Canadian Journal of Bioethics Revue canadienne de bioéthique

Direction : Bryn Williams-Jones (Editor-in-chief), Aliya Affdal (Scientific Director)

Revue précédée de BioéthiqueOnline

À propos

La Revue canadienne de bioéthique est une revue avec comité de pairs bilingue (français et anglais), internationale, en ligne, en accès libre et de publication gratuite, qui vise à publier les résultats de la recherche théorique, conceptuelle et empirique en bioéthique. L’objectif de la revue est de fournir un espace pour la publication d’une recherche en bioéthique stimulante et de haute qualité, sous diverses formes (par exemple des articles, commentaires, comptes rendus, éditoriaux, débats, études de cas) et de toutes les spécialités dans le domaine (par exemple l’éthique clinique, l’éthique de la recherche, l’éthique et la santé publique, l’éthique des technologies, l’éthique professionnelle). La revue accueille des communications qui ne pourraient pas être publiables autrement dans des revues de bioéthique américaines ou européennes en raison de la langue (par exemple en français), du contexte juridictionnel (par exemple des questions nationales ou des cas spécifiques), de la forme ou du sujet (par exemple en utilisant divers cadres théoriques ou en appliquant de nouvelles méthodes).

La revue est hébergée par les Programmes de bioéthique de l'École de santé publique de l'Université de Montréal (ESPUM), en collaboration avec la Direction des bibliothèques de l'Université de Montréal et le consortium à but non-lucratif Érudit.

Anciennement publié sous le titre BioéthiqueOnline (archives 2012-2017), BO reste la rubrique médias sociaux de la revue (Twitter, Facebook, LinkedIn).

Coordonnées

Programmes de bioéthique, Département de médecine sociale et préventive, École de santé publique de l'Université de Montréal; C.P. 6128, succ. Centre-ville, Montréal, QC, Canada H3C 3J7

Contact principal
Bryn Williams-Jones, Professeur titulaire
École de santé publique de l'Université de Montréal
Téléphone 514-343-2441 ; bryn.williams-jones@umontreal.ca

Contact de soutien
Aliya Affdal, Directrice scientifique
oulaya.affdal@umontreal.ca


Libre accès

Les numéros courants et les archives de cette revue sont offerts en libre accès.

Historique de la revue (14 numéros)

L’archivage pérenne des articles sur Érudit est assuré par Portico.

Politique éditoriale et éthique

Processus de révision
La revue préconise et applique la méthode de révision ouverte, pour des raisons de transparence et de responsabilité. Les manuscrits sont ainsi évalués (de manière ouverte et non aveugle) par deux (2) membres du comité éditorial (un éditeur de section et un autre éditeur), et si nécessaire, par le conseil consultatif de rédaction. Après l’évaluation éditoriale préliminaire, un manuscrit soumis pour publication en tant qu’article à comité de lecture est envoyé pour évaluation par deux (2) évaluateurs externes; les commentaires à comité de lecture sont évalués par un (1) évaluateur externe. Toutes les autres contributions sont évaluées par deux éditeurs de la revue. Dans le but d’accroître la transparence du processus de publication, les noms des éditeurs et des évaluateurs sont connus des auteurs (et vice versa) ; leurs noms apparaissent également sur les publications finales, à moins qu’un évaluateur ne demande à ne pas être nommé (listé comme « Anonyme »). Cette approche est adoptée afin de promouvoir la critique constructive des auteurs par les éditeurs et les réviseurs.

Les éditeurs et les évaluateurs sont tenus de reconnaître et d’appliquer les directives éthiques du COPE pour les évaluateurs. Plus précisément, ils doivent respecter la confidentialité des auteurs, ne pas discuter publiquement du travail/matériel d’un auteur alors qu’il est encore dans le processus de prépublication, ne pas s’approprier les idées ou la propriété intellectuelle des auteurs, etc.

