jeunesse autochtone, les oeuvres réalisées par ces cinéastes néophytes reflétant l’importance pour eux de réactualiser la tradition tout en nourrissant des liens de confiance avec leurs aînés, ces gardiens de la mémoire. Enfin, le dernier chapitre portant sur l’élaboration d’une nouvelle cinématographie inuit démontre comment le cinéma est un outil apte à traduire avec justesse les subtilités des récits issus de la tradition orale.

Cinema of Quebec’s First Nations and Nunavut’s Inuit: Cultural reappropriation and aesthetic of the sacred, Ph.D., Université de Montréal, Montréal, 400 pages.

This Ph.D. dissertation addresses the subject of First Nations and Inuit cinema, in Quebec and Nunavut. More specifically, we examine the role of cinema as an agent of cultural re-appropriation for Indigenous and Inuit communities, who have been using a Western and contemporary medium both to claim their political and economic rights and to re-write a history that, until recently, has been told by external mediators. Therefore, choosing to borrow elements found in Indigenous methodologies will allow us to bring into light a particular aspect of First Nations cultures, i.e., the manifestation of an oral thought process centred on the notion of the sacred. The first part of this thesis is thus dedicated to the theorization of the sacred, a notion that is envisioned by the First Nations peoples as a way of life that can be transposed on-screen through what we have chosen to name the aesthetics of the sacred. Furthermore, the viewing and analysis of short and long-length films have allowed us to identify the principal elements of an aesthetic of the sacred that reveals itself in the work ethic of the filmmakers (participation of the community in the filmmaking process, attentive listening by the filmmakers to the person speaking) as well as in the remediation, on-screen, of oral tradition. Thereby, the exploration of Abenaki filmmaker Alanis Obomsawin’s documentary films has put forward the importance of the role played by Native women in their communities, the latter remaining the principal agents of cultural change as well as the mediators of their stories and cultures. In the same way, examining the contents of the short films produced by the young Wapikoni Mobile filmmakers has allowed us to discover new facets of native youth, the majority of those short films reflecting a desire to update tradition while building relationships based on trust with the elders of their community. Finally, the last chapter addresses the subject of Inuit cinematography and demonstrates how cinema presents itself as the medium most fit to translate accurately the subtleties found in stories hailing from oral tradition.

BOURCIER, André

2012 Essai d’analyse de trois langues polysynthétiques, Ph.D., Université Laval, Québec, 523 pages.

Cette thèse explore la réalité sous-jacente à un aphorisme d’Edward Sapir voulant que certaines langues aient des mots plus longs que d’autres et que la longueur des mots soit déterminée par le «génie» de ces langues. Cet aphorisme est à l’origine du terme «polysynthétique» que l’on trouve aussi bien en typologie (Sapir 1921) que dans des études plus formelles (Baker 1996). Nous proposons que la définition du terme «polysynthétique» s’appuie sur la variation des champs d’application de la morphologie et de la syntaxe, tant au niveau des unités qu’au niveau des procédés qui permettent la construction des mots dans ces langues. Nous proposons aussi que cette variation s’inscrit dans des limites précises susceptibles d’être modélisées. À partir d’une analyse comparative d’un grand nombre de constructions lexicales et syntaxiques dans trois langues dites polysynthétiques (siglitun, innuaiamûn et gwich’in) appartenant à trois familles linguistiques distinctes (eskaléoute, algonquienne et athabaskane), nous présentons un modèle dynamique qui offre une interprétation plausible de la construction des mots polysynthétiques et de l’évolution du «génie» de ces langues.

Analysis of Three Polysynthetic Languages, Ph.D., Université Laval, Quebec City, 523 pages.

This dissertation explores the reality beneath Edward Sapir’s aphorism that some languages have longer words than others and that word length is determined by the “genius” of these languages. This aphorism is at the origin of the term “polysynthetic,” which comes up as much in typology (Sapir 1921) as in more formal studies (Baker 1996). I propose to define the term “polysynthetic” on the basis of variation in morphology and syntax, with respect to both the units and the processes that are used to construct words in these languages. I also propose that this variation exists within precise limits that may be modelled. Using a comparative analysis of many lexical and syntactic constructs in three languages that are called polysynthetic (Siglitun, Innu-aimun, and Gwich’in) and that belong to three distinct language families (Eskaleut, Algonkian, and Athabascan), I present a dynamic model that offers a plausible interpretation of the construction of polysynthetic words and the evolution of the “genius” of these languages.

COMPTON, Richard James

2012 The Syntax and Semantics of Modification in Inuktitut: Adjectives and Adverbs in a Polysynthetic Language, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 230 pages.

This thesis explores the properties of adjectives and adverbs in Inuit (Eskimo-Aleut), with focus on the Inuktitut dialect group. While the literature on Eskimoan languages has claimed that they lack these categories, I present syntactic evidence for two classes of adjectives, one verb-like and another strictly attributive, as well as a class of adverbs. These categories are then employed to diagnose more general properties of the language including headedness, word-formation, adjunct licensing, and semantic composition. In the first half of Chapter 2 I demonstrate that verb-like adjectives can be differentiated from verbs insofar as only the former are compatible with a particular copular construction involving modals. Similarly, verb-like adjectives can combine with a negative marker that is incompatible with genuine verbs. This contrast is further corroborated by an inflectional distinction between verb-like adjectives and verbs in the Siglitun dialect. A second class of strictly-attributive adjectives is argued for on the basis of stacking, variable order, optionality, and compositionality. The second half of the chapter examines semantic restrictions on membership in the strictly-attributive class whereby only adjectives with subsective and privative denotations are attested. These restrictions are explained by the proposal that Inuit lacks a rule of Predicate Modification, with the result that only adjectives with semantic types capable of composing with nouns via Functional Application can compose directly with nominals. Furthermore, to explain why this restriction does not extend to verb-like adjectives, it is proposed that when these adjectives modify nominals, they are adjoined DP appositives and compose via Potts’s (2005) rule of Conventional Implicature Application. In Chapter 3 I argue for a class of adverbs, presenting evidence including degree modification, variable ordering, speaker-oriented meanings, and the ability to modify additional categories. Finally, data from adverb ordering is used to compare syntactically oriented and semantically oriented approaches to adjunct licensing and verbal-complex formation. I present arguments in favour of a right-headed analysis of Inuit in which the relative position of adverbs inside polysynthetic verbal-complexes is primarily determined by semantics, supporting Ernst (2002), contra cartographic approaches such as Cinque (1999).

Syntaxe et sémantique de la modification en inuktitut: adjectifs et adverbes dans une langue polysynthétique, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 230 pages.

Cette thèse explore les propriétés des adjectifs et des adverbes dans la langue inuit (eskimo-aléoute), en particulier dans l’ensemble dialectal de l’inuktitut. Bien que la littérature sur les langues eskimo ait affirmé qu’il leur manque ces catégories, je présente des preuves syntaxiques pour deux classes d’adjectifs, une pseudo-verbale et une autre qui est strictement attributive, ainsi qu’une classe d’adverbes. Ces catégories sont ensuite utilisées pour diagnostiquer des propriétés plus générales de la langue telles que la position des têtes syntaxiques par rapport à leurs compléments, la formation des mots, la licence des adjoints et la composition sémantique. Dans la première moitié de chapitre 2, je démontre que les adjectifs pseudo-verbaux peuvent être distingués des verbes dans la mesure où seulement les adjectifs pseudo-verbaux peuvent apparaître dans une construction particulière avec la copule et des verbes modaux. De même, les adjectifs pseudo-verbaux peuvent se combiner avec un marqueur de négation qui n’est pas compatible avec des verbes véritables. Ce contraste est renforcé par l’existence des différences flexionnelles entre les adjectifs pseudo-verbaux et les verbes dans le dialecte siglitun. Je propose aussi une deuxième classe d’adjectifs strictement attributifs qu’on peut distinguer sur la base des propriétés comme l’empilage, l’ordre variable, l’optionalité et la compositionnalité. La deuxième moitié du chapitre examine les restrictions sémantiques sur l’adhésion à la classe d’adjectifs attributifs de sorte que seulement les adjectifs avec des dénotations subsectives ou privatives sont attestés. J’explique ces restrictions en proposant qu’il manque à la langue une règle de modification de prédicats et, par conséquent, seuls les adjectifs avec des types sémantiques pouvant composer avec des substantifs par la règle d’application fonctionnelle se combinent directement avec des substantifs. En outre, pour expliquer pourquoi cette restriction ne s’applique pas aux adjectifs pseudo-verbaux je propose que quand ces derniers modifient des substantifs, il s’agit de syntagmes déterminatifs (SD) qui s’adjoignent comme appositifs et se composent sémantiquement par la règle d’application d’implicature conversationnelle de Potts (2005). Dans le chapitre 3, je propose une classe d’adverbes en présentant des preuves telles que la modification par des adverbes de degré, l’ordre variable, l’existence des sens orientés vers le locuteur et la capacité de modifier d’autres catégories grammaticales. Finalement, j’utilise des données de l’arrangement des adverbes pour comparer les analyses syntaxiques de la licence des adjoints et la formation des verbes complexes aux analyses sémantiques. Je présente des arguments en faveur d’une structure ascendante (avec les têtes syntaxiques à droite) où la position relative des adverbes dans les complexes verbaux polysynthétiques est déterminée prioritairement par la sémantique, ce qui supporte Ernst (2002), à l’opposé des approches cartographiques telles que Cinque (1999).

