Criminologie

Managing editor(s): Chloé Leclerc / Editor(s): Marie-Chantal Plante (Coordonnatrice à la rédaction)

Journal preceded by Acta Criminologica

About

Presentation

Founded in 1968 by Denis Szabo, Criminologie is primarily dedicated to presenting research results and addresses both scientists and criminal-justice professionals. This theme-based journal deals with the current concerns and interests of criminologists in Quebec and elsewhere. Themes are often multidisciplinary in nature and the publication calls upon researchers in various fields: criminologists, sociologists, psychologists, jurists, etc. It is the only French-language criminology journal published in North America. Criminologie is made possible thanks to grants from the Canadian Human Sciences Research Council of Canada and the Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture.

Indexing

Criminal Justice Abstract (EBSCO)

Érudit

Google Scholar

International Bibliographie of the Social Sciences (Proquest)

Isidore

JSTOR Art and Sciences XII Collection

Sociological Abstract (Proquest)

Repère

Synergies : infrastructure de recherche au Canada

Worldcata

 

 

 

Contact

Submission website

criminologie.ca

Publisher website

www.pum.umontreal.ca/catalogue/revues/criminologie

Physical Address

Revue Criminologie

Centre international de criminologie comparée

Pavillon Lionel-Groulx, 3150, rue Jean-Brillant, Bureau C-4115

Montréal (Québec), Canada, H3T 1N8

Mailing address

Revue Criminologie

Université de Montréal, Pavillon Lionel Groulx

Centre international de criminologie comparée

C.P. 6128, succursale Centre-ville, Montréal (Québec), Canada, H3C 3J7

 

Email: assistante@criminologie.cacoordonnatrice@criminologie.ca 

Phone: (514) 343-6111, poste 40566

 


Digital Subscription

Email : erudit-abonnements@umontreal.ca

Phone : (514) 343-6111 ext. 5500

 

Érudit is not responsible for individual subscriptions management. Please contact the journal for an individual subscription.

Print Subscription

Email: pum@umontreal.ca

Phone: (514) 343-6933 

Back issues (86 issues)

Permanent archiving of articles on Érudit is provided by Portico.

|^

Editorial policy and ethics

Our mission

The journal Criminologie accepts and publishes only original and previously unpublished French texts based on research findings. To submit an article to Criminologie, visit our management and publishing system: https://www.criminologie.ca. The guidelines for authors as well as the online article management system will be accessible at that URL.

Our policies

Open Access: As of January 2017, Criminologie opted for an open access dissemination model and the whole publication is available via the Érudit platform. The authors are encouraged to make their article available in different web-based distribution platforms (personal Web page, research center, institutional repository, ResearchGate, etc.). The authors are encouraged to use our published version as soon as the article is available on Érudit (email sent to the authors). Before publication, an author may use a corrected version with this mention: This paper has been accepted for publication in Criminologie and will appear in this issue (year, vol. no.). For more information: revuecrimino@cicc.umontreal.ca.

Journal Archiving: Permanent archiving of Criminologie is provided by Portico.

Copyright: Once the article is accepted, authors are linked by a copyright transfer agreement. Criminologie allows authors to disseminate the content of their articles (in part or in full) if an explicit mention is made of the first publication in the journal Criminologie and the full reference given. For more information: revuecrimino@cicc.umontreal.ca.

Anti-plagiarism: Criminologie does not accept articles that contain plagiarism or “the appropriation of another person’s ideas, processes, results, or words without giving appropriate credit” (http://www.nserc-crsng.gc.ca/_doc/NSERC-CRSNG/HAL_Report_e.pdf). For information on the preferred style for quotations and references, please refer to the Editing Guidelines in our Editorial Policy section: https://www.erudit.org/en/journals/crimino/

Criminologie may accept articles that include the reutilization of some of the author’s own material – often referred to as self-plagiarism – such as a literature review or methodology used in a research project if the previous appearance of this material is explicitly mentioned by the author. However the submitted paper must also clearly provide new and previously unpublished research results. When submitting an article, authors must confirm that “the paper being submitted is new and has not been published previously.” Instances of self-plagiarism should be noted in the covering letter.

If the Editorial Board detects plagiarism before publication, it will be discussed with the author. If the plagiarism is detected after publication, mention of it will be made in the next issue of Criminologie and the electronic version of the article may be removed from our site depending on the nature and/or the extent of the plagiarism.

Procedures for selecting articles and conducting peer review

All submitted articles (theme-based and open theme articles) undergo a double evaluation process. First, the Editorial board determines if the articles meet the standards and expectations of the journal. The next step consists in a blind peer review (sent to a minimum of two anonymous, external experts). The Editorial board makes the final decision depending on the reviewer input.