Les manuscrits sont évalués selon des critères spécifiques (ex. : l’originalité, le mérite académique, la pertinence, l’innovation) et les directives du COPE pour les évaluateurs. Les critères sont vérifiés selon une grille de notation standardisée (qui sera fournie aux auteurs et aux évaluateurs). Les évaluateurs sont sollicités en fonction de leur expertise démontrée (c’est-à-dire leurs publications) ; les auteurs peuvent également suggérer des évaluateurs avec lesquels ils n’ont pas de conflit d’intérêts. Les manuscrits peuvent être acceptés avec des révisions mineures ou majeures ou rejetés s’ils ne répondent pas aux normes de la revue. Les éditeurs travailleront avec les auteurs, dans la mesure du raisonnable, afin de parvenir à des publications de haute qualité. Les éditeurs respecteront les demandes des auteurs pour qu’un éditeur particulier ne révise pas leur soumission si ces demandes sont bien motivées et réalisables. Lorsque des révisions sont demandées avant la décision finale, les manuscrits révisés doivent être reçus dans un délai d’un (1) mois. Si un auteur n’est pas satisfait d’une décision éditoriale, il peut faire appel auprès du Comité exécutif, qui se réunira pour examiner toute la documentation pertinente (manuscrit, courriels, évaluations, etc.) et rendra une décision finale dans un délai d’un (1) mois.

Droit d’auteur
La Revue canadienne de bioéthique applique la licence internationale Creative Commons Attribution 4.0 à toutes ses publications. Le ou les auteurs conservent le droit d’auteur de leur publication. Ils peuvent réutiliser leur publication, créer un lien vers celle-ci sur leur page d’accueil ou leur site Web institutionnel, déposer un PDF dans un dépôt public, etc. Les auteurs autorisent quiconque à télécharger, réimprimer, distribuer ou copier leur publication (aucune autorisation n’est requise de la part des auteurs ou de la revue), à condition que les auteurs originaux et la source soient cités.

Publication originale
Les manuscrits seront considérés pour publication dans la Revue canadienne de bioéthique à condition qu’ils n’aient pas été publiés antérieurement ou qu’ils ne soient pas en cours d’évaluation ailleurs pour publication. Le comité éditorial examinera néanmoins les propositions d’inclusion de matériel déjà publié dans une autre langue (en supposant que la permission du détenteur des droits ait été obtenue). Les figures ou tableaux qui ont été publiés ailleurs doivent être identifiés (avec la référence complète), et l’autorisation du détenteur des droits doit être fournie.

Frais d'accès et de publication
La Revue canadienne de bioéthique est une revue en libre accès. L’accès au contenu intégral des publications de la revue sera toujours gratuit. Il ne sera jamais demandé aux auteurs de payer des frais pour la publication de leurs manuscrits. Néanmoins, les dons sont acceptés et bienvenus pour soutenir les dépenses de fonctionnement de la revue.

Appels et plaintes concernant les décisions éditoriales
Dans le cas où les auteurs ou les lecteurs d’un manuscrit ne seraient pas satisfaits du processus d’examen, du matériel publié, de la gestion ou des décisions éditoriales, du contenu scientifique, des politiques ou de l’éthique de publication, ils peuvent faire appel de la décision ou déposer une plainte. Les appels ou les plaintes doivent être soumis à l’éditeur en chef, qui examinera le manuscrit (sans tenir compte de l’évaluation initiale) et consultera ensuite les éditeurs impliqués dans la soumission. La décision de l’éditeur en chef est définitive. Si une plainte ne peut être résolue en interne, la revue sollicitera une tierce partie indépendante, c’est-à-dire un membre du Conseil consultatif de rédaction, pour aider à régler le différend.

Errata
La Revue canadienne de bioéthique publiera des corrections pour les erreurs (commises par la revue ou les auteurs) de nature scientifique qui ne modifient pas l’ensemble des résultats ou des conclusions de base. Une note à cet effet, portant la mention "CORRECTION", sera ajoutée à un PDF révisé du manuscrit. Les corrections liées à un contenu non scientifique (ex. : des erreurs typographiques mineures, des informations de correspondance) ne seront pas publiées en tant qu’errata.

Rétraction
La Revue canadienne de bioéthique publiera des rétractations pour des erreurs majeures ou des fautes confirmées qui peuvent remettre en question la source des données ou la validité des résultats et des conclusions d’une publication, conformément aux directives de rétractation du COPE. Dans le cas où la validité de l’ensemble de l’article est remise en question, cela peut entraîner une rétractation et une éventuelle enquête. La revue publiera une « notification de rétractation » contenant des informations sur la publication et les justifications de la décision.

