Communiquer

Direction : Benoit Cordelier (Directeur éditorial) Chantal Aurousseau (Coordonnatrice éditoriale) Caroline Bouchard (Coordonnatrice éditoriale) Martin Lussier (Coordonnateur éditorial) Florence Millerand (Coordonnatrice éditoriale) / Rédaction : Marie-Claude Plourde (Assistante éditoriale) Karelle Arsenault (Réviseure linguistique)

À propos

Fondée en 2009, Communiquer Revue de communication sociale et publique, anciennement Revue internationale de communication sociale et publique (RICSP), publie des textes pouvant participer à une meilleure compréhension des phénomènes de communication impliquant des êtres humains.

Communiquer vise à contribuer au rayonnement international et à l’institutionnalisation des savoirs produits par la recherche francophone en communication sociale et publique. Dans la poursuite de cet objectif, à l’hiver 2015, Communiquer a transféré tout son contenu éditorial sur Revues.org. Nous vous invitons par ailleurs à préférer le site détaillé de Communiquer, sur Revues.org, pour la recherche de toutes informations concernant la revue.

Communiquer s’adresse aux chercheurs, chercheuses et praticiens, praticiennes internationaux ayant des intérêts pour les domaines couverts par la revue. Elle est ouverte aux contributions de personnes provenant de différents horizons dont les problèmes de recherche portent sur l’un ou l’autre des champs d’intérêt de la revue.

Si vous souhaitez proposer et coordonner un dossier thématique, consultez la page web à cet effet sur le site de Communiquer sur Revues.org.

Depuis 2015, Communiquer est reconnue par le Conseil national des universités (CNU) comme étant une revue qualifiante du champ des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) – 71e section du CNU. Cette liste émise par le CNU est notamment utile pour reconnaître les revues pouvant être valorisées dans les dossiers de demande de qualification et de promotion dans le cadre d’une carrière universitaire en France.

Indexation

Conformément aux politiques de diffusion sur la plateforme Revues.org, Communiquer est automatiquement référencée dans les bases suivantes :

  • Base (Bielefield Academic Search Engine)
  • EZB (Elektronische Zeitschriftenbibliothek)
  • Google Scholar
  • Journal TOCs
  • Mir@bel
  • New Jour
  • SHERPA/RoMEO
  • Sudoc
  • Isidore
  • OpenAIRE
  • WorldCat (OCLC)

La revue est également visible dans les bases de données utilisées en bibliothèques :

  • AtoZ (EBSCO)
  • 360 Core (Serials Solutions)
  • SFX (Exlibris)
  • LinkSolver (Ovid)

Ainsi que dans les outils de découverte ci-dessous :

  • Clarivate Analytics
  • DOAJ
  • EBSCO Discovery Service
  • Ent'revues
  • Index des journaux canadiens
  • Index Copernicus International (ICI)
  • Scopus (prévu à l'été 2019)
  • Sign@l
  • Summon (Proquest)
  • Primo Central (Exlibris)
  • Modern Language Association (MLA) International Bibliography
  • NSD (Base de données du Ministère de l'Éducation de la Norvège)
  • Ulrichsweb
  • United Nations Library (Genève)

Le Comité éditorial de Communiquer travaille actuellement à son inscription dans d’autres bases de données afin d’élargir sa diffusion.

Coordonnées

 

Coordonnées de la revue

Pour toute demande d'information ou des commentaires, veuillez nous contacter à l'adresse suivante : revuecsp@uqam.ca

Par voie postale :

Département de communication sociale et publique, Faculté de communication
3e étage, Pavillon Judith-Jasmin (J-3190)
Université du Québec à Montréal
Case postale 8888, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3P8 Canada


Recevoir les publications de Communiquer

La revue Communiquer est une publication en libre accès. Nous invitons les lecteurs à s'inscrire à la liste de diffusion pour recevoir les avis de publication de la revue.