CUNSOLO WILLOX, Ashlee

2012 Lament for the Land: On the Impacts of Climate Change on Mental and Emotional Health and Well-Being in Rigolet, Nunatsiavut, Canada, Ph.D., University of Guelph, Guelph, 325 pages.

As the impacts from anthropogenic climate change are felt around the globe, people are increasingly exposed to changes in weather, temperature, wildlife and vegetation patterns, and water and food quality and availability. These changes impact human health and well-being, and, resultantly, climate change has been identified as the biggest global health threat of the 21st century. Recently, the mental health impacts emerging from these changes have been gaining increasing attention globally. Research indicates that changes in climate and environment, and the subsequent disruption to the social, economic, and environmental determinants of mental health, are causing increased incidences of mental health issues, emotional responses, and large-scale socio-psychological changes. Inuit in Northern Canada have been experiencing the most rapid climatic and environmental changes on the planet: increased seasonal temperatures; decreased snow and ice quality, stability, and extent; melting permafrost; decreased water levels in ponds and brooks; increased frequency and intensity of storms; later ice formation and earlier ice break-up; and alterations to wildlife and vegetation. These changes are decreasing the ability of Inuit to hunt, trap, fish, forage, and travel on the land, which directly disrupts their health and is negatively impacting mental and emotional health and well-being. Through a multi-year, exploratory, qualitative case study conducted in Nunatsiavut, Labrador, Canada representing the first research to examine the mental and emotional health impacts of climate change within a Canadian Inuit context, Inuit indicated that climate change was impacting mental health through seven interrelated pathways: strong emotional responses; increased reports of family stress; increased reports of drug and alcohol usage; increased reports of suicide ideation and attempts; the amplification of previous traumas and mental health stressors; decreased place-based mental solace; and land-based mourning due to a changing environment. Data for this research were drawn from 85 in-depth interviews and 112 questionnaires conducted between October 2009 and October 2010. These findings indicate the urgent need for more research on climate-change-related mental health impacts and emotio-mental adaptive processes, for more mental health support to enhance resilience to and assist with the mental health impacts of climate change, and for more mitigation and adaptation policies to be implemented.

La terre que l’on pleure. Les impacts du changement climatique sur la santé et le bien-être mental et émotionnel à Rigolet, Nunatsiavut, Canada, Ph.D., University of Guelph, Guelph, 325 pages.

Tandis que les impacts du changement climatique anthropogénique se font ressentir sur toute la planète, les gens sont de plus en plus exposés aux changements atmosphériques et de températures, aux modifications de la vie sauvage et de la végétation, ainsi que de la qualité et de la disponibilité de l’eau et de la nourriture. Ces changements ont un impact sur la santé et le bien-être des êtres humains et, pour cette raison, on a pu dire que le changement climatique était le plus grand risque sanitaire du XXIe siècle au niveau mondial. Les impacts de ces changements sur la santé mentale ont récemment attiré de plus en plus d’attention. Les recherches indiquent que les changements climatiques et environnementaux, et les perturbations subséquentes des déterminants sociaux, économiques et environnementaux de la santé mentale, ont de plus en plus d’incidences sur les problèmes de santé mentale, les réactions émotionnelles et les changements socio-psychologiques à grande échelle. Ce sont les Inuit du nord du Canada qui ont le plus fait l’expérience de la rapidité des changements climatiques et environnementaux de la planète: augmentation des températures saisonnières; diminution de la qualité, de la stabilité et de l’étendue de la neige et de la glace; fonte du permafrost; baisse du niveau des eaux des étangs et des ruisseaux; augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes; formation plus tardive et fonte précoce de la glace; et altérations de la vie sauvage et de la végétation. Ces changements affectent les capacités des Inuit dans les domaines de la chasse, du piégeage, de la pêche, de la cueillette et des voyages par voie de terre, ce qui perturbe leur santé et a un impact négatif sur leur bien-être mental et émotionnel. Dans le cadre d’une étude de cas qualitative et exploratoire d’une durée de plusieurs années, menée à Nunatsiavut, au Labrador, et qui est la première recherche à examiner les impacts mentaux et émotionnels du changement climatique auprès des Inuit du Canada, les Inuit ont indiqué que le changement climatique avait un impact sur leur santé mentale par le biais de sept voies indissociables: de fortes réactions émotionnelles; une augmentation des signalements de stress familial; une augmentation des signalements d’usage de drogue et d’alcool; une augmentation des signalements d’idées suicidaires et de tentatives de suicides; une amplification des traumas antérieurs et des facteurs de stress sur la santé mentale; une raréfaction des lieux d’apaisement mental; et un deuil du territoire causé par le changement environnemental. Les données de cette recherche proviennent de 85 entrevues détaillées et de 112 questionnaires administrés entre octobre 2009 et octobre 2010. Ces découvertes indiquent l’urgence de recherches supplémentaires sur les impacts sur la santé mentale et sur les processus adaptatifs émotionnels et mentaux en lien avec les changements climatiques, afin d’apporter davantage de soutien à la santé mentale pour augmenter la résilience et pour atténuer les impacts sur la santé mentale du changement climatique, ainsi que pour mettre en oeuvre davantage de politiques d’allègement et d’adaptation.

FREDUA-KWARTENG, Eric

2013 Exploring School Principal Preparation and Development in Northern Canada: The Case of Nunavut’s Educational Leadership Program (ELP), Ph.D., University of Toronto, Toronto, 403 pages.

The purpose of this research was to explore how a school principal preparation program in Nunavut Territory, Canada, fulfils Inuit educational aspirations. In accordance with this purpose, the study focuses on answering four specific questions: (1) What are Inuit educational aspirations? (2) What is the context for Inuit education? (3) How is the Nunavut Educational Leadership Program (ELP) organized to meet its objectives? (4) How do the activities of the Nunavut ELP fulfil Inuit educational aspirations? Adopting an exploratory case study design grounded in qualitative approaches and undergirded by critical interpretative perspective, the research triangulates both primary and secondary sources of data. The primary data sources come from individual semi-structured interviews with 35 respondents (18 community members, 3 program development members, 3 presenters/facilitators, 7 program participants, and 4 educational officials) selected across Nunavut Territory. These sources are complemented with relevant secondary documents from 1987 to 2010. Using constant comparative and word-in-context as the main data analysis methods, concepts and themes were delineated from the data sources to form categories, with the research questions and conceptual framework guiding the process. The research results revealed, among many other things, that the Nunavut ELP partially fulfils Inuit educational aspirations as defined in the research. Issues arising from the data analysis are also discussed under (1) Inuit culturally appropriate education/self-determination in education, (2) issues associated with Inuit and mainstream relationship, (3) the relationship between context and principal preparation and development programs, (4) preparation programs for fulfilling local educational aspirations, (5) framework for principal leadership practice, (6) educational governance related-issues, (7) university contribution to principal leadership preparation and development programs, (8) Nunavut ELP goals, and (9) leadership conceptualizations. Along with these are recommendations, theoretical implications, and directions for future or further research. Although the research does not purport to design an educational leadership program for Nunavut school principals, its evidence-based analysis and results may assist in any conversations toward the restructuring, improvement, or enhancement of the Nunavut ELP as well as any educational leadership development programs in post-colonial societies.

Exploration de la formation et du perfectionnement des directeurs d’écoles dans le Nord canadien. Le cas du programme en leadership de l’éducation au Nunavut, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 403 pages.

L’objectif de cette recherche était d’examiner la façon dont un programme de formation des directeurs d’écoles du territoire du Nunavut, au Canada, répond aux aspirations des Inuit en matière d’enseignement. En fonction de cet objectif, l’étude cherche à répondre à quatre questions en particulier: 1) Quelles sont les aspirations des Inuit en matière d’éducation? 2) Dans quel contexte se déroule l’enseignement chez les Inuit? 3) Comment le programme de leadership de l’éducation (Educational Leadership Program ou ELP) compte-t-il atteindre ses objectifs? 4) En quoi les activités de ce programme répondent-elles aux aspirations des Inuit en matière d’éducation? En recourant à une étude de cas exploratoire se fondant sur des approches qualitatives sous-tendues par une perspective d’interprétation critique, la recherche effectue une triangulation des sources de données primaires et secondaires. Les données primaires proviennent d’entrevues individuelles semi-structurées avec 35 répondants (18 membres de la communauté, 3 membres ayant développés le programme, 3 conseillers techniques, 7 participants au programme et 4 fonctionnaires de l’éducation) sélectionnés à travers tout le territoire du Nunavut. Des documents secondaires pertinents datant de 1987 à 2010 viennent compléter ces sources. Au moyen d’une méthode d’analyse considérant les mots en contexte et les comparant au sein des sources principales, certains thèmes et concepts ont été isolés pour constituer des catégories, ce processus ayant été guidé par les questions de recherche et le cadre conceptuel. Les résultats obtenus ont révélé, parmi nombre d’autres choses, que l’ELP du Nunavut ne répond que partiellement aux aspirations des Inuit en matière d’éducation, telles que définies dans la présente recherche. Certains problèmes apparaissant à la suite de l’analyse des données sont discutés sous les rubriques suivantes: 1) l’enseignement culturellement approprié pour les Inuit et l’autodétermination en éducation; 2) les problèmes que rencontrent les Inuit dans leurs relations ordinaires; 3) le lien entre le contexte et les programmes de formation et de perfectionnement des directeurs; 4) les programmes de formation pour répondre aux aspirations locales en matière d’éducation; 5) le cadre de la pratique du leadership par les directeurs; 6) les problèmes liés à la gouvernance des programmes d’éducation; 7) la contribution de l’université aux programmes de formation et de perfectionnement des directeurs au leadership; 8) les objectifs de l’ELP au Nunavut et 9) les différentes conceptions du leadership. De pair avec ces thèmes, on trouvera des recommandations, des implications théoriques et des orientations pour des recherches futures ou approfondies. Bien que cette recherche n’ait pas pour but de concevoir un programme en leadership de l’éducation pour les directeurs d’écoles du Nunavut, son analyse factuelle et ses résultats pourraient contribuer aux discussions en vue de la restructuration, de l’amélioration ou du renforcement de l’ELP au Nunavut, ainsi qu’à d’autres programmes de perfectionnement en leadership de l’éducation dans les sociétés postcoloniales.