Les éditeurs de la Revue canadienne de bioéthique suivent les recommandations et les procédures décrites dans les Pratiques et principes fondamentaux de transparence et de bonnes pratiques dans l’édition savante du COPE, ainsi que dans le Cadre de référence des trois organismes sur la conduite responsable de la recherche. Les éditeurs s’efforceront de garantir les normes éthiques les plus élevées en matière de publication, notamment : la détection et la prévention du plagiat, l’identification et la gestion des conflits d’intérêts (pour les éditeurs, les évaluateurs et les auteurs), l’évaluation équitable et la publication des manuscrits qui répondent aux normes d’excellence de la revue.

Autorat
La qualité d’auteur doit être limitée à ceux qui ont contribué de manière substantielle au travail. L’auteur correspondant doit avoir obtenu la permission de tous les auteurs pour la soumission du manuscrit et pour tout changement d’autorat (Formulaire de déclaration d’auteur). L’auteur correspondant est le garant formel du manuscrit – il est la personne responsable de l’intégrité du contenu, y compris les données et les résultats le cas échéant, rapportés dans le manuscrit. L’auteur correspondant est responsable de la réponse aux courriels associés à la révision de son manuscrit. Tous les auteurs partagent une partie de la responsabilité de tout manuscrit qu’ils co-signent et, à ce titre, doivent s’assurer (au mieux de leurs connaissances) que l’article est un rapport exact et vérifiable de la recherche. Même si tous les coauteurs ne sont pas nécessairement des experts dans tous les aspects de la recherche présentée dans leur manuscrit, ils doivent avoir mis en place un processus approprié pour vérifier l’exactitude des résultats rapportés. Tout différend concernant l’autorat d’un article doit être porté à l’attention de l’éditeur en chef ou de la directrice scientifique, qui peut alors aider à la médiation du conflit, si nécessaire, et proposer une solution appropriée. La qualité d’auteur anonyme (ex. : l’utilisation d’un pseudonyme) peut être envisagée dans des circonstances exceptionnelles, lorsque le sujet présente un risque particulièrement élevé et que l’anonymat est nécessaire pour protéger l’auteur contre des représailles. La justification de cette décision (par l’exécutif) sera faite dans le manuscrit.

Conflits d’intérêt
Auteurs
Tous les auteurs, réviseurs et éditeurs doivent divulguer toute association qui pose un conflit d’intérêts en rapport avec le manuscrit. Comme décrit dans l’Énoncé de politique des trois conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains (EPTC2, 2018) : « Un conflit d’intérêts peut être le fruit d’activités ou de situations qui engendrent un conflit réel, potentiel ou apparent entre les devoirs ou les responsabilités d’une personne ou d’un établissement à l’égard des activités de recherche, et ses intérêts personnels, institutionnels ou autres. » Dans le contexte de publication, les exemples de conflits d’intérêts possibles ou potentiels comprennent une amitié personnelle étroite ou une relation familiale avec des membres du comité éditorial ou un évaluateur, certaines sources de financement (ex. : des partenaires commerciaux ayant un intérêt direct dans la recherche), ou des convictions idéologiques, politiques ou religieuses qui peuvent biaiser la présentation de la recherche. De nombreux intérêts de ce type seront gérés efficacement par la divulgation, soit dans le texte (ex. : expliquer son point de vue politique ou religieux personnel), soit dans une déclaration d’intérêts (ex. : un bailleur de fonds). Les conflits plus importants doivent être gérés en créant une distance critique, par exemple, la récusation des évaluateurs d’un manuscrit. Les auteurs doivent divulguer les conflits d’intérêts pertinents à l’éditeur (en soumettant un formulaire de Divulgation des conflits d’intérêts potentiels), et s’efforcer de gérer les conflits qui ne peuvent être évités.