Pour ce faire, signifier votre intérêt par courriel à l'adresse revuecsp@uqam.ca de la revue. Cette liste permet aussi à la revue de revendiquer un certain niveau de soutien ou de lectorat. Voir la Déclaration de confidentialité de la revue qui certifie aux lecteurs que leur nom et leur courriel ne seront pas utilisés à d'autres fins.

Politique éditoriale et éthique

Politique éditoriale

Communiquer Revue de communication sociale et publique publie des textes pouvant contribuer à une meilleure compréhension des phénomènes de communication impliquant des êtres humains. La communication organisationnelle, la communication interculturelle et internationale, la communication interpersonnelle et de groupe, la communication marketing et publicitaire, la communication politique, la communication touchant la santé, l’environnement, les technologies, la communication scientifique, les relations publiques et la communication humaine dans son ensemble constituent ses secteurs d’intérêts.

À titre de revue scientifique, l’évaluation des textes est faite par un comité de pairs. Le principal critère qui préside à la décision de publier un texte est la contribution à l’avancement des connaissances et au développement de la recherche dans un des secteurs d’intérêts de la revue.

Les articles soumis doivent présenter une réflexion théorique ancrée dans des observations empiriques et contribuer au renouvèlement des pistes de recherche ou des pratiques. Les observations peuvent être de nature qualitative ou quantitative. Les textes présentant des synthèses ou des réflexions théoriques peuvent être acceptés dans la mesure où leur contribution à l’avancement des connaissances ou au développement de la recherche est démontrée.

Communiquer est particulièrement intéressée à des textes présentant clairement leurs contributions et leurs arrimages avec la littérature scientifique existante. L’écriture doit être claire et éviter les tournures absconses et les formulations pour initiés.

Processus de révision par les pairs

Évaluation externe en double aveugle

Tous les articles soumis sont évalués en double aveugle par au moins deux évaluateurs ou évaluatrices issus du comité scientifique ou du comité de lecture.

Le comité de rédaction ou les responsables de dossier procèdent à la synthèse des évaluations et prennent la décision éditoriale qui convient (accepté pour publication, révisions mineures, révisions majeures, rejet).

En cas de révisions majeures, l’article est soumis une deuxième fois à un processus d’évaluation externe en double aveugle. Au-delà de deux cycles d’évaluation externe, l’article peut être rejeté.

Les révisions mineures sont validées par le comité de rédaction ou les responsables de dossier.

Toutes les informations relatives à la mise en fond et en forme d’un article conformément aux exigences de la revue sont facilement disponibles en ligne (Open Access) à tous les auteurs et autrices intéressé·e·s.

Conflit d’intérêts

Communiquer choisit les réviseurs ou réviseuses, à qui elle demande une évaluation, en évitant tout conflit d’intérêts, notamment en demandant aux évaluateurs ou évaluatrices de se retirer du processus si l’auteur ou autrice est identifié·e.

Droits d’auteur

Les articles sur le site de la revue Communiquer sont publiés sous la licence Creative Commons.

Les internautes utilisant publiquement les documents accessibles sur le site de Communiquer s’engagent à respecter les obligations suivantes :

  • citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui confère cette autorisation ;

  • ne pas utiliser cette création à des fins commerciales ;

  • ne pas modifier, transformer ou adapter les contenus.

Libre accès

Communiquer assure un accès libre et gratuit immédiat à tous les articles qu’elle publie (Open Access).

Les articles étant diffusés sous la licence Creative Commons, une entente de réciprocité doit être dûment remplie par les auteurs et l’équipe de rédaction. Cette dernière est transmise lors du dépôt en ligne de l’article, via la plateforme de gestion des soumissions.

 

Code déontologique de Communiquer

Processus de publication

Soumission

Communiquer accepte la soumission de tout article scientifique – c’est-à-dire, issus d’études menées à l’aide de méthodes généralement admises dans la communauté universitaire – écrit en français, qui répond à la ligne éditoriale de la revue et aux exigences de soumission.