GRIEBEL, Brendan

2013 Recharting the Courses of History: Mapping Concepts of Community, Archaeology, and Inuit Qaujimajatuqangit in the Canadian Territory of Nunavut, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 393 pages.

This dissertation considers the contemporary place of history in the Canadian territory of Nunavut. The political evolution of Nunavut has led to a situation in which incoming archaeology projects must justify their research according to standards of benefit and relevance to Inuit people. Archaeology is desired to function within a framework of Inuit Qaujimajatuqangit—more popularly known as IQ, or Inuit traditional knowledge—so as to foster the survival of Inuit culture and traditions in the modern world. As a result of this mandate, Arctic archaeology has been forced to re-position its research in relation to community engagement, social and political landscapes, and Inuit production of historical meaning. Through a series of interviews and ethnographic case studies in the Nunavut municipality of Cambridge Bay, this research will ask how the application of a community-based approach can help archaeologists and Inuit create a hybridized, or “parallel,” form of archaeological engagement that furthers community wellness and the creation of more nuanced history-based identities. I argue that by shifting the practice of archaeology into local frameworks of experience and learning, resulting research can create new archaeological awareness regarding the nature of Nunavummiut memory and community, while at the same time meeting territorial desires for historical investigation to be conducted in a manner both inspired by, and compatible with, concepts of Inuit Qaujimajatuqangit.

Redéfinir le cours de l’histoire. Cartographier les concepts de communauté, d’archéologie et d’Inuit Qaujimajatuqangit sur le territoire canadien du Nunavut, Ph.D., University of Toronto, Toronto, 393 pages.

Cette thèse examine la place contemporaine accordée à l’histoire dans le territoire canadien du Nunavut. L’évolution politique du Nunavut a conduit à une situation dans laquelle les projets de recherches archéologiques doivent être justifiés en fonction de ce qu’ils peuvent apporter aux Inuit, sur le plan des bénéfices et de la pertinence. On désirerait que l’archéologie fonctionne dans le cadre de l’Inuit Qaujimajatuqangit—mieux connu sous le nom d’IQ, ou savoir traditionnel inuit—afin de conforter la survie de la culture et des traditions inuit dans le monde moderne. Du fait de ce mandat, les recherches archéologiques en Arctique ont été contraintes de se repositionner pour pouvoir entrer en relation avec l’engagement communautaire, les paysages sociaux et politiques et la production par les Inuit de la signification historique. À travers une série d’entrevues et d’études de cas ethnographiques dans la municipalité de Cambridge Bay, au Nunavut, cette étude cherchera à savoir comment la mise en application d’une approche communautaire peut aider les archéologues et les Inuit à créer une forme «hybride» ou «parallèle» d’engagement archéologique qui puisse contribuer au bien-être de la communauté et à la création d’identités historiques plus nuancées. J’avance qu’en faisant passer la pratique archéologique dans des cadres d’expérience et d’apprentissage locaux, la recherche qui en résulte peut produire une nouvelle prise de conscience au sujet de la nature de la mémoire et de la communauté nunavummiut, tout en répondant en même temps aux désirs des gens de ce territoire qui souhaitent que l’investigation historique soit menée d’une manière à la fois inspirée par, et compatible avec, le concept d’Inuit Qaujimajatuqangit.

GRIMWOOD, Bryan S. R.

2012 Picturing the Thelon: Natures, Ethics, and Travel within an Arctic Riverscape, Ph.D., Carleton University, Ottawa, 323 pages.

As a special and changing trans-regional waterway located in Arctic Canada, the Thelon River elicits multiple and often incommensurable perceptual visions (e.g., “homeland,” “wilderness,” “heritage,” and “resource frontier”). This dissertation engages interdisciplinary literatures, diverse theoretical perspectives, and case study research to flesh out relational geographies of nature, ethics, and travel associated with the Thelon. Attention is directed to the touristic and inhabitant dimensions of the riverscape, specifically those enacted by wilderness canoeists and residents of the Inuit settlement Qamani‘tuaq (Baker Lake, Nunavut). The dissertation follows an “integrated article” format and consists of an introduction, five substantive chapters, and a conclusion/summary. Each substantive chapter is oriented by objectives relating to the broader instrumental research purpose, which is to enact (i.e., to understand, envision, and cultivate) relational ethics for and within the Thelon River watershed. This intention was designed to work with, and respond to, contemporary thinking in human geography, philosophy, and tourism studies that considers “nature” to be the ongoing convergence of multiple social-ecological-cultural relations, an ontological position that challenges many conceptual and material foundations of (environmental) ethics. Descriptive, normative, and affective aspects of enacting relational ethics are interspersed throughout the text. Drawing on community-based, participatory, visual, and experiential research methods, I illuminate: the “natures of canoeing”; the Thelon River as a moral terrain; the expression of nature-culture values in and through different Arctic mobilities; and the various human and non-human traces within the riverscape that suggest how practices of making and remaking the Thelon are manifestations of responsibility to and for others connected to personal and social-cultural identity. These suggestive and purposeful interpretations are the effect of “engaged acclimatization,” a methodological vision of responsible research characterized by processes of relationship building, immersion, learning, and activism. Moreover, recurrent patterns and themes are synthesized and presented in the summation. Here, I argue that the enactment of relational ethics for and within the Thelon can be characterized by the interaction of five modes and/or attributes: place, perception, partnership, philosophy, and practice. Fostered by some of the limitations identified in the moments constituting this dissertation, ongoing and anticipated future research is also discussed.

Représentations de la rivière Thelon. Nature, éthique et voyage dans un paysage fluvial de l’Arctique, Ph.D., Carleton University, Ottawa, 323 pages.

En tant que voie fluviale transrégionale particulière et changeante, située dans l’Arctique canadien, la rivière Thelon suscite de multiples visions et perceptions, souvent emphatiques (telles que «patrie», «nature sauvage», «patrimoine» et «front pionnier»). Cette thèse fait entrer en jeu des écrits interdisciplinaires, diverses perspectives théoriques et des études de cas pour donner corps aux géographies relationnelles de la nature, de l’éthique et du voyage associées à la rivière Thelon. L’attention se porte sur les dimensions touristiques et riveraines du paysage fluvial, en particulier celles qui proviennent des canoéistes et des résidents du village inuit Qamani’tuaq (Baker Lake, Nunavut). La thèse suit un format d’articles intégrés avec une introduction, cinq chapitres substantiels et une conclusion/synthèse. Chaque chapitre est orienté par les objectifs de la recherche instrumentale d’ensemble, qui est d’édicter (à savoir comprendre, envisager et cultiver) l’éthique des relations avec et pour le bassin versant de la rivière Thelon. Son intention était de travailler avec, et de répondre à, la pensée contemporaine au sujet de la géographie humaine, de la philosophie et des études sur le tourisme qui considèrent la «nature» comme le point de convergence continuel de multiples relations sociales, écologiques et culturelles, position ontologique qui remet en question de nombreux fondements conceptuels et matériels de l’éthique (de l’environnement). Le texte est entrecoupé d’aspects descriptifs, normatifs et affectifs de l’éthique relationnelle. À partir de méthodes de recherches visuelles, expérientielles et participatives au sein des communautés, je mets en lumière: «les natures du canotage»; la rivière Thelon en tant que terrain de la morale; l’expression des valeurs nature-culture dans et à travers différentes façons de se déplacer dans l’Arctique; et les diverses traces, humaines ou non, au sein du paysage fluvial qui évoquent la façon dont les pratiques consistant à faire et refaire la rivière Thelon sont des manifestations de responsabilité envers les autres en lien avec l’identité personnelle et socioculturelle. Ces interprétations évocatrices et raisonnées sont le résultat d’une «acclimatation engagée», une conception méthodologique de la recherche responsable qui se caractérise par des processus d’élaboration de relations, d’immersion, d’apprentissage et d’activisme. En outre, les schémas et thèmes récurrents sont synthétisés et présentés dans le récapitulatif. J’avance ici que le fait d’édicter une éthique relationnelle pour et au sein de la rivière Thelon peut être caractérisé par l’interaction de cinq modes et/ou attributs: le lieu, la perception, le partenariat, la philosophie et la pratique. Nous discutons également des recherches en cours et futures inspirées par quelques-unes des limites identifiées dans certains points constitutifs de cette thèse.