Publication guidelines

Each publication presents a thematic dossier. Authors interested in submitting a proposal may contact the person responsible for the thematic issue (see below) or contact us: revuecrimino@cicc.umontreal.ca

We also offer an open theme section and authors may submit their articles via https://www.criminologie.ca.

Editing guidelines are presented below.

Upcoming issues and calls for papers

50ème anniversaire de la Revue, Volume 51, numéro 1, printemps 2018

Geste suicidaire : approche socio-historique, passage à l'acte, prise en charge, Volume 51, numéro 2, automne 2018

Les proches de personnes judiciarisées : expériences humaines et connaissances carcérales, Volume 52, numéro 1, printemps 2019

La criminologie de l'information : état des lieux et perspectives, Volume 52, numéro 1, automne 2019

Editing guidelines

Text presentation: Text must be double spaced and cannot exceed 6000 words.

The title page should include the title of the text (which should not exceed 64 characters, spaces included, although a subtitle may be included on the first page of the manuscript), authors' names, authors’ professional affiliations and professional addresses, authors’ email addresses, and the word count for the article.

Each article must include a summary and 5 keywords in English and in French. The summary cannot exceed 15 lines.

If financial support was received for the article, please include a footnote stating that: “Research for this article received funding from [funding agency]”.

Because texts are evaluated anonymously, it is very important that an anonymous version is provided,  

with any information that would make it possible for readers to identify the authors removed.

Tables: Tables should be numbered sequentially according to the following model: Table 1, Table 2, etc.

Tables must be created using the appropriate software.

Insert tables at the end of the text, with their preferred location in the text indicated by  “Table 1 here” at the appropriate place in the text.

Figures: Figures should be numbered sequentially according to the following model: Figure 1, Figure 2, etc.

High resolution TIFF, EPS, or PDFs must be provided for all figures.

Figures should be grouped following the tables, with their preferred location in the text indicated by “Figure 1 here” at the appropriate place in the text.

Footnotes: Footnotes must be identified by numbers and should appear at the bottom of the page. Use the appropriate function in Word to link the footnote to the text.

Footnote references should be placed immediately after the related section and before punctuation: « [text]1. »

Do not use footnotes to explain or further develop your ideas but only to add essential information.

References quoted in the text: Do not provide complete bibliographic references in the text or in footnotes. Instead, add parentheses directly after the related text, indicating the name of the author followed by the publication year. For quotations, include the relevant page, as shown here.   Ex.: (Boileau, 1991, p. 312).

If the name of the author is already mentioned in the current text, only the publication year is included in the parenthesis. Ex.: As Boileau (1991) argues ...

When you quote an author who has multiple publications in the same year, distinguish them using letters a, b, c, etc., as shown here: (Boileau, 1991a).

If more than one author is mentioned with reference to the same section of text, authors should be listed in alphabetical order according to the first author’s surname. Citations should be separated by semicolons. Ex.: (Dupuis, 1995; Fagnan, 1991; Tardif, 1998).

If a work has two authors, include both names. (Boileau et Fagnan, 1991).

For works with three, four, or five authors, cite all names at first reference. In subsequent citations, cite the first author followed by “et al.”.  Ex.: (Sanders, Murph et Eng, 1997) [1st citation in text] (Sanders et al., 1997) [subsequent citations].

If a work has six or more authors, cite the first author followed by “et al.” throughout the text.

The names of groups that serve as authors are spelled out in the first citation and abbreviated thereafter. Ex.: (National Institute of Mental Health [NIMH], 2003)

Complete references must appear in the reference list at the end of the text.

Reference list: The reference list must be at the end of the text in a section titled “References”.

If there is more than one reference for the same author, list these references chronologically, starting with the earliest publication.

If there is more than one author for a text, provide all names. Do not use “et al.” in the reference list.

APA standards for references presentation

Books: Sanders, D. H., Murph, A. F. et Eng, R. J. (1984). Les statistiques, une approche nouvelle. Montréal, Québec : McGraw-Hill.

Articles: Brillon, Y. (1986). L’opinion publique et les politiques criminelles. Criminologie, 19(1), 227–238.

Chapters in books: Lasvergnas, I. (1987). La théorie et la compréhension du social. Dans B. Gauthier (dir.), Recherche sociale (p. 111-173). Sillery, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Lilienfeld, S. O. et Fowler, K. A. (2006). The Self-Report Assessment of Psychopathy: Problems, Pitfalls, and Promises. Dans C. J. Patrick (dir.), Handbook of psychopathy (p. 415-436). New York, NY : The Guilford Press.