Contenu original

Communiquer ne publie que des articles inédits. C’est-à-dire des articles qui n’ont pas été diffusés sur un autre support auparavant, ni même une autre langue. Des exceptions sont possibles en fonction de l’intérêt de l’article et sur invitation du comité éditorial ; néanmoins, ces derniers seront catégorisés comme étant « hors-série ».

Confidentialité

Les auteurs ou autrices doivent respecter les conditions d’anonymisation des fichiers pour assurer l’évaluation en double aveugle. Afin d’assurer la complétude de cette disposition, les auteurs ou autrices doivent obligatoirement passer à travers la liste de vérification lors de la soumission.

Communiquer assure la confidentialité des informations personnelles liées aux articles qui lui sont soumis tout au long du processus d’évaluation. Seules les personnes suivantes peuvent avoir accès à ces données : les auteurs eux-mêmes et les membres de l’équipe de rédaction. Les responsables éditoriaux invités peuvent avoir accès aux informations liées aux articles du numéro thématique qu’ils coordonnent.

Le processus d’évaluation par les pairs se réalise en double aveugle. Cela implique qu’aucun réviseur ou aucune réviseuse ne pourra connaître les informations personnelles ayant trait à l’auteur ou autrice de l’article qui leur est soumis. Ce n’est qu’une fois l’article en ligne que ces derniers peuvent eux-mêmes faire le travail d’identifier le texte qu’ils ont approuvé.

Inversement, les auteurs qui soumettent des articles à Communiquer, n’auront pas accès aux données des réviseurs ou réviseuses de leur article, quel qu’en soit le statut de publication final, sauf accord des réviseurs ou réviseuses après publication.

Responsabilités d’utilisation

Plagiat et conformité méthodologique

Communiquer pratique une politique claire de détection de plagiat grâce à son processus de sélection et de relecture. Cette politique vaut pour tout le matériel publié par la revue.

De surcroît, Communiquer ne pourrait tolérer la publication d’aucune information et d’aucun résultat que les membres de l’équipe de rédaction sauraient erroné dû à une méthodologie non conforme. C’est pourquoi la revue invite ses auteurs à la plus grande vigilance.

Si des erreurs sont identifiées après publication, Communiquer s’engage à les corriger en publiant un corrigendum.

En cas de fraude identifiée après publication, Communiquer procède à la rétraction du texte.

Politique de plagiat

Les auteurs garantissent expressément l’exercice paisible des droits cédés pour la publication de leur article dans la revue Communiquer. Ils déclarent notamment que leurs articles sont originaux, qu’ils ne contiennent rien qui puisse tomber sous le coup des lois relatives au droit d’auteur, à la diffamation, l’atteinte aux bonnes mœurs, le respect de la vie privée ou la contrefaçon. Les auteurs garantissent que leurs articles sont inédits et de leur composition et que, s’ils usent du travail et des mots d’autres auteurs, ceux-ci sont référencés ou cités de manière appropriée, et suivant la norme de présentation APA.

Plagier c’est :

  • « […] s’approprier les mots ou les idées de quelqu’un d’autre et de les présenter comme siens. » (Petit Robert 1, 2005) […].

  • Copier textuellement un passage d’un livre, d’une revue ou d’une page Web sans le mettre entre guillemets et/ou sans en mentionner la source.

  • Insérer dans un travail des images, des graphiques, des données, etc. provenant de sources externes sans indiquer la provenance.

  • Résumer l’idée originale d’un auteur en l’exprimant dans ses propres mots, mais en omettant d’en indiquer la source.

  • Traduire partiellement ou totalement un texte sans en mentionner la provenance.

  • Utiliser le travail d’une autre personne et le présenter comme le sien (et ce, même si cette personne a donné son accord). […] »

(Extrait de https://www.bibliotheques.uqam.ca/plagiat)

Si l’équipe de rédaction soupçonne toutes formes de plagiat, elle se réserve le droit de refuser la publication de l’article, de le retirer s’il est déjà publié et d’entreprendre les actions légales qu’elle jugera appropriées.