HAYASHI, Naotaka

2013 Cultivating Place, Livelihood, and the Future: An Ethnography of Dwelling and Climate in Western Greenland, Ph.D., University of Alberta, Edmonton, 370 pages.

In order to investigate how Inuit Greenlanders in western Greenland are experiencing, responding to, and thinking about recent allegedly human-induced climate change, this dissertation ethnographically examines the lives of Greenlanders as well as Norse and Danes in the course of past historical natural climate cycles. My emphasis is on human endeavours to cultivate a future in the face of difficulties caused by climatic and environmental transformation. I recognize locals’ initiatives to carve out a future in the promotion of sheep farming and tree planting in southern Greenland and in adaptation processes of northern Greenlandic hunters to the ever-shifting environment. Sheep farming was introduced by those Danes who were inspired by the existence of Norse society in the Middle Ages on the island, and tree planting was initiated, presumably for experimental purposes, by Danes and other outsiders. Some self-reliant, independent Greenlanders who could envision an alternative life in farming took over and developed a sheep farming tradition. Whether tree planting can take hold in a Greenlandic sociocultural landscape is still open to question. With government support, Greenlandic farmers managed to adapt their livelihood to the harsh climate although this created their dependency on the government and global economy. In the trial-and-error adaptation process, farmers learned about historical fluctuations of temperature. This relates to what the Norse ruins scattered throughout southern Greenland tell farmers—a sense of continuity of people’s lives from the past to the present. This becomes their frame of reference in holding a view of the future. Like sheep farmers, hunters in northern Greenland are fully competent in a transient landscape and are flexible enough to cope with novel shocks in the environment. However, unlike farmers, their effort to envision a future has often been frustrated by larger forces, including international politics. Locals’ narratives on climate change well reflect their expectations, frustrations, and anxieties. It is important to create a situation where people can freely envision a better way of life, explore future possibilities, and realize the values they have for life. This will lead to the continuance of individuals’ lives, local communities, and—ultimately—to the building of a sustainable nation.

Cultiver le lieu, le mode de vie et l’avenir. Ethnographie de l’habitat et du climat dans le Groenland de l’ouest, Ph.D., University of Alberta, Edmonton, 370 pages.

Afin d’enquêter sur la façon dont les Inuit groenlandais, dans l’ouest du Groenland, vivent, réagissent et pensent devant le récent changement climatique que l’on pense provoqué par l’homme, cette thèse examine, sur le plan ethnographique, la vie des Groenlandais ainsi que celle des Vikings et des Danois en conjonction avec les cycles climatiques naturels du passé historique. J’insiste sur les efforts entrepris par les êtres humains pour cultiver l’avenir devant les difficultés provoquées par les transformations climatiques et environnementales. J’identifie les initiatives des gens de cet endroit pour se créer un avenir en se lançant dans l’élevage du mouton et la plantation d’arbres au sud du Groenland, et dans les processus d’adaptation des chasseurs groenlandais du nord devant un environnement changeant sans cesse. L’élevage du mouton fut introduit par les Danois, qui s’inspiraient de l’existence d’une société viking sur l’île au Moyen-Âge, tandis que nous présumons que la plantation d’arbres fut probablement initiée à titre expérimental par les Danois et d’autres étrangers. Certains Groenlandais indépendants et audacieux, qui pouvaient envisager un mode de vie alternatif dans l’agriculture, entreprirent de développer une tradition d’élevage du mouton. Que les plantations d’arbres puissent prendre racine dans le paysage socioculturel groenlandais reste encore incertain. Avec l’aide du gouvernement, les fermiers groenlandais sont parvenus à adapter leur mode de vie aux rigueurs du climat, bien que cela les ait rendus dépendants du gouvernement et de l’économie globale. Dans leur processus d’adaptation empirique, les fermiers ont pris connaissance des fluctuations historiques de la température, cela en lien avec les ruines vikings dispersées à travers tout le sud du Groenland, et qui confèrent un sentiment de continuité entre les gens du passé et ceux du présent. Elles deviennent leur cadre de référence dans la façon dont ils envisagent l’avenir. À l’instar des éleveurs de moutons, les chasseurs du nord du Groenland exercent pleinement leurs compétences dans un paysage en transition et sont suffisamment adaptables pour surmonter les nouveaux chocs subis par l’environnement. Cependant, contrairement aux agriculteurs, leurs tentatives de concevoir l’avenir ont souvent été contrariées par des forces supérieures, y compris la politique internationale. La façon dont les habitants racontent le changement climatique reflète bien leurs attentes, leurs frustrations et leurs craintes. Il est important de créer une situation où les gens puissent librement envisager un meilleur mode de vie, explorer des possibilités d’avenir et réaliser les valeurs qu’ils ont dans la vie. Cela mènera à la perpétuation des vies des individus et des communautés locales et, finalement, à la construction d’une nation viable et durable.

HENRI, Dominique

2012 Managing nature, producing cultures: Inuit participation, science and policy in wildlife governance in the Nunavut Territory, Canada, Ph.D., University of Oxford, Oxford, 358 pages.

In this thesis, a critical analysis is proposed of the relationships between Inuit participation, science, and policy in wildlife governance in Nunavut Territory, Canada. This analysis situates the emergence of a participatory regime for the governance of wildlife in Nunavut, explores its performance, and examines the relations between the ways in which wildlife governance arrangements are currently represented in policy and how they are played out in practice across the territory. To pursue these objectives, this research draws upon a number of theoretical perspectives and methodological strategies poised at a crossroads between environmental geography, science and technology studies, political ecology, and ecological anthropology. It combines participant observation, semi-directed interviews, and literature-based searches with approaches to the study of actor-networks, hybrid forums, and scientific practices associated with Latour and Callon, as well as with Foucauldian and post-Foucauldian analyses of power, governmentality, and subjectivity. This analysis suggests that the overall rationale within which wildlife governance operates in Nunavut remains largely based on a scientific and bureaucratic framework of resource management that poses significant barriers to the meaningful inclusion of Inuit views. In spite of their participation in wildlife governance through a range of institutional arrangements, consultation practices, and research initiatives, the Inuit of Nunavut remain critical of the power relations embedded within existing schemes, where significant decision-making authority remains under the control of the territorial (or federal) government, and where asymmetries persist with regard to the capacity of various actors to produce and mediate their claims. In addition, while the use of Inuit knowledge, or Inuit Qaujimajatuqangit, in wildlife governance in Nunavut has produced some collaborative research and management endeavours, it has also crystallised a divide between “Inuit” and “scientific” knowledge, generated unresolved conflicts, fuelled mistrust among wildlife co-management partners, and led to an overall limited inclusion of Inuit observations, values, and beliefs in decision-making.

Gérer la nature, produire des cultures. Science, politique et participation des Inuit à la gouvernance des espèces sauvages dans le territoire du Nunavut, Canada, Ph.D., University of Oxford, Oxford, 358 pages.

Dans cette thèse, nous proposons une analyse critique des relations entre la science, la politique et la participation des Inuit à la gouvernance des espèces sauvages dans le territoire du Nunavut, au Canada. Cette analyse situe l’apparition d’un régime participatif pour la gouvernance de la vie sauvage au Nunavut, explore ses résultats et examine les relations entre la façon dont on présente actuellement les dispositifs de gouvernance des espèces sauvages en politique, et la façon dont ils sont effectivement mis en pratique dans le territoire. Afin d’atteindre ces objectifs, cette recherche se fonde sur un certain nombre de perspectives théoriques et de stratégies méthodologiques situées au croisement de la géographie environnementale, des études scientifiques et technologiques, de l’écologie politique et de l’anthropologie écologique. Elle combine l’observation participante, des entrevues semi-dirigées et une revue de littérature sur l’étude des réseaux d’acteurs, des forums hybrides et des pratiques scientifiques associées à Latour et à Callon, ainsi que sur les analyses foucaldiennes et post-foucaldiennes du pouvoir, de la pratique du gouvernement et de la subjectivité. Cette analyse indique que la raison d’être des opérations de la gouvernance des espèces sauvages au Nunavut reste en grande partie basée sur un cadre de gestion des ressources scientifique et bureaucratique qui élève d’importants obstacles devant l’inclusion effective des points de vue inuit. En dépit de leur participation à la gouvernance des espèces sauvages par le biais d’un certain nombre de dispositifs institutionnels, de pratiques consultatives et d’initiatives de recherche, les Inuit du Nunavut continuent de porter un regard critique sur les relations de pouvoir inscrites dans les schémas existants, où l’autorité véritable quant aux prises de décision reste sous le contrôle du gouvernement territorial (ou fédéral), et où les asymétries demeurent quant à la capacité des différents acteurs de produire et de faire connaître leurs revendications. De plus, bien que l’utilisation du savoir inuit ou Inuit Qaujimajatuqangit dans la gouvernance des espèces sauvages au Nunavut ait produit certaines recherches en collaboration et des efforts de gestion, elle a aussi durci la division entre les connaissances «inuit» et «scientifiques», ce qui a résulté en des conflits irrésolus et en une méfiance accrue entre les partenaires de cogestion des espèces sauvages, et a provoqué dans l’ensemble une limitation de l’inclusion des observations, des valeurs et des croyances des Inuit dans les prises de décisions.