Membres actifs de la revue
Les membres actifs de la Revue canadienne de bioéthique – notamment l’éditeur en chef, la directrice scientifique, les éditeurs de section, les éditeurs et les membres du conseil consultatif de rédaction – peuvent publier dans la revue. Pour limiter les conflits d’intérêts connexes (réels ou apparents) :

  1. L’éditeur en chef, la directrice scientifique, les éditeurs de section et les éditeurs ne seront jamais impliqués dans l’évaluation ou dans toute décision de publication concernant leurs propres manuscrits.
  2. Les manuscrits soumis par un éditeur de section seront évalués par un autre éditeur de section, ou par un membre du conseil consultatif de rédaction.
  3. Les manuscrits soumis par l’éditeur en chef ou la directrice scientifique seront revus par un éditeur externe ad hoc ou par un membre du conseil consultatif de rédaction.
  4. Dans un souci de transparence, une note sera incluse dans toute publication d’un membre actif de la revue, précisant que l’auteur est également impliqué dans la revue, en énumérant tout autre conflit d’intérêts. Les éditeurs doivent soumettre le formulaire Divulgation des conflits d’intérêts potentiels pour examen et mise en œuvre de stratégies de gestion appropriées.
  5. Les noms des éditeurs qui évaluent un manuscrit seront toujours mentionnés sur la publication finale, comme c’est le cas pour toutes les publications.
  6. Des liens vers les biographies des membres actifs de la Revue canadienne de bioéthique sont affichés en ligne. Le site Web sera régulièrement mis à jour (au moins une fois par an).

Évaluateurs externes
Les évaluateurs externes doivent déclarer tout conflit d’intérêts avant l’évaluation d’un manuscrit. Il peut s’agir, par exemple, de relations personnelles ou professionnelles avec l’auteur. Si l’évaluateur, l’éditeur ou l’éditeur de section décide que le conflit d’intérêts peut affecter le jugement professionnel, l’évaluateur ne sera pas autorisé à effectuer l’évaluation. Si le conflit d’intérêts est gérable, le conflit sera divulgué sur le manuscrit lors de sa publication, ainsi que la stratégie employée pour atténuer tout impact négatif possible sur la rigueur et la qualité de l’évaluation.

Publicité et intérêts commerciaux
La Revue canadienne de bioéthique est une revue en accès libre sans but lucratif, fonctionnant principalement sur une base bénévole. À ce titre, les éditeurs ne sont pas rémunérés pour leurs activités liées à la revue. L’éditeur en chef et la directrice scientifique peuvent à l’occasion décider de faire connaître certains événements ou activités sur le site Web de la revue, mais aucune publicité ou parrainage rémunéré ne sera sollicité ou accepté.

Participants de recherche humains
La recherche impliquant des participants humains doit avoir été approuvée par un comité d’éthique de la recherche de l’institution de l’auteur (CÉR). Les auteurs doivent inclure dans leur section Méthodologie un bref exposé identifiant le comité institutionnel qui a approuvé la recherche. Les auteurs doivent également inclure une déclaration confirmant que le consentement éclairé a été obtenu de tous les participants humains. La recherche doit avoir été réalisée selon les principes exprimés dans l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains ou autres politiques internationales similaires sur l’éthique de la recherche (par exemple, la Déclaration d’Helsinki).

Expériences sur les animaux
Les auteurs qui ont recours à l’expérimentation animale ou qui en font état doivent indiquer les règlements, les lois ou les directives auxquels ils se conforment (ex. : le Conseil canadien de protection des animaux).

Disponibilité des matériaux et des données
Pour permettre à d’autres de reproduire et de s’appuyer sur les travaux publiés dans la Revue canadienne de bioéthique, les auteurs doivent mettre à la disposition des lecteurs le matériel, les données et les protocoles associés. Les auteurs doivent divulguer, lors de la soumission du manuscrit, toute restriction sur la disponibilité des matériaux ou des informations. Les données non présentées et les communications personnelles doivent se limiter à appuyer les affirmations du travail. Certaines données ou informations doivent rester confidentielles pour des raisons éthiques (telles que les informations d’identification des participants) conformément aux réglementations et aux lois. Toute autre raison de dissimuler des données ou du matériel doit être justifiée. À des fins de vérification, les auteurs doivent être en mesure de fournir des données supplémentaires à la demande de la revue. Les auteurs sont encouragés à déposer autant de leurs données que possible dans des bases de données accessibles au public et à inclure dans leurs soumissions une déclaration sur la disponibilité des données pour les lecteurs, afin de promouvoir le partage au sein de la communauté scientifique.