Responsabilité de l’équipe éditoriale

Présélection des articles

Le comité de rédaction de Communiquer, détermine la recevabilité d’un article en fonction de critères formels et de l’adéquation du contenu à la ligne éditoriale. Dans le cas d’un dossier thématique, ce sont les responsables du dossier qui suppléent le comité éditorial. Les responsables de dossier agissent sous la supervision du comité éditorial.

Par la suite, le comité de rédaction s’en remet à l’expertise et l’avis des évaluateurs quant à la publication, à moins que des problèmes sérieux ne justifient une nouvelle intervention de l’équipe de Communiquer.

Archivage du contenu

Communiquer garantit un archivage intégral et sécuritaire de toute donnée lui étant confiée dans un but de publication. La revue, étant hébergée par l’Université du Québec à Montréal (UQAM), bénéficie de différents moyens de conservation sécuritaire des données. Ainsi, toutes les publications sont à la fois archivées sur Constellio et ownCloud, deux espaces hébergés par le serveur institutionnel et sécurisé de l’UQAM.

Ces différentes dispositions permettent donc de répondre à tout besoin de retraçage de données par le comité éditorial. Elles permettent de :

  • préserver le savoir interne face à toute éventualité ;

  • retrouver rapidement un document recherché ;

  • restituer des documents à l’identique ou dans un format le plus proche possible de l’original.

Responsabilités des évaluateurs

Décisions éditoriales

Les évaluateurs ou évaluatrices participent aux décisions éditoriales et contribuent à l’amélioration des articles proposés par leurs recommandations. Ces derniers sont sélectionnés sur la base de leur expertise reconnue dans la communauté scientifique à laquelle ils appartiennent. Mais aussi, spécifiquement selon le champ précis concerné par une soumission.

Les évaluateurs jugent les articles qui leur sont soumis, émettent des remarques et commentaires et suggèrent la littérature manquante ou appropriée pour améliorer les propositions. Ils conseillent ensuite à l’équipe de rédaction la publication (avec ou sans modification) ou la non-publication en se basant sur des éléments précis.

Conflit d’intérêts

Les évaluateurs ou évaluatrices doivent refuser l’évaluation quand l’auteur ou autrice est identifié·e.

Qualité scientifique : méthodologie et références

Les évaluateurs et évaluatrices sont, entre autres, chargé·e·s de juger la pertinence du cadre théorique, validité des méthodes et la cohérence des analyses dans les articles de recherche qui leur sont soumis.

Ils contribuent à l’identification de plagiats en signalant des similarités suspectes, des problèmes de citation ou de référencement.

Ils explicitent les éléments qui justifient leur appréciation afin de permettre une évaluation constructive.

Responsabilité des auteurs

Contenu inédit et soumission unique

Les auteurs ou autrices soumettent à Communiquer des textes inédits, c’est-à-dire des textes qui n’ont jamais été publiés ailleurs.

Les auteurs ou autrices s’engagent de surcroît à ne soumettre leur article qu’à une revue scientifique à la fois, évitant ainsi les soumissions multiples et simultanées.

Qualité scientifique

Les articles soumis doivent exposer clairement les éléments théoriques, méthodologiques et analytiques ainsi que toutes les informations et références nécessaires afin permettre une évaluation du travail présenté.

Les auteurs et autrices ont l’obligation de dûment citer leurs sources.

Conflit d’intérêts

Les auteurs et autrices doivent indiquer clairement tout conflit d’intérêts potentiel.

Les organismes ayant financé la recherche doivent être signalés dès la première note de bas de page et lors du dépôt de la première soumission.