HOUMARD, Claire

2012 Caractérisation chrono-culturelle et évolution du Paléoesquimau dans le golfe de Foxe (Canada). Étude typologique et technologique des industries en matières dures d’origine animale, Ph.D., Université Laval et Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Québec et Paris, 478 pages.

L’archéologie de l’Arctique canadien, bien qu’ayant fait une large place à certaines catégories d’objets, telles que les têtes de harpon, n’a encore que peu exploité la grande richesse informative des objets en matières dures d’origine animale. Une périodisation typologique a été réalisée sur l’ensemble de la période du Paléoesquimau (~ 4000-500 B.P.), classiquement subdivisée en Prédorsétien et Dorsétien au Canada. Les pratiques techniques et économiques des Paléoesquimaux ont été abordées à partir de l’étude de six sites localisés autour du golfe de Foxe, région centrale pour l’archéologie arctique: région d’Igloolik (Parry Hill, Lyon Hill, Jens Munk, Freuchen et Kaersut) et nord du Nunavik (Tayara). Les données typologiques et technologiques obtenues permettent de confirmer l’existence d’un continuum culturel entre Prédorsétien et Dorsétien. L’évolution des industries en matières dures d’origine animale observée, notamment au moment du passage du Prédorsétien au Dorsétien, a été interprétée en termes de changements socioculturels. Un fait marquant serait l’apparition des têtes de harpon à logette partiellement fermée, contemporaine d’une intensification de l’exploitation du morse, témoignant de chasses désormais collectives qui auraient incité les chasseurs à séjourner ensemble dans des habitations plus grandes, occupées sur de plus longues périodes.

Chrono-cultural characterisation and evolution of the Palaeo-Eskimo in the Foxe Basin (Canada). A typological and technological study of industries in bone and antler, Ph.D., Université Laval and Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Quebec City and Paris, 478 pages.

The studied ivory, bone, and antler artifacts from the Canadian Arctic, only correspond to harpoon heads that served to build the Palaeo-Eskimo chronology (~ 4000-500 B.P.). To ascertain the chronological subdivision between the Pre-Dorset and Dorset cultures, a typological study associated with a technological approach was performed. Palaeo-Eskimo technological and economic practices have been derived from the study of six sites located around the Foxe Basin: Igloolik region (Parry Hill, Lyon Hill, Jens Munk, Freuchen, and Kaersut sites) and northern Nunavik (Tayara site). The assumption of a Pre-Dorset/Dorset continuum could be confirmed. The observed evolution of osseous industries during the Palaeo-Eskimo period (and more precisely the Pre-Dorset/Dorset transition) has been interpreted in terms of socio-cultural changes. The observed technological changes (i.e., harpoon head hafting) could be associated with new patterns of raw material exploitation (diversification in the selection of materials and anatomical elements, as well as functional categories). They testify to the important socio-cultural changes (collective rather than individual walrus hunting) already observed in the settlement patterns (aggregation of humans in larger houses for longer time periods).

JOHANSEN, Trine Bjorneboe

2012 A Zooarchaeological and Ethnographic Investigation of Subsistence Change through Time at Iita, Northwest Greenland, Ph.D., University of California, Davis, 315 pages.

The objective of this dissertation is to utilize the extensive ethnographic literature, particularly pertaining to Inughuit subsistence practices, as a means to investigate and interpret the faunal remains from the historical and archaeological site of Iita, Northwest Greenland. Iita is of interest both ethnographically and archaeologically due to its long documented history of contact between Inughuit (Polar Eskimo) and Euro-American explorers as well as Canadian Inuit, which provides an opportunity to investigate questions about changes in subsistence practices through time, particularly how they relate to climatic and technological change, and to compare these observations with ethnographic documents. The 2006 excavation of two winter houses conducted at Iita revealed an occupation history of at least 800 years; this history spans an early (ca. AD 1400-1500) and middle (ca. AD mid-1600s) Thule period, followed by an early (ca. AD 1850-1900) and late Historic period (ca. AD 1900-1910). Ethnographic writings pertaining to Iita in particular and the Inughuit in general play a significant role in the interpretation of the zooarchaeological remains recovered during excavation. Several points discussed in the ethnographic literature are of interest to the research presented here: (1) the impacts of the lack of important hunting technologies such as the kayak, bow and arrow, and fishing leister noted upon initial contact by early explorers (1818-1861); (2) the impacts of a large dovekie colony close to the site; and (3) the impacts of culture contact on the Inughuit society as a result of extensive interaction with Euro-American explorers. Analysis of 25,000+ faunal specimens suggests that as the Inughuit lost the ability to hunt important food sources they came to rely more heavily on dovekies due to their predictability, ease of capture, as well as low processing costs involved in their procurement. Still, even after the missing technology was reintroduced in the mid-1860s and new technologies such as the rifle were introduced by Euro-American explorers at the end of the 1800s, the Inughuit appear to have continued to include dovekies in their diet in similarly high proportions. Larger animals, such as seals, walrus, fox, hare, and dog also played an important role in the local economy. However, changing climate conditions, particularly the Little Ice Age, loss of technology, as well as outside contact appears to have influenced the availability and use of these animals at Iita. Archaeological remains and ethnographic accounts were used to investigate the agents of change identified in the Iita assemblage and to demonstrate how people may have adapted to such changes.

Recherche zooarchéologique et ethnographique du changement des modes de subsistance à travers le temps à Iita, nord-ouest du Groenland, Ph.D., University of California, Davis, 315 pages.

L’objectif de cette thèse est d’utiliser les nombreux écrits ethnographiques qui portent en particulier sur les pratiques de subsistance des Inughuit, afin d’investiguer et d’interpréter les restes fauniques du site historique et archéologique d’Iita, au nord-ouest du Groenland. Iita présente un intérêt à la fois ethnographique et archéologique en raison de la longue histoire des contacts bien documentés entre les Inughuit (Inuit du Pôle) et les explorateurs euro-américains ainsi qu’avec les Inuit canadiens, ce qui nous procure l’opportunité d’explorer les questions des changements dans les pratiques de subsistance à travers le temps, et en particulier la façon dont celles-ci sont liées aux changements climatiques et technologiques, et de comparer ces observations aux documents ethnographiques. La fouille menée à Iita, en 2006, de deux maisons d’hiver a révélé l’histoire d’une occupation ayant duré au moins 800 ans; cette histoire recouvre les périodes thuléennes ancienne (vers 1400-1500 de notre ère) et intermédiaire (vers le milieu du XVIIe siècle), puis la période historique ancienne (vers les années 1850-1900) et tardive (vers 1900-1910). Les écrits ethnographiques portant sur Iita en particulier et sur les Inughuit en général jouent un rôle important dans l’interprétation des restes zooarchéologiques recueillis lors des fouilles. Plusieurs points évoqués par les écrits ethnographiques présentent un intérêt pour la recherche présentée ici: 1) les impacts de l’absence d’importantes techniques de chasse telles que le kayak, l’arc et la flèche, et la foëne pour la pêche, mentionnés par les premiers explorateurs lors des premiers contacts (1818-1961); 2) les impacts d’une importante colonie de mergules nains à proximité du site; et 3) les impacts des contacts culturels sur la société inughuit à la suite d’interactions intensives avec les explorateurs euro-américains. L’analyse de plus de 25 000 spécimens fauniques indique qu’au fur et à mesure que les Inughuit perdaient leur aptitude à chasser d’importantes ressources de nourriture, ils en venaient à dépendre plus étroitement des mergules nains en raison de leur caractère prévisible, de la facilité de leur capture et du peu de transformation qu’ils impliquaient. Cependant, même après que la technologie manquante ait été réintroduite au milieu de la décennie 1860, et que de nouvelles technologies, telles que le fusil, aient fait leur apparition à la suite des explorateurs euro-américains à la fin du XIXe siècle, il semble que les Inuighuit aient conservé le mergule nain dans leur régime alimentaire dans les mêmes proportions. De plus grands animaux tels que le phoque, le morse, le renard, le lièvre et le chien ont joué également un rôle important dans l’économie locale. Cependant, le changement des conditions climatiques, en particulier lors du Petit Âge glaciaire, la perte de la technologie ainsi que les contacts avec l’extérieur semblent avoir eu une influence sur la disponibilité et l’utilisation de ces animaux à Iita. Les vestiges archéologiques et les récits ethnographiques ont été utilisés pour investiguer les agents de changements identifiés dans l’assemblage d’Iita et pour démontrer de quelle manière les gens ont pu s’adapter à de tels changements.