Online journal article: Smith, C. A. et Ireland, T. O. (2005). Les conséquences développementales de la maltraitance des filles. Criminologie, 38(1), 67-102. Repéré à www.erudit.org/revue/crimino/2005/v38/n1/011486ar.pdf

Online document : APA Online. (2001). Electronic References. Repéré à www.apastyle.org/elecgeneral.html

Antiplagiat : La revue Criminologie n’admet pas le plagiat qui est « le fait de s’attribuer les idées, la démarche, les résultats ou les mots d’une autre personne sans lui en accorder le mérite » (http://www.frqsc.gouv.qc.ca/documents/10191/186009/Etat_politiques_integrite_Canada_2009.pdf/45f8ee74-022c-483f-8e28-bcc45f015913). Les auteurs sont invités à mentionner leurs sources et à y faire référence selon les règles de citations de la Revue: https://www.criminologie.ca/page/instructions 

Concernant l’autoplagiat, la revue Criminologie peut accepter que certaines parties de la recension ou de la méthodologie d’une recherche soient reprises dans l’article soumis si l’auteur en fait explicitement la mention. Par contre, pour être admissible à une soumission, l’article doit obligatoirement faire état de nouveaux résultats de recherche qui n’ont jamais fait l’objet d’une publication. Les auteurs sont tenus d’attester, lors de la soumission initiale de leur article, « que ce dernier est inédit et qu’il n’a jamais fait l’objet de publication » et ils doivent faire mention, le cas échéant, des sections d’autoplagiat.

Si le comité de rédaction repère toute forme de plagiat avant la publication, il en discutera avec l’auteur. Si le plagiat est repéré après la publication, une mention sera faite dans le numéro suivant et la version électronique de l’article pourrait être retirée du site selon la nature et l’ampleur du plagiat.


Instruction pour les auteurs

Processus d'évaluation des articles

Dans chacun de ses numéros, la revue Criminologie publie des recherches présentant divers aspects d'une même problématique, sous forme d'un dossier thématique. Chaque numéro réserve également une section aux articles hors thème, qui comporte des articles soumis par des chercheures et des chercheurs qui désirent rendre compte des résultats de leurs travaux récents. Cette section porte sur des sujets variés, au gré des articles soumis.

Tous les auteurs peuvent soumettre des articles pour un numéro thématique (voir les appels à contribution des prochains numéros à paraître) ou pour la section hors thème. Les auteurs intéressés par un numéro thématique sont invités à communiquer avec la personne responsable du numéro pour discuter des modalités de soumission.

Tous les articles soumis pour les numéros spéciaux ou pour la section hors thème sont soumis à un double processus d’évaluation. Les articles sont d’abord évalués par le comité de rédaction de la revue qui détermine si l’article correspond aux normes et aux attentes de la revue. Si l’article est jugé conforme, il est ensuite soumis à un minimum de deux évaluateurs externes qui sont reconnus pour leur expertise sur le thème de l’article. L’évaluation se fait à l’aveugle et les évaluateurs demeurent anonymes. Le comité de rédaction prend ensuite une décision en fonction des commentaires des évaluateurs.

Directives de publication

Tous les articles soumis doivent respecter nos directives de publication relativement au format de soumission et aux normes de présentation des références (APA, 6e édition). Nos directives peuvent être consultées sur notre site : https://www.criminologie.ca.

Les auteurs utilisent notre plateforme de gestion des articles pour y déposer leur article et suivre son évolution : https://www.criminologie.ca.

Prochains numéros

La criminologie de l’information : état des lieux et perspectives, Volume 52, numéro 2, automne 2019

La criminologie a depuis plusieurs décennies étudié l’impact de l’informatisation sur la société. Des chercheurs ont en effet mis l’accent sur les conséquences de l’arrivée d’internet et de la mise en réseau des ordinateurs sur le crime et le criminel. Dans cette foulée, on a pu observer la migration des informations personnelles vers des systèmes d’information de plus en plus complexes et centralisés. Ces informations vont au-delà des informations nominatives traditionnelles. On y retrouve maintenant des données très sensibles : données de géolocalisation, informations sur les intérêts et les passe-temps, sites web visités, relations amicales, contenu de conversations sur les médias sociaux et plusieurs autres. Aux informations détenues par les gouvernements, on ajoute maintenant celles gérées par les géants comme Facebook, Apple et Google qui ont constitué des banques de données colossales d’informations personnelles.

L’idée de retrouver des informations caractérisant les individus sur les plateformes numériques a amené des préoccupations et des responsabilités pour toutes les instances de la société. Selon les acteurs impliqués, ces informations peuvent prendre plusieurs appellations : renseignements criminels, renseignements personnels ou données personnelles. On dénombre notamment de plus en plus de recherches s’intéressant aux sciences forensiques avec des visées en lien avec le renseignement et la résolution d’enquête. Toutefois, l’existence même de ces données entraine des enjeux quant à sa collecte, sa conservation, son analyse et sa diffusion. On vise cependant que ces données soient utiles. L’objectif de ce numéro est de mettre en lumière ces nouveaux enjeux dans un contexte d’utilisation problématique, de non-conformité ou d’actes criminels. Puisque ces enjeux touchent les individus, les gouvernements et les entreprises à différents degrés, ce numéro suscitera un vif intérêt tant dans les communautés de pratiques que pour les chercheurs en criminologie et la population en général. La prochaine section présente les thèmes possibles au sein de trois grandes familles thématiques.