Instruction pour les auteurs

 

Instructions aux auteur(e)s

Indications générales

Les auteurs ou auteures doivent soumettre leurs manuscrits à la revue par le biais de son site web. Il est demandé aux auteurs de bien compléter les champs requis tels que :

  • le nom des auteurs ou des auteures avec leur affiliation (poste, institution, ville, etc.) et leur courriel ;
  • leur biographie d'un format d'environ 150 mots ou 800 caractères ;
  • le titre du manuscrit, le résumé en français et les références.


Dans le fichier joint, les auteurs doivent obligatoirement inclure tous les éléments ci-dessous :

  • le titre en français ET en anglais. Autant que possible, le titre est composé de 10 mots tout au plus ;
  • le résumé et mots clés en français ET en anglais. Les résumés doivent contenir environ 150 mots ou 800 caractères ;
  • le corps du texte ;
  • la bibliographie (APA).


Les fichiers joints doivent impérativement être anonymisés. Par conséquent, nous vous prions de supprimer toutes informations pouvant vous identifier, sans oublier l’onglet des propriétés du fichier. Dans cette suite, lorsqu’un auteur fait une référence propre, inscrire « auteur » et année. Ex. : (Auteur, 2015)

En plus de leur texte, si applicable, les auteurs sont priés d’inscrire dans l’espace dédié aux commentaires les informations suivantes :

  • le nom du dossier thématique ;
  • le nom et les affiliations de 4 évaluateurs potentiels pour leur manuscrit (nom, courriel, institution, champ d’expertise) ;
  • et, afin d’éviter les conflits d’intérêts potentiels, les personnes qui soumettent des manuscrits peuvent, si elles le souhaitent, transmettre à la revue une liste des personnes évaluatrices ou responsables de manuscrit qui pourraient occasionner de tels conflits.

*Prenez note qu'un accusé de réception vous sera envoyé dans les minutes suivant l'achèvement du processus de soumission. Dans le cas contraire, cela signifie que certains champs obligatoires sont incomplets et que la soumission n'est toujours pas transmise au Comité éditorial.

 

Mise en page des textes

Les textes soumis à la revue Communiquer doivent être présentés selon les règles énoncées dans ci-dessous :

  • Les articles doivent comprendre entre 45 000 à 60 000 caractères, incluant les espaces (15 à 20 pages approximativement), sans les références.
  • Les articles doivent obligatoirement être accompagnés d’un titre, d’un résumé et de mots-clés, tous ces éléments en français ET en anglais.
  • Le titre est composé d’un maximum de 10 mots ou 70 caractères (incluant les espaces). Les résumés doivent contenir environ 150 mots ou 800 caractères. La structure attendue d’un résumé comprend une présentation du problème étudié, du cadre théorique, des objectifs, de la démarche ainsi que des principaux résultats et conclusions. Cinq (5) mots-clés sont exigés.
  • Les résumés et mots-clés, anglais comme français, sont placés directement sous le titre de l’article et la présentation des auteurs : police Times New Roman, 10 pts, interligne simple. L’italique est utilisé pour toute langue qui n’est pas le français.

 

Corps de texte

Le corps du texte est rédigé dans la police Times New Roman, 12 pts, interligne double et les quatre marges fixées à 2,5 cm. Les titres et sous-titres sont hiérarchisés et numérotés de façon à faciliter la lecture et la division du texte. Il est fortement conseillé de ne pas dépasser trois niveaux de hiérarchisation.

  • Le document est numéroté en bas de page à droite.
  • Les tableaux, figures et images qui ne sont pas réalisés dans le document Word doivent être envoyés en fichiers JPEG ou PNG haute résolution.
  • Les notes de bas de page doivent être réduites au minimum.
  • Dans le corps du texte, tout tableau, toute figure et toute image doivent, d’une part, être numérotés (par ex. : Tableau 1, Figure 1, Figure 2) et, d’autre part, être annoncés soit directement dans la phrase soit entre parenthèses. Le titre d’un tableau se place au-dessus de celui-ci et le titre d’une figure, en de-dessous de celle-ci.
  • Toute image reprise d’Internet doit présenter l’URL exacte d’où elle est issue. Par exemple : « Figure 1. Titre de la figure [retour de ligne] Source : http://… »

 

Indications sur la rédaction des notes de lecture

Sur le fondNous considèrerons les recensions claires et concises. Elles doivent rendre compte de la contribution de l’ouvrage présenté en explicitant bien ses points forts et faibles. Elles ne devraient pas se limiter à présenter un résumé de son contenu chapitre par chapitre.