JOHNSON, Noor Jehan

2013 Mobilizing Inuit Knowledge: Representation and Institutional Mediation in the Era of Global Climate Change, Ph.D., McGill University, Montreal, 360 pages.

This thesis examines the production and mobilization of Inuit knowledge in and beyond the Canadian Arctic in the context of climate change. Drawing on multi-scale, ethnographic research, it focuses in particular on the role of institutions, such as government departments and community-based organizations, in mediating between different understandings of change. Inuit knowledge is increasingly transmitted through land-based programs and supported by grant funding from outside the community. I argue that adaptation to climate change is therefore as much about understanding how to work within political and institutional frameworks as it is about responding to changes in the local environment. I examine how Inuit knowledge, represented in material forms—such as reports, maps, and films—as well as through the work of spokespersons, is mobilized in scientific conferences, bureaucratic office environments, and multilateral governance meetings like the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC). I argue that spokespersons play a particularly significant role in rendering Inuit knowledge palatable for qallunaat (non-Inuit) audiences by selecting particular aspects to emphasize over others, and by translating Inuit observations into the language of science. A variety of factors constrain the mobility of Inuit knowledge and limit its potential to shape territorial, national, and global decision-making about climate change. These include bureaucratic commitments to written documents and hierarchical organization, as well as public narratives that emphasize the vulnerability of Inuit to climate change based on a simplistic conception of Inuit identity as traditional and rooted on the land. Inuit, however, engage with the changing Arctic in a variety of ways, including exploring the potential of oil and gas development in increasingly ice-free waters. Ultimately, I suggest that Inuit knowledge reflects the ability to endure in the face of change—most recently, anthropogenic climate change. Drawing on the comfort and stabilizing force of tradition, it is also informed by and shapes political relations in spaces far from the Arctic tundra.

Mobilisation du savoir inuit. Représentation et médiation institutionnelle à l’ère des changements climatiques globaux, Ph.D., McGill University, Montréal, 360 pages.

Cette thèse examine la production et la mobilisation des savoirs inuit dans l’Arctique canadien et ailleurs, dans le contexte des changements climatiques. S’appuyant sur une recherche ethnographique menée à plusieurs échelles, elle s’intéresse particulièrement au rôle des différentes institutions, depuis les ministères jusqu’aux organisations communautaires, dans la médiation des différentes conceptions de ces changements. Les savoirs inuit se transmettent de plus en plus par le biais de programmes territoriaux financés par des organismes subventionnaires extérieurs aux communautés. J’avance que l’adaptation aux changements climatiques dépend donc autant de la compréhension du fonctionnement de la politique et du cadre institutionnel que des réponses aux changements élaborées dans l’environnement local. J’examine comment les savoirs inuit, représentés sous forme matérielle (rapports, cartes ou films) et transmis par des porte-parole, sont mobilisés dans des conférences scientifiques, des organismes publics de l’environnement et des réunions de gouvernance multilatérale, comme celles de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC). Je soutiens que les porte-parole jouent un rôle particulièrement important en rendant les savoirs inuit acceptables pour les qallunaat (non-Inuit) en mettant l’accent sur certains aspects plutôt que d’autres, et en traduisant les observations des Inuit dans un langage scientifique. Plusieurs facteurs restreignent la mobilité des savoirs inuit et limitent leur capacité d’influer sur les prises de décisions aux niveaux territorial, national et mondial au sujet des changements climatiques, entre autres la primauté que donnent les pouvoirs publics aux documents écrits et à la hiérarchie des organisations, ainsi que les discours publics qui insistent sur la vulnérabilité des Inuit devant les changements climatiques en se basant sur une conception simpliste de l’identité inuit que l’on ne perçoit que comme traditionnelle et enracinée dans le territoire. Cependant, les Inuit abordent le changement de l’Arctique de diverses manières, y compris en envisageant la possibilité d’exploitations pétrolières et gazières dans des eaux de plus en plus libres de glaces. Finalement, je suggère que les savoirs inuit reflètent leur aptitude à perdurer malgré les changements—le dernier en date étant le changement climatique anthropogénique. Leur savoir traditionnel leur apporte réconfort et stabilité, mais il se nourrit aussi des relations politiques qui se nouent en des lieux éloignés de la toundra arctique.

KUSHWAHA, Anita

2013 The Significance of Nuna (the Land) and Urban Place-making for Inuit living in Ottawa, Ontario, Canada, Ph.D., Carleton University, Ottawa, 331 pages.

This thesis examines the significance of the land for urban Inuit residing in Ottawa (Ottawamiut), the role of urban place-making efforts in fostering meaningful connections to the land, and the role of Inuit organizations in facilitating the creation of “Inuit places” that facilitate connections to the land. Based on the rich, insightful, and compelling narratives presented in this thesis, I demonstrate that: (1) The land or nuna plays a significant role in the lives of Ottawamiut participants in this study; (2) The land continues to be of significance for Ottawamiut between generations (i.e., the inter-generational significance of the land); (3) Urban place-making efforts are key to fostering meaningful connections to the land within this urban setting; and (4) Local Inuit organizations, in particular, facilitate connections to the land, thereby transforming abstract urban space into Inuit place—that is, safe places of cultural inclusion—where Ottawamiut are able to engage with land-based knowledge and cultural practices in ways that are both beneficial and relevant to their urban lives. This thesis demonstrates that part of the common ground which draws this diverse and growing population of individuals together is their deep-rooted connections to the land, a connection that is part of the collective, cultural memory and identity of Inuit whether northern or southern-dwelling. Ottawamiut make symbolic connections to the land through the transfer of Inuit knowledge, cultural practices, country food, language, and identity. Critical to all of these transfers is the ability to gather and share. Local Inuit organizations, through the culturally-specific programs and services that they provide, build community and foster connections to the land that extend its meanings into southern, urban space. This research adds to the emerging area of urban Inuit research, and contributes novel understandings about how urban Inuit “make place” for themselves in Ottawa in ways that extend land meanings, thereby transcending supposed geographic boundaries of North and South, and/or urban and rural. In addition, this thesis highlights the needs and concerns of urban Inuit—such as rights and representation by national Inuit organizations—which tend to be poorly understood and underrepresented in urban Indigenous research.

Ce que veut dire Nuna (la terre) et se créer une place en milieu urbain pour les Inuit vivant à Ottawa, Ontario, Canada, Ph.D., Carleton University, Ottawa, 331 pages.

Cette thèse examine ce que signifie la terre (dans le sens de territoire) pour les Inuit urbains résidant à Ottawa (les Ottawamiut), leurs efforts de se créer une place en milieu urbain en entretenant des liens empreints de sens avec la terre, et le rôle des organisations inuit qui rendent possible la création de «lieux inuit» facilitant la connexion à celle-ci. En me basant sur les récits présentés dans cette thèse, qui offrent des aperçus riches et captivants, je démontre que: 1) la terre ou nuna joue un rôle considérable dans la vie des Ottawamiut participant à cette étude; 2) sa signification conserve son importance pour les Ottawamiut d’une génération à l’autre; 3) les efforts entrepris pour se créer une place en milieu urbain sont essentiels pour nourrir des connexions à la terre qui soient empreintes de sens dans ce contexte urbain; et 4) les organisations inuit locales, en particulier, facilitent les connexions à la terre, permettant ainsi la transformation d’un espace urbain abstrait en un espace inuit, c’est-à-dire en des lieux d’inclusion culturelle où les Ottawamiut se sentent en sécurité et où ils ont la possibilité de s’engager dans une connaissance de la terre et des pratiques culturelles de manière à la fois bénéfique et pertinente pour leur vie urbaine. Cette thèse démontre que ce qui est en grande partie commun à ces individus divers et de plus en plus nombreux, et qui les rassemble, c’est leur connexion profonde à la terre, connexion qui fait partie de l’identité collective et de la mémoire culturelle des Inuit, qu’ils soient habitants du nord ou du sud. Les Ottawamiut établissent des liens symboliques avec la terre au moyen d’un transfert du savoir inuit, des pratiques culturelles, de la nourriture, de la langue et de l’identité. Leur aptitude à se rassembler et à partager est essentielle à tout cela. Les organisations inuit locales, par le biais des programmes et des services culturels particuliers qu’elles fournissent, construisent la communauté et alimentent les connexions à la terre dont les significations s’étendent à l’espace urbain du sud. Cette recherche est un apport au champ de recherche émergent portant sur les Inuit en milieu urbain et contribue à une nouvelle compréhension de la façon dont les Inuit urbains «se font une place» à Ottawa, en étendant les significations de la terre, transcendant ainsi les frontières géographiques supposées entre le Nord et le Sud, et entre l’urbain et/ou le rural. De plus, cette thèse montre les besoins et les préoccupations des Inuit urbains — tels que leurs droits et leur représentation par des organisations inuit nationales — qui tendent à être mal compris et sous-représentés dans les recherches sur les Autochtones en milieu urbain.