Pour soumettre une proposition à ce numéro thématique, veuillez envoyer les noms, les titres de fonction et les informations de contact des auteurs à Francis Fortin (Francis.Fortin@umontreal.ca). 

 

Le numéro du printemps 2020 aura pour thématique le désistement assisté.

Plusieurs méta-analyses centrées sur l’efficacité des programmes d’intervention sociojudiciaires (« what works ») ont montré qu’ils réduisent le risque de récidive des contrevenants de 10 à 40 %. Or, ces études se basent uniquement sur un indicateur binaire (récidive/non-récidive) pour mesurer l’efficacité des programmes. Elles risquent donc d’attribuer l’absence de récidive au programme alors que le changement s’était opéré avant qu’il ne débute ou encore, ne constater aucun effet alors que le changement est entamé. Si l’on appréhende l’impact des programmes d’intervention selon l’angle du désistement du crime (« how it works »), les résultats risquent d’être fort différents, car les trajectoires qui mènent à l’arrêt des comportements criminels sont considérées comme graduelles et comprennent des remises en question, des obstacles et des rechutes.

C’est là l’objet d’étude du désistement assisté qui s’intéresse autant aux interventions dites « formelles » (c.-à-d. les programmes) offertes par les intervenants sociopénaux qu’aux interventions dites « informelles » de nature vocationnelle, éducative ou artistique qui, peuvent, elles aussi accélérer, faciliter ou soutenir les processus de désistement des personnes contrevenantes. Le but de ce numéro thématique est donc d’explorer l’ensemble des interventions, tant formelles qu’informelles, qui facilitent le désistement du crime des contrevenants tant ici, qu’ailleurs dans le monde. Ultimement, ce numéro spécial qui s’adresse tant aux académiciens qu’aux praticiens de la communauté francophone, a comme objectif de mettre en exergue comment ce nouveau champ d’études se distingue clairement du « what works » et de faire connaitre les impacts qu’a ce changement de paradigme sur les « interventions sociopénales » au sens le plus large possible.

Pour proposer une contribution à ce numéro thématique, veuillez envoyer les noms, les titres de fonction et les informations de contact des auteurs à Prof. Isabelle F.-Dufour au isabelle.f-dufour@fse.ulaval.ca. Votre proposition doit aussi inclure un titre et un résumé en français de 250 à 500 mots. La date limite pour soumettre votre proposition est le 28 février 2019.

 

Editorial board

Team

Director : Chloé Leclerc

Interim director : David Décary-Hétu

Open theme articles Editor : Frédéric Ouellet 

Editor coordinator: Marie-Chantal Plante

Editor assistant: Brigitte Poirier

Editorial board

Jean-François Cauchie (Université d'Ottawa), Patrice Corriveau (Université d'Ottawa), Olivier Delémont (Université de Lausanne), Francis Fortin (Université de Montréal), Véronique Fortin (Université de Sherbrooke), Isabelle Fortin-Dufour (Université Laval), Vincent Larivière (Université de Montréal), Chloé Leclerc (Université de Montréal), Sandra Lehalle (Université d'Ottawa), Frédéric Ouellet (Université de Montréal), Isabelle Perreault (Université d'Ottawa)

Board of directors

Céline Bellot (Université de Montréal), Rémi Boivin (Université de Montréal), David Henry (Association des services de réhabilitation sociale du Québec), Lilia Kazemian (John Jay College of Criminal Justice), Nadine Lantôt (Université de Sherbrooke), Stéphane Leman‐Langlois (Université Laval), France Nadeau (Université de Montréal), Marie‐Andrée Pelland (Université de Moncton), Bastien Quirion (Université d’Ottawa), Marie‐Ève Sylvestre (Université d’Ottawa), Samuel Tanner (Université de Montréal)

International advisory committee

Anthony Doob (Université de Toronto), David Farrington (Université de Cambridge), Uberto Gatti (Université de Gênes), Georges Kellens (Université de Liège), Jean Kellarhals (Université de Genève), Fritz Sack (Université de Hambourg), William Schabas (Université du Middlesex), Rodica Stanoiu (Institut de recherches juridiques de Roumanie), Françoise Tulkens (Université de Louvain), Renée Zauberman (Centre national de la recherche scientifique)