Toutes les propositions doivent, en premier lieu, introduire l’auteur(rice) ses orientations de recherche et les objectifs de l’ouvrage. Elles doivent se conclure, par un court paragraphe soulignant l’intérêt général de l’ouvrage et comporter une critique pertinente en regard de l’orientation de Communiquer, Revue de communication sociale et publique.

Voici quelques questionnements pour guider votre rédaction :

  • Quelle est la motivation dernière la concrétisation de l’ouvrage ?
  • Quel en est l’argumentaire central ?
  • Cet argumentaire est soutenu par une méthodologie rigoureuse ?
  • Au terme, est-ce que l’auteur(rice) atteint l’objectif visé ?
  • Quelle est l’intention derrière la structure de l’ouvrage ?
  • Est-ce que cette logique rend bien le propos de l’ouvrage ?
  • Quelle est sa pertinence en regard du champ de la communication ?
  • Où se situe l’ouvrage dans le champ de la connaissance par rapport à d’autres ouvrages similaires ou courants de pensée ?
  • La contribution apportée enrichit-elle appréciablement les connaissances dans le domaine de la communication ?
  • De manière générale l’ouvrage est-il cohérent ?
  • Le style d’écriture est-il accessible et de qualité ?


Sur la forme Suivre les exigences de la mise en forme des articles de la revue. Toutefois la présentation des recensions diffère de celle des articles en ce qui a trait à la longueur exigée. Celle-ci doit comprendre entre 10 000 et 12 000 caractères espaces comprises (environ 3 pages de texte).

Les textes doivent obligatoirement être accompagnés d’un résumé et de mots-clés, tous ces éléments en français ET en anglais. Les résumés doivent contenir environ 80 mots ou 400 caractères. Cinq (5) mots-clés sont exigés.

Indications sur la rédaction des entretiens

Communiquer est intéressée à diversifier son contenu scientifique et à aborder des sujets en usant d’un angle nouveau à travers la publication d’entretiens entre chercheurs ou chercheuses. Plus spécifiquement, nous souhaitons publier des comptes rendus d’entretiens avec un chercheur ou une chercheuse senior dont l’œuvre scientifique est bien (re)connue dans son champ, par un professeur ou une professeure débutant sa carrière académique.

Sur le fond ... Cet espace de dialogue a pour objectif de présenter de façon plus personnelle la pensée et les travaux d’un chercheur ou d’une chercheuse établie, en dressant un portrait de sa contribution à un domaine de recherche en communication. Les présentations peuvent différer sur la structure. Elles peuvent suivre un schéma de type questions/réponses ou prendre la forme d’un dialogue actif et soutenu de part et d’autre.

Dans un cas comme dans l’autre, le texte doit comprendre une introduction permettant de situer le sujet par rapport au domaine de la communication et aux objectifs de la revue en plus d’offrir une brève biographie des interlocuteurs.

Sur la forme ... Suivre les exigences de la mise en forme des articles de la revue. Toutefois la présentation des recensions diffère de celle des articles en ce qui a trait à la longueur exigée. Celle-ci doit comprendre entre 35 000 et 50 000 caractères (espaces comprises), sans la bibliographie.

Les textes doivent obligatoirement être accompagnés d’un titre, d’un résumé et de mots-clés, tous ces éléments en français ET en anglais. Le titre est composé d’un maximum de 10 mots ou 70 caractères (incluant les espaces). Les résumés doivent contenir environ 150 mots ou 800 caractères. Cinq (5) mots-clés sont exigés.