LANDRIAULT, Mathieu

2013 La sécurité arctique 2000-2010: une décennie turbulente?, Ph.D., Université d’Ottawa, Ottawa, 375 pages.

Cette thèse a pour but d’analyser l’émergence et l’évolution de différents discours portant sur la sécurité et la souveraineté arctiques au Canada, pendant la décennie 2000-2010. Notre regard portera plus précisément sur le discours du Grand Nord assiégé. Une de nos questions de recherche fut de comprendre comment des évaluations optimistes et pessimistes du portrait sécuritaire arctique au Canada se sont traduites dans les discours sécuritaires arctiques tenus par différents acteurs politiques canadiens au cours de la décennie 2000-2010. De plus, une deuxième question de recherche se demandera si des groupes de la société civile canadienne ont été à même de formuler des idées sécuritaires alternatives à celles défendues par le gouvernement canadien. Pour ce faire, nous réaliserons une analyse de contenu qualitative de trois différents acteurs politiques canadiens: le gouvernement fédéral, les médias, plus particulièrement les textes d’opinion dans les quotidiens canadiens, et les groupes inuit. Une attention particulière sera portée à trois crises de souveraineté ayant éclaté durant cette période: la crise de l’île de Hans (été 2005), celle du sous-marin américain USS Charlotte (hiver 2005-2006) et la crise du drapeau russe sous le pôle Nord (été 2007). Nos conclusions nous indiquent que le discours pessimiste a été exprimé en tout premier lieu dans les médias canadiens avant d’être inséré dans la rhétorique gouvernementale en 2005. De plus, les menaces étatiques ont davantage mobilisés les différents acteurs politiques canadiens étudiés que les menaces non étatiques. La menace russe en particulier a été utilisée pour justifier des mesures additionnelles de défense de la souveraineté canadienne en Arctique. Sur notre deuxième question de recherche, nous pouvons observer que la société civile canadienne a été capable d’exprimer des idées sécuritaires alternatives. Par contre, les idées dominantes du continentalisme et du nationalisme ont guidé la politique étrangère canadienne pendant une bonne partie de la décennie, l’internationalisme libéral étant marginalisé par la prédominance de celles-ci. De plus, les groupes inuit ont été les plus à même de formuler des conceptualisations alternatives de la sécurité et de la souveraineté arctiques au Canada.

Arctic Security 2000-2010: A Turbulent Decade?, Ph.D., University of Ottawa, Ottawa, 375 pages.

This dissertation is an analysis of the emergence and evolution of different discourses on Arctic security and sovereignty in Canada, during the decade 2000-2010. I look more specifically at the discourse of the besieged Far North. One of my research questions was to understand how optimistic and pessimistic assessments of the Arctic security situation in Canada became expressed in the Arctic security discourses of different Canadian actors during the decade 2000-2010. In addition, a second research question is whether groups in Canadian civil society were able to formulate alternatives to ideas about security defended by the Canadian government. For this, I conducted a qualitative content analysis of three different Canadian political actors: the federal government; the media, particularly the opinion pieces in Canadian daily newspapers; and Inuit groups. Special attention was paid to three sovereignty crises that broke out during this period: the Hans Island crisis (summer 2005), the crisis of the American submarine USS Charlotte (winter 2005-2006), and the crisis of the Russian flag under the North Pole (summer 2007). My conclusions indicate that pessimistic discourse was expressed first and foremost in the Canadian media before being inserted into government rhetoric in 2005. Moreover, threats from other States mobilized the different Canadian political actors under study to a greater degree than did non-State threats. The Russian threat in particular was used to justify additional measures to defend Canadian Arctic sovereignty. For my second research question, I can state that Canadian civil society was able to express alternative ideas about security. On the other hand, the dominant ideas of continentalism and nationalism guided Canadian foreign policy for much of the decade, liberal internationalism being marginalized by the predominance of these two ideas. In addition, Inuit groups were the ones most able to formulate alternative conceptualisations of Arctic security and sovereignty in Canada.

MOUNT, Christopher

2013 Inuit Cultural Maintenance in Contemporary Nunavik, Ph.D., McGill University, Montreal, 246 pages.

The objective of this study was to determine how education can best be used to assist Inuit cultural maintenance in contemporary Nunavik. This research examined that which defines Nunavik Inuit culture and can provide a framework from which an education program could be structured with the intent of the preservation of Inuit culture, values, and traditions. In the wake of contemporary society, any cultural maintenance efforts must be actuated through a concerted effort on the part of all parties involved, including Inuit youth, parents, elders, and the school. Modern Inuit also need a modern education. If contemporary Inuit cultural maintenance in Nunavik is to succeed, it must not interfere with the need to acquire this modern education. Inuit cultural maintenance must therefore be achieved in conjunction with, but separate from, contemporary education. How then do we teach contemporary Inuit youth the skills needed to survive and flourish in both worlds without compromising the efficacy of either? In this ethnographic qualitative case study, research methods included: surveys and open-ended questionnaires, field notes, participant observations, and photography. I found that Inuit culture needs to be passed down from generation to generation, as was the traditional Inuit educational model. Contemporary education systems are at odds with the way Inuit were traditionally educated. Inuit culture must be taught on the land, over the course of childhood and adolescence, under the tutelage of Inuit elders.

La préservation de la culture inuit dans le Nunavik contemporain, Ph.D., McGill University, Montréal, 246 pages.

L’objectif de cette étude était de déterminer comment l’éducation peut être mieux utilisée pour aider à la préservation de la culture inuit dans le Nunavik contemporain. Cette recherche a examiné ce qui définit la culture inuit du Nunavik et qui pourrait fournir un cadre dans lequel un programme d’éducation serait structuré dans le but de préserver la culture, les valeurs et les traditions inuit. Dans le sillage de la société contemporaine, l’effort de préservation culturelle doit être actualisé par un effort concerté de la part de toutes les parties concernées, y compris les jeunes Inuit, les parents, les aînés et l’école. Les Inuit modernes ont également besoin d’une éducation moderne. Pour que la préservation de la culture inuit du Nunavik se réalise, il ne faut pas interférer avec la nécessité d’acquérir cette éducation moderne. La préservation de la culture inuit doit donc être réalisée en collaboration avec l’éducation contemporaine, mais de façon distincte. Comment doit-on enseigner aux jeunes Inuit modernes les compétences nécessaires pour survivre et prospérer dans les deux mondes sans compromettre l’efficacité de l’un ou de l’autre? Les méthodes de recherche utilisées dans cette étude ethnographique qualitative comprennent la réalisation de sondages et de questionnaires à réponses ouvertes, la prise de notes sur le terrain, l’observation des participants et la photographie. Il a été constaté que la culture inuit doit être transmise de génération à génération, comme dans le modèle éducatif traditionnel Inuit. Le système d’éducation contemporain est en contradiction avec la façon dont les Inuit étaient traditionnellement éduqués. La culture inuit doit être enseignée sur le territoire, au cours de l’enfance et de l’adolescence, sous la tutelle des aînés inuit.

PAREWICK, Kathleen

2012 Things change, we change: Planning for resilience in the Canadian Arctic, Ph.D., Memorial University of Newfoundland, St. John’s, 439 pages.

This dissertation addresses climate and coastal changes in three small communities across the Canadian Arctic. The most pressing physical hazards were observed in Tuktoyaktuk, Northwest Territories (NWT) where erosive storm action and floods act on low-lying thermokarst terrain and shoreline infrastructure. Sachs Harbour, NWT is also experiencing rapid coastal erosion and permafrost ablation, although risks are moderated by the greater elevation of the townsite. Relatively few physical hazards were identified in Gjoa Haven, Nunavut, but a sudden reservoir failure above the townsite in 2005 highlighted latent risks in infrastructure engineered to suit former climatic norms. In concert with physical hazard evaluations, community assessments were undertaken and revealed a variety of factors conditioning changes at the local level. They exposed significant community adaptation challenges stemming from human resource, organizational, and relational factors. This approach also contributed to a working understanding of the many cross-scale interactions that ongoing physical changes are precipitating, in tandem with globalizing economic and social influences, on northern populations. Rapid changes in ice-rich terrain have raised concerns in relation to traditional Inuit livelihoods, knowledge, and practices, but significant implications for northern community governance must also be recognized. Resilience is rendered as a dynamic, composite property of communities. A basic analytical framework derived from resilience theory was developed and used in the three “Things Change, We Change” community-based adaptation case studies. Adjustments were made along the way to suit arising local circumstances, in keeping with an exercise of adaptive as well as adaptation planning. The process has highlighted a number of factors conditioning community responses to environmental changes. Examples are outlined using the “Four Dimensions of Community Resilience” defined and presented in a variety of ways to enhance legibility. Community resiliency is explored as a frame of reference for local governance and in relation to the significant ontological challenges presented by the necessary interchange among the multiple cultures entrained by global sustainability discourse. Consequently, community planning is re-imagined as an institutional practice that must seek to enhance or restore critical capacities to foster greater adaptability in every aspect of the community—“built” and otherwise.

Les choses changent, nous aussi. Envisager la résilience dans l’Arctique canadien, Ph.D., Memorial University of Newfoundland, Saint-John’s, 439 pages.