Inconduite
Comme défini par le Cadre de référence des trois organismes sur la conduite responsable de la recherche, les auteurs doivent assurer l’intégrité de leur travail « [...] à quelque étape que ce soit d’un projet de recherche (c’est-à-dire de la formulation de la question de recherche jusqu’à la rédaction du rapport, à sa publication et à sa diffusion, en passant par la planification, la réalisation, la collecte de données, l’analyse de la recherche et la bonne gestion des fonds de recherche). » Tous les travaux doivent donc être exempts de fabrication, de falsification et de plagiat. Cela inclut également, mais sans s’y limiter, l’autoplagiat, la publication redondante, l’autorat non valide, les remerciements inadéquats et la mauvaise gestion des conflits d’intérêts.

Au cours du processus de prépublication, lorsque les éditeurs ou les évaluateurs externes détectent une éventuelle inconduite concernant une soumission, ils sont tenus d’agir conformément aux directives du COPE. Les éditeurs, les évaluateurs ou tout autre membre de la revue doivent faire tous les efforts raisonnables pour enquêter sur les fautes présumées, puis les porter immédiatement à l’attention de l’éditeur en chef et la directrice scientifique. Les préoccupations post-publication concernant une éventuelle inconduite, qu’elles soient soulevées par des lecteurs ou des tiers, doivent être communiquées directement à l’éditeur en chef et la directrice scientifique.

Processus de traitement des fautes professionnelles

  1. L’éditeur ou l'évaluateur soulève des préoccupations éthiques concernant le manuscrit et les communique à l’éditeur en chef et la directrice scientifique ;
  2. la directrice scientifique contacte l’auteur correspondant pour lui demander une explication et lui fournir toute information pertinente ;
  3. si l’auteur fournit une réponse insatisfaisante, le processus de révision est suspendu jusqu’à ce que le cas soit résolu (les questions complexes peuvent être soumises au Forum COPE pour discussion) ;
  4. s’il y a une constatation d’inconduite, le cas peut être transmis à l’employeur/institution de l’auteur.

Équité dans la recherche et la publication
Les auteurs sont encouragés à prêter attention à l’équité de genre et de sexe dans leur choix de questions de recherche, de méthodologies, de terminologie, etc. Dans les manuscrits, des choix de formulation inclusifs, non genrés ou non binaires doivent être utilisés, dans la mesure du possible. En outre, les auteurs sont encouragés à « [...] inclure des considérations de sexe et de genre lorsque cela est pertinent [...et à] utiliser le terme sexe (attribut biologique) et genre (façonné par des circonstances sociales/culturelles) avec précaution afin d’éviter de confondre les deux termes » (Lignes directrices SAGER). Un langage exempt de préjugés doit également prévaloir lors de références à l’âge, l’origine ethnique, le statut socio-économique et/ou religieux, le handicap, l’orientation sexuelle, etc.

Politique de confidentialité
La Revue canadienne de bioéthique conservera les informations personnelles des auteurs (ex. : les coordonnées), uniquement dans le but de remplir le mandat de la revue et d’assurer un processus de publication efficace et éthique. Les renseignements personnels seront protégés par des mesures de sécurité raisonnables contre la perte ou le vol, ainsi que l’accès, la divulgation, la copie, l’utilisation ou la modification non autorisés.


Instruction pour les auteurs

Soumissions

Liste de vérification de la soumission

Les auteurs-es doivent s'assurer de la conformité de leur soumission avec l'ensemble des éléments suivants. Les soumissions non conformes peuvent être retournées aux auteurs-es.
  • La soumission n'a pas déjà été publiée et n'est pas considérée actuellement par une autre revue. Si ce n'est pas le cas, fournir une explication dans le champ « Commentaires à l'éditeur ».
  • Le fichier de la soumission est dans un des formats de fichier suivants : OpenOffice, Microsoft Word, RTF ou WordPerfect.
  • Lorsque possible, les URL des références ont été fournies.
  • Le texte est à simple interligne, utilise une police de 12 points, emploie l'italique plutôt que le souligné (sauf pour les adresses URL) et place toutes les illustrations, figures et tableaux aux endroits appropriés dans le texte plutôt qu'à la fin.
  • Le texte se conforme aux exigences stylistiques et bibliographiques décrites dans les Directives aux auteurs.
  • Tous les auteurs et auteures ont signé et soumis le Formulaire de déclaration d’auteur.
  • L'auteur(e) correspondant a rempli et soumis le formulaire de Divulgation de conflits d’intérêts potentiels.