Le référencement

Le référencement se fait dans le corps du texte, selon le modèle APA (Auteur, Année). Lorsqu’il y a plusieurs sources citées simultanément, celles-ci sont séparées par des points-virgules et placées en ordre alphabétique. Lorsqu’il y a citation exacte, le ou les numéros de pages ou de paragraphes apparaissent après la deuxième virgule : (Auteur, Année, p. XX) ou (Auteur, Année, para. XX). Autrement :

  • Auteur unique : (Damasio, 2004) ;
  • 2 ou 3 auteurs : (Bechara et Damasio, 2006) ;
  • 4 auteurs et plus : (Damasio et al., 2005) ;


Seules les références citées sont placées en fin de texte, interligne simple, sous le titre « Références ».

L’équipe éditoriale de Revues.org a mis en place un système de DOI pour sa diffusion, de manière à participer au rayonnement et à assurer une permanence de localisation numérique des articles publiés sur sa plateforme. En contrepartie, afin de contribuer à cette bonne pratique, les auteurs sont dans l’obligation d’afficher les DOI de tous les documents cités qui en possèdent.

Pour une meilleure compréhension des normes de présentation des références, les auteurs sont invités à consulter le court modèle ci-dessous ou, encore, le Guide de présentation des mémoires et des thèses (http://www.guidemt.uqam.ca/) de l’UQAM.

Comité de rédaction

Le Comité éditorial de la revue Communiquer est composé de :

Benoît Cordelier, Directeur de la revue
Professeur, Département de communication sociale et publique (UQAM)

Comité éditorial

Le comité éditorial de la revue est son organe décisionnel, il accompagne le directeur dans ses fonctions. En plus de la gestion quotidienne des activités de la revue, il veille à sa qualité et à son développement.

Chantal Aurousseau, Professeure, Département de communication sociale et publique (UQAM)

Caroline Bouchard, Professeure, Département de communication sociale et publique (UQAM)

Martin Lussier, Professeur, Département de communication sociale et publique (UQAM)

Florence Millerand, Professeure, Département de communication sociale et publique (UQAM)

Assistante de rédaction

Marie-Claude Plourde, Doctorante, Département de communication sociale et publique (UQAM)

 

Comité scientifique

Le comité scientifique est l’organe de validation scientifique de la revue. Il contribue à sa politique éditoriale et veille à sa rigueur ainsi qu’à sa qualité scientifique. De plus, ses membres participent à l’évaluation des articles soumis.

Il est composé des personnes suivantes :

  • Laurence Allard, Université de Lille III, France
  • Karine Berthelot Guiet, Université CELSA – Paris Sorbonne, France
  • Luc Bonneville, Université d’Ottawa, Canada
  • Hélène Bourdeloie, ISIC, Université Paris Sorbonne, France
  • Colette Brin, Université Laval, Canada
  • François Cooren, Université de Montréal, Canada
  • Michael Dorland, Université de Carleton, Canada
  • David Douyère, Université de Tours, France
  • Olivier Galibert, Université de Bourgogne, France
  • Gino Grammacia, Université de Bordeaux, France
  • Sylvie Grosjean, Université d’Ottawa, Canada
  • Gérôme Guibert, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III, France
  • François Lambotte, Université Catholique de Louvain, Belgique
  • Christian Le Moënne, Université de Haute-Bretagne, Rennes II, France
  • Fabienne Martin-Juchat, Université Stendhal, Grenoble III, France
  • José Luis Piñuel Raigada, Universidad Complutense de Madrid, Espagne
  • Serge Proulx, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
  • Hélène Romeyer, Université de Franche-Comté, France
  • Johanne Saint-Charles, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
  • Will Straw, Université McGill, Canada
  • Yves Winkin, École Normale Supérieure LSH de Lyon, France
  • Manuel Zacklad, Conservatoire national des arts et métiers, France