Cette thèse se penche sur les changements climatiques et côtiers dans trois petites communautés de l’Arctique canadien. Les risques physiques les plus pressants ont été observés à Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, où se constatent les effets de l’érosion provoquée par les tempêtes et des inondations sur le thermokarst (qui a une faible élévation au-dessus du niveau de la mer) et sur les infrastructures côtières. À Sachs Harbour, dans les Territoires du Nord-Ouest, on observe aussi la rapidité de l’érosion du littoral et la fonte du pergelisol, bien que les risques y soient atténués par une plus grande élévation du site du village. Nous n’avons identifié que relativement peu de risques à Gjoa Haven, au Nunavut, mais une défaillance subite, en 2005, du réservoir qui domine le village a mis en lumière les risques que courent des infrastructures conçues pour répondre à des normes climatiques antérieures. De pair avec l’évaluation des risques physiques, nous avons entrepris de recueillir les évaluations des communautés et celles-ci ont révélé la diversité des facteurs qui influent sur le changement au niveau local. Elles montraient que les communautés étaient confrontées à d’importants défis d’adaptation suscités par des facteurs organisationnels, relationnels et de ressources humaines. Cette approche a également contribué à une compréhension élémentaire des nombreuses interactions à multiples échelles que les changements physiques continus sont en train de précipiter, de pair avec les influences sociales et économiques de la mondialisation sur les populations du nord. La rapide modification du pergelisol soulève des préoccupations quant au mode de vie, aux pratiques et aux savoirs traditionnels des Inuit, mais on doit aussi y voir d’importantes implications pour la gouvernance des communautés nordiques. Nous avons élaboré et utilisé un cadre d’analyse de base à partir de la théorie de la résilience — «les choses changent, nous aussi» — dans ces trois études de cas de l’adaptation des communautés. Nous avons procédé à des ajustements en cours de travail pour prendre en compte les circonstances locales au fur et à mesure de leur apparition, ce qui a constitué un exercice d’adaptation dans une étude sur l’adaptation. Ce processus a permis de mettre en lumière un certain nombre de facteurs conditionnant les réactions des communautés aux changements environnementaux: nous en soulignons des exemples dans le cadre des «Quatre dimensions de la résilience communautaire» définies et présentées de plusieurs manières pour en accroître la compréhension. La résilience des communautés est explorée en tant que cadre de référence pour la gouvernance locale et en relation avec les importants défis ontologiques que présente le discours sur le développement durable au niveau mondial, qui prône la nécessité des échanges entre les multiples cultures. Par conséquent, la planification communautaire est repensée en tant que pratique institutionnelle qui doit chercher à améliorer ou à restaurer des capacités essentielles pour favoriser une plus grande adaptabilité dans tous les aspects communautaires — qu’ils soient «construits» ou autres.

WEBER, Barret

2013 The Politics of Development in Nunavut: Land Claims, Arctic Urbanization, and Geopolitics, Ph.D., University of Alberta, Edmonton, 274 pages.

This thesis surveys the development of Nunavut not only as a governmental and institutional entity but also as a territory that is a political and social space both in the tradition of the territories of the Canadian State and in that of Westphalian territorial government generally. It relies on Inuit everyday life, knowledge, and values in the Eastern and Central Canadian Arctic. Drawing on first-hand ethnographic fieldwork conducted primarily in Iqaluit, Nunavut, Canada, from 2008-2011, including interviews with key informants, archival research, and participant observation in local, national, and international governmental forums, this thesis presents Iqaluit, capital of Nunavut, as a major case study. Iqaluit carries important lessons for evaluating processes of Arctic urbanization, centralization, and formation of communities, and it has been challenged as a meaningful site for Inuit dwelling, rather than purely a governmental place. The poor image of Iqaluit is also related to the differential experience of migrants from other parts of the Arctic and local families who are successful as established insiders. In addition, minor case studies of the human dimensions of climate change and the debate on the European Union seal ban are presented. Attitudes towards social science research illustrate disagreements and conflict between “northern” publics and Canadian and international “southern” values.

Les politiques du développement au Nunavut. Revendications territoriales, urbanisation dans l’Arctique canadien et géopolitique, Ph.D., University of Alberta, Edmonton, 274 pages.

Cette thèse examine le développement du Nunavut en tant qu’entité institutionnelle et gouvernementale, mais aussi en tant que territoire qui est un espace politique et social relevant à la fois de la tradition des Territoires de l’État canadien et du gouvernement territorial «de la Nation» en général. Il se fonde sur la vie quotidienne, le savoir et les valeurs des Inuit de l’Arctique canadien de l’Est et du Centre. À partir d’enquêtes ethnographiques menées surtout à Iqaluit, au Nunavut, entre 2008 et 2011, d’entrevues avec des informateurs clés, de recherches en archives et d’une observation participante dans des forums gouvernementaux locaux, nationaux et internationaux, nous présentons Iqaluit, capitale du Nunavut, comme une étude de cas exhaustive. Iqaluit nous transmet d’importantes leçons sur l’évaluation des processus d’urbanisation arctique, sur la formation et la centralisation des communautés, tandis qu’on a pu lui contester sa qualité de lieu d’habitat chargé de sens pour les Inuit en n’y voyant qu’un site gouvernemental. La dévalorisation de l’image d’Iqaluit est également liée au différentiel d’expérience entre les migrants venus d’autres endroits de l’Arctique et les familles locales qui réussissent mieux en ayant une meilleure connaissance des choses de l’intérieur. En outre, nous présentons à un niveau mineur des études de cas des dimensions humaines du changement climatique et du débat sur la prohibition de la chasse aux phoques par l’Union européenne. Les différences d’opinion au sujet de la recherche en sciences sociales illustrent les désaccords et les conflits entre les publics «du Nord» et les valeurs canadiennes et internationales «du Sud».

WILLIAMS, Caroline

2013 It’s not a beauty pageant! An examination of leadership development through Alaska native pageants, Ph.D., University of Arizona, Tucson, 259 pages.

This dissertation explores the adaptation of traditionally objectified women’s spaces into an arena for leadership development, which incorporates the development of culturally relevant mechanisms of leadership training within Indigenous societies. Cultural pageants offer a place for young women to become spokespersons on social justice issues, without the sexual objectification of entering beauty pageants. Such pageants also provide a glimpse of how cultural groups wish their national identity to be portrayed to the general public. Fifty years in the making, today’s Native Nations cultural pageants have been decolonized to present images of young leaders, confident in their heritage, introducing themselves in their Native language, and committed to cultural continuity and sustainable Nations. This research examines a state-wide Alaska Native pageant, Miss World Eskimo Indian Olympics, from three perspectives: 1) the young women, who develop culturally based leadership skills; 2) the community, who gain language and cultural revitalization and maintenance of role models; and 3) the general public, who gain a much needed positive representation of contemporary Indigenous women. This study draws from interdisciplinary theories and research methodologies (including observation, in-depth interviews, questionnaires, surveys, and archival research) and follows the young women through to the contest at the national level, Miss Indian World, run annually in Albuquerque, at the Gathering of Nations. The underlying hypothesis is that women use cultural pageants as a stepping-stone to advance their cultural leadership. In doing so, they promote factors of community well-being affecting Indigenous communities, such as suicide prevention, substance abuse, and language and cultural revitalization.

Ce n’est pas un concours de beauté! Analyse de l’accession au leadership par le biais des concours autochtones en Alaska, Ph.D., University of Arizona, Tucson, 259 pages.

Cette thèse examine l’adaptation des espaces traditionnellement attribués aux femmes sous l’angle d’une arène d’accession au leadership, recherche qui incorpore le développement de mécanismes relevant de la culture en matière de formation au leadership au sein des sociétés autochtones. Les concours culturels donnent aux jeunes femmes l’occasion de devenir des porte-parole au sujet de questions de justice sociale, en évitant l’objectivation sexuelle inhérente aux concours de beauté. De tels concours permettent également d’avoir un aperçu de la manière dont les groupes culturels souhaitent voir représenter leur identité nationale aux yeux du grand public. Existant depuis 50 ans, les concours culturels des Nations autochtones d’aujourd’hui ont été décolonisés pour présenter des images de jeunes leaders fières de leur patrimoine, qui se présentent dans leur langue et qui s’engagent pour la pérennité de leur Nation et de la continuité culturelle de celle-ci. Cette recherche examine un concours des Autochtones de l’Alaska qui se déroule à l’échelle de l’État, Miss World Eskimo Indian Olympics, sous trois angles différents: 1) les jeunes femmes qui acquièrent des qualités de leadership fondées sur leur culture; 2) la communauté, qui y gagne une revitalisation de sa langue et de sa culture, et une perpétuation des modèles à suivre; 3) le grand public, qui y voit une représentation positive fort bienvenue des femmes autochtones contemporaines. Cette étude se base sur des théories interdisciplinaires et des méthodologies de recherche (y compris l’observation, les entrevues détaillées, les questionnaires, les enquêtes et la recherche en archives) et suit les jeunes femmes durant tout les concours, jusqu’à celui du niveau national, Miss Indian World, qui se déroule tous les ans à Albuquerque, au moment du Gathering of Nations. L’hypothèse sous-jacente est que les femmes utilisent les concours culturels comme marchepied pour accéder au leadership culturel. Ce faisant, elles mettent de l’avant des facteurs relevant du bien-être communautaire pour les communautés autochtones, tels que la prévention du suicide et de l’usage de drogues, ainsi que la revitalisation de la langue et de la culture.