Directives aux auteurs-es

Procédure de soumission
La revue accepte des textes rédigés en français ou en anglais. Les textes sont publiés gratuitement et dans la langue de soumission. La revue accepte des manuscrits des types suivants :

Articles (3500-15000 mots; évalué par comité de pairs) : recherche originale de forme empirique, théorique ou conceptuelle ; articles de revue

Commentaires critiques (2000-3000 mots; évalué par comité de pairs) : réflexion critique et soutenue sur des enjeux actuels; clairs et concis

Commentaires « Réponses à » (1000-2000 mots) : réactions bien articulées au sujet de perspectives ou d’arguments avancés au sein des manuscrits publiés

Comptes rendus (750-1200 mots) : analyse sommaire des livres récents en bioéthique (au sens large)

Actes de colloques (1000-2000 words): résumés ou actes de conférences ou autres événements académiques

Études de cas (750-1200 mots) : basée sur un cas réel ou fictif, permettant d'identifier et d’analyser un ou plusieurs problèmes éthiques.

Témoignages (2000-3000 mots) : textes d’opinion portant sur une question d’importance pour la bioéthique et basés sur des critiques constructives

Art, culture et oeuvre de création : œuvres artistiques et créatives qui sont significatives à la bioéthique (tous les médiums qui peuvent être présentés en ligne seront pris en compte)

Lettre à l’éditeur (250-500 mots)

Les autres types de manuscrit qui ne rentrent pas dans les catégories mentionnées ci-dessus seront examinées par les membres du Comité exécutif.

Structure
Les manuscrits doivent être soumis en format Word (.doc ou .docx) ou Real Text Format (.rtf).

Titre: Les titres ne devraient pas faire plus de trois lignes (généralement 135 caractères, espaces compris) et doivent être compréhensibles pour le grand public.

Affiliation de l'auteur: Inclure le département, institution et adresse complète, pour chaque auteur. Utiliser les exposants afin de faire correspondre les auteurs avec les institutions.

Auteur correspondant et garant: Le nom, l'adresse complète et le courriel de l'auteur à qui la correspondance et les preuves doivent être envoyées.

Résumé: Pour les articles, s'il vous plaît fournir un résumé de 250 mots. Pour toutes les autres soumissions (par exemple des commentaires, des études de cas, des comptes rendus), s'il vous plaît fournir un résumé de 1-2 phrases. Les résumés doivent expliquer à un lecteur général les contributions majeures de l'article. Des références ne sont pas nécessaires dans le résumé.

Mots-clés: Veuillez fournir 5 à 8 mots-clés.

Rubriques et sous-rubriques: Utiliser des rubriques et sous-rubriques (c.-à-d. Introduction, grandes rubriques, conclusion) le cas échéant pour structurer votre texte.

Citations: Utiliser des références numérotées  pour des citations dans le texte - par exemple, (1,2) ou (3-7) - et mettre les références à la fin du texte dans la liste des références. Pour les citations directes dans le texte, cite le numéro de page, par exemple, (4, p.23). Ne pas utiliser les notes de bas page ou notes de fin pour les référencesmais, mais pour une clarification. Les citations dans les notes de bas de page doivent suivre l'ordre de celles du texte principal.

Références: Utiliser une liste de références numérotée, par ordre d'apparition dans le texte, à la suite du style de citation Vancouver. Donner des informations de référence complètes, c.-à-d. tous les noms d'auteurs-es et le nom complet de la revue. Fournir les plages de pages comprises pour des articles et des chapitres de livres. Lorsque cela est possible, ajouter des liens vers des documents qui sont en ligne et accessibles au public. Citer des bases de données dans le texte. Seuls les articles et chapitres de livres publiés ou sous presse peuvent être cités dans la liste de références. Des résumés inédits de communications présentées lors de colloques ou des références à des "données non présentées" ne sont pas autorisés.

