Recensions

Daniel Tremblay et Louise-Andrée Laliberté, Le Parlement du Québec. Parcours photographique, Montréal, Éditions Québec Amérique, 2014

  • Yves Laberge

…plus d’informations

  • Yves Laberge
    Université d’Ottawa

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Couverture de Nouveaux regards sur le phénomène de l’antisémitisme dans l’histoire du Québec, Volume 18, numéro 1, 2015, p. 13-293, Globe
Le Parlement de Québec n’est pas uniquement l’édifice administratif où est située l’Assemblée nationale du Québec ; il s’agit à l’évidence du lieu emblématique par excellence de l’histoire et de l’identité collective des Québécois, mettant en scène tous les symboles et les personnages (on disait autrefois « héros nationaux ») qui ont façonné notre image de nous-mêmes : Cartier, Champlain, De Maisonneuve, Pierre Le Moyne d’Iberville, La Vérendrye, Louis Joliet, Jacques Marquette et tant d’autres figures épiques. Présenté en format à l’italienne, ce livre d’art sur l’art public québécois montre éloquemment comment ces emblèmes et ces oeuvres ont été intégrés à l’architecture, au mobilier et à la décoration de cet espace citoyen qui demeure éminemment patrimonial, tel un lieu de mémoire – au sens où l’entend l’historien Pierre Nora dans le contexte de la France (p. 107). Pour leur troisième ouvrage conjoint, Daniel Tremblay et Louise-Andrée Laliberté décrivent ce haut lieu, en mots mais surtout en 250 images admirablement bien composées. Toutefois, on ne saurait réduire Le Parlement du Québec. Parcours photographique à un simple album de photos ou à un beau livre – ce qu’il est indéniablement. Le parcours de la visite est marqué par la volonté de donner du sens aux symboles nationaux judicieusement intégrés au décor : le drapeau fleurdelisé, les différentes manifestations du Fleur-de-Lys, les armoiries, les médailles et même la rose britannique (p. 7, 48, 67 et 108). Les statues et les portraits magnifient et vivifient les découvreurs, pionniers et autres fondateurs qui sont ici identifiés nommément, avec les noms des artistes les ayant représentés. On peut admirer autant la décoration intérieure, de style classique, que l’architecture extérieure, de style Beaux-Arts. N’importe qui peut visiter (gratuitement) certains secteurs de cet édifice patrimonial durant les heures d’ouverture. Exceptionnellement, Daniel Tremblay et Louise-Andrée Laliberté ont eu le privilège de photographier, de jour et de nuit, plusieurs sections habituellement fermées aux visiteurs : on peut découvrir le campanile, l’intérieur de l’horloge géante qui trône au-dessus de l’édifice principal, les combles offrant de nombreuses vues de la ville que l’on découvre sous des angles insoupçonnés. Très peu de parlementaires – même les plus importants – ont eu le privilège de contempler ces vues magnifiques sur le Vieux-Québec et sur les plaines d’Abraham ; elles constitueront une révélation (p. 45-48). Le parcours privilégié des photographes inclut également les quatre autres immeubles de la colline parlementaire dont on ne connaît pas toujours les noms, mais qui sont tout aussi riches en histoire et sur le plan architectural : l’édifice Pamphile-Le May (qui abrite la Bibliothèque du Parlement), l’impénétrable édifice Honoré-Mercier (qui sert de bureau au premier ministre), l’édifice André-Laurendeau (qui loge le cabinet du lieutenant-gouverneur et la Tribune de la presse parlementaire) et enfin le moins connu de cet ensemble, l’édifice Jean-Antoine Panet. Chaque fois, les photographes se sont attardés aux aspects patrimoniaux et aux oeuvres d’art, comme les sculptures, les verrières, les frises, les plafonds et autres ornementations. Spécialiste du noir et blanc, Daniel Tremblay excelle dans les cadrages obliques et les angles inattendus qui soulignent la noblesse de ces espaces stylisés. Privilégiant la photographie en couleurs, le style de Louise-Andrée Laliberté est caractérisé par la qualité de ses éclairages pour maximiser les nuances des couleurs (p. 55) : la perspective inédite qu’elle propose du Complexe « H » et de la Rive-Sud de Québec, aperçus du sommet du campanile du parlement, s’apparenterait presque à une image ancienne ou indatable (p. 46). Les deux photographes donnent à voir ce que le visiteur pourrait observer ...