Notes de bas page: Utiliser des notes (numérotées) avec parcimonie et seulement pour fournir des informations éclairantes qui ne rentrent pas dans le texte principal.

Tableaux et figures: Les tableaux et figures doivent être intégrés dans le corps du texte, avec un titre bref et une légende.

Remerciements: Indiquez les remerciements et toutes les sources de financement, ou l'absence de financement. Toute contribution à la phase de recherche ou à la rédaction du manuscrit doit également être reconnue.

Conflits d'intérêts: Divulguer toute association qui peut poser un conflit d'intérêt en relation avec le manuscrit. Les auteurs-es doivent déclarer toutes les sources de financement qui soutiennent le travail.

Responsabilités après soumission
Les auteurs doivent répondre à tous les commentaires ou questions soulevés par les éditeurs ou les évaluateurs au cours du processus d'examen (ex.: dans un document de résumé de la réponse aux évaluateurs), en expliquant s'ils sont d'accord ou non (avec une justification), et en détaillant toutes les modifications.

Éthique de recherche
Les recherches impliquant des participants humains doivent avoir été approuvées par le comité d’éthique de la recherche institutionnel (CER/IRB) de l’auteur ou par l’autorité compétente. Les auteurs doivent inclure dans leur section Méthodes une brève déclaration identifiant le comité institutionnel approuvant la recherche. Les auteurs doivent également inclure une déclaration confirmant que le consentement éclairé a été obtenu de tous les participants humains. Les informations personnelles des participants, les identifiants, les illustrations et photos, etc. doivent être rendus anonymes autant que possible. La recherche doit avoir été menée conformément aux principes exprimés dans l’Énoncé de politique des trois conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains ou des politiques internationales similaires sur l’éthique de la recherche (ex. : Déclaration d’Helsinki, US Common Rule, CIOMS). D'autres spécifications concernant l'éthique de la publication et conduite responsable en recherche ou la divulgation de conflits d'intérêts peuvent s'appliquer.

Services de révision linguistique
Avant la soumission, les auteurs-es qui estiment que leurs manuscrits bénéficieraient de l'édition professionnelle sont encouragés à utiliser un service de révision linguistique. La revue se réserve le droit d'exiger la correction linguistique d'un manuscrit, le cas échéant. Des manuscrits non conformes aux normes académiques de français ou d’anglais ne seront pas acceptés pour publication.

Figures numériques
Les fichiers avec les extensions JPG, PNG, TIFF, EPS et PDF haute résolution seront autorisés pour l'inclusion dans la revue.

Films: Soumettre des fichiers Audio Video Interleave (avi), QuickTime (mov), Windows Media (wmv), GIF (gif), ou MPEG avec une légende brève pour chaque film dans un fichier Word ou RTF.

Images: Les auteurs-es doivent fournir une image fixe à partir de chaque fichier vidéo. Soumettre des fichier TIFF, EPS, PDF haute résolution, JPEG, ou GIF.

Annexes: Les auteurs-es doivent soumettre des fichiers sources individuels pour assurer la lisibilité. Si cela n'est pas possible, fournir un seul fichier PDF qui contient toutes les informations se rapportant au manuscrit. Ce fichier sera publié en format brut et ne sera pas édité ou composé.

ORCID
Nous encourageons vivement les auteurs à créer un ID ORCID, pour faciliter la transparence et l'identification facile des auteurs (créer un ID ORCID).

Articles

Éditrices de section: Aliya Affdal

Évaluation par comité de pairs

  • environ 3500-15000 mots
  • recherche originale de forme empirique, théorique ou conceptuelle
  • articles de revue

Responsabilités des évaluateurs externes

Les évaluations des examinateurs externes sont prises en considération de façon sérieuse par les éditeurs et les auteurs dans la préparation des manuscrits pour publication. Toutefois, être nommé comme examinateur n’indique pas nécessairement l’approbation de ce manuscrit. Les éditeurs assument la responsabilité entière de l’acceptation finale et la publication d’un article.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Articles.

Commentaires critiques

Éditrice de section: Aliya Affdal

Les Commentaires critiques, qui seront évalués par des pairs, fourniront une réflexion critique et soutenue sur des enjeux actuels. Ils doivent être clairs et concis, 2000-3000 mots.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Commentaires critiques.

Commentaires « Réponses à »

Éditeur de section: Aliya Affdal

Les commentaires « Réponses à » permettront la publication de réactions bien articulées au sujet de perspectives ou d’arguments avancés au sein des manuscrits publiés dans la revue. Ils doivent être clairs et concis, 1000-2000 mots.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Commentaires « Réponses à ».

Art, culture et oeuvre de création

Éditeur de section: Jacques Quintin

Nous cherchons des soumissions d'œuvres artistiques, créatives et de type essai qui sont significatives à la bioéthique. Tous les médiums qui peuvent être présentés en ligne seront pris en compte, y compris les suivants, mais sans s'y limiter:

  • Œuvres littéraires (sous forme de poésie, de fiction, de théâtre, de chant et d'essai);
  • Témoignages et partage d'expérience;
  • Photographies, dessins, animations/caricatures, peintures numérisées.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Art, culture et oeuvre de création.

Études de cas

Éditrice de section: Julien Brisson

(env. 750-1200 mots)

Les études de cas permettent d'identifier et d’analyser un ou plusieurs problèmes éthiques. Elles peuvent être basées sur des faits réels ou fictifs, en respectant les principes de confidentialité. L’étude de cas devrait contenir une description détaillée et une brève analyse éthique suivie de questions afin de stimuler et développer la discussion.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Études de cas.

Actes de colloques

Éditrice de section: Hazar Haidar

(env. 1000-2000 mots) : résumés ou actes de conférences ou autres événements académiques

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Actes de colloques.

Comptes rendus

Éditeur de section: Patrick Gogognon

(env. 750-1200 mots): analyse sommaire des livres récents en bioéthique (au sens large)

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Comptes rendus.

Témoignages

Éditrice de section: Hazar Haidar

Les perspectives et témoignages présentent le point de vue de l’auteur relativement à un sujet d’importance en bioéthique. Il peut s’agir d’un sujet qui passionne l’auteur ou d’une expérience personnelle liée à sa fonction ou à son vécu. Ce sont des textes qui peuvent être descriptifs, généralement basés sur des critiques constructives et contribuant à la réflexion en bioéthique, d’environ de 2000 à 3000 mots.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Témoignages.

Lettre à l’éditeur

Éditrice de section: Hazar Haidar

(env. 250-500 mots)

Faire une nouvelle soumission à la rubrique Lettre à l’éditeur.

La tribune de l’éditeur

Éditrice de section: Hazar Haidar

La tribune de l’éditeur est une plate-forme qui permet aux membres du comité éditorial de commenter l’actualité et les dossiers en bioéthique qui les passionnent. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de la revue.

Faire une nouvelle soumission à la rubrique La tribune de l’éditeur.

Mention de droit d'auteur

La Revue canadienne de bioéthique applique la Creative Commons Attribution 4.0 International License à toutes ses publications. Les auteurs conserveront leur droit d'auteur sur leur publication et ils pourront, par exemple, réutiliser leur publication, mettre un lien sur leur page d'accueil ou site web institutionnel, ou déposer un fichier PDF dans un dépôt public. Toutefois, les auteurs permettent à quiconque de télécharger, réutiliser, réimprimer, modifier, distribuer, ou copier leur publication, tant que les auteurs originaux et les sources sont cités.

Déclaration de confidentialité

Les noms et courriels saisis dans le site de cette revue seront utilisés exclusivement aux fins indiquées par cette revue et ne serviront à aucune autre fin, ni à toute autre partie.

Comité de rédaction

Éditeur en chef

Directrice scientifique

  • Aliya Affdal, PhD(c), Université de Montréal, Québec, Canada

Éditeurs de section

Éditeurs

Équipe de production

Artiste en résidence

  • Han Han Li, Université de Montréal, Québec